© Jmex60 / Creative Commons

Ne participant pas aux essais du Mugello, pour cause d’invitation sur le Talladega Superspeedway, pour assister à la course de Nascar Nationwide Séries, Ayrton Senna est revenu, lors d’une d’émission sur NBC News, a son année de duel contre Mansell, Prost ayant pris son année sabbatique:

« La saison 1992 est totalement dominée par l’écurie Williams-Renault et particulièrement par le britannique Nigel Mansell. Avec une McLaren MP4/7 dotée d’une électronique TAG très performante mais peu fiable, je lutte à armes inégales. Alain Prost, renvoyé de chez Ferrari, a pris une année sabbatique… »

La journaliste reprend: »

« Si des comparaisons peuvent être faites entre grands pilotes, on touche là à la véritable faiblesse d’Ayrton Senna : la motivation. Sa seule motivation était de battre Prost. Sans le Français, il n’était plus le même pilote. Dans de nombreuses interviews, Alain Prost a déclaré que durant l’année 1992, Senna ne cessait de l’appeler au téléphone pour qu’il revienne au plus vite. Il n’aimait pas se battre contre Mansell, pilote capable de prises de risque encore plus osées que Senna lui-même, ou contre Schumacher, un jeune talent que Senna n’appréciait guère. Les relations entre les deux hommes étaient d’ailleurs mauvaises en 1992 puisque l’Allemand et le Brésilien s’accrochèrent à Magny-Cours puis Senna reprocha à Schumacher de l’avoir bloqué en qualifications à Hockenheim. Le Brésilien voulut en venir aux mains dans le stand Benetton. Senna avait compris, tout comme Prost, qu’il fallait au plus vite obtenir un volant chez Williams-Renault pour avoir une chance de redevenir Champion du Monde. Ce fut le feuilleton de l’année 1992. Prost avait des contacts avancés pour 1993 mais Senna se déclara prêt à piloter gratuitement pour Williams. Cela tombait mal pour Nigel Mansell, qui pensait profiter de ses victoires pour revaloriser son contrat. Dans ce jeu de billard à trois bandes, Mansell sera le grand perdant. Écœuré, il s’exila aux États-Unis en IndyCar. Prost ayant réussi à signer, Senna tentait de convaincre le Français d’accepter de courir de nouveau ensemble. Mais Prost mit son véto. Senna l’a alors sévèrement critiqué dans la presse et menaçait de prendre lui aussi une année sabbatique. Il fera également un test pour le compte de l’écurie Penske d’IndyCar avec son ami Emerson Fittipaldi. Senna ne semblait pas vouloir poursuivre avec l’écurie McLaren puisque le motoriste Honda s’était retiré de la F1 pour l’année 1993. »

Ayrton reprend:

« Côté piste, moi, le Pauliste, avait tout de même remporté trois Grands Prix dont, encore une fois, celui de Monaco. En effet Nigel Mansell avait été victime d’une crevaison lente dans les derniers tours. Lui et Moi nous sommes livré à un duel de légende dans les dix derniers tours du Grand Prix. Mais malgré une grosse prise de risque sous le tunnel à trois tours de l’arrivée, Mansell n’arriva pas à passer et je l’ai emporté de nouveau. »

La journaliste reprend sa présentation:

« Lors des essais du Grand Prix de Belgique, Ayrton Senna vient au secours du pilote français Erik Comas, victime d’un terrible accident sous ses yeux dans le virage rapide de Blanchimont. Assommé par sa roue, le pilote français perd connaissance et reste le pied bloqué sur l’accélérateur. Senna l’entend et s’arrête au bord du circuit. Il traverse la piste en courant alors que les autres voitures déboulent à pleine vitesse. Il actionne le coupe-circuit de la Ligier du Français pour éviter tout risque d’incendie puis il maintient droite la tête de Comas en attendant l’arrivée des secours. »

A la fin de l’évocation de ses souvenirs, Ayrton conclut l’émission, en donnant rendez vous à tous les amateurs à Montmelo, pour le GP de Barcelone..

A suivre..

Sources biographiques: Wikipédia

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.