/ F1 / Fiction (EP.6) Sepang l’orageuse.. Partie 1
banniereidealdesign © LAT / Williams © LAT / Williams

Fiction (EP.6) Sepang l’orageuse.. Partie 1

Keijo Hyvonen le 25 mar 12 - 09:07 dans F1, Le come-back inattendu

© LAT / Williams

Sepang… La chaleur et la moiteur de la mousson.. Une température insupportable pour les hommes et les voitures.. Un samedi presque comme les autres.. Presque comme les autres car, à 20 ans près, on retrouve au départ de ses qualifications, le même homme. Ayrton Senna, dans sa Williams. Une Williams Renault, qui, comme l’ont montré Pastor Maldonado et Bruno… Senna, à l’air extrêmement « vite » comme se plait à le répéter Jacques Laffite au micro d’une grande chaine de télévision Française. Une odeur acre d’humidité et de sec mêlés se dispute à celle bien plus forte de l’essence, des pneus et de l’huile..

Dans les paddocks, l’excitation est à son comble, de nombreux Malaysiens sont venus assister à cette seconde séance de qualifications de l’année. Ayrton, légende vivante, se qualifie pour Q1, certes à une anonyme dixième place, mais il va pouvoir se battre pour la pôle. Dans le même temps, Kimi Räikkönen, « NiceMan », comme certains journalistes se plaisent à l’appeler, signe un cinglant 1.36.7 que personne en Q2 ne sera capable de battre. Montrant par là, qu’il n’avait absolument rien perdu de sa verve.

Q1. Dans le stand Williams, Ayrton prépare le rituel classique des années 80/90.

Casque posé. Gants devant lui. Un regard ou se lit une farouche détermination.

Avant même que l’on ai pu dire ouf, voici le Brésilien qui passe la ligne de chronométrage avec sa Williams. Lancé à près de 305 km/heure, premier gros freinage, un droite gauche à vitesse moyenne, la remise des gaz sur longue courbe parabolique droite qui amène sur un virage à 90°. Le fameux talon pointe du pilote à casque jaune fait merveille. C’est reparti pour un gauche droite à haute vitesse, freinage appuyé. Droite. Encore droite. A fond de 5,6 et nous voila déjà à ce tout petit gauche droite, a prendre avec prudence. Bonne motricité de la Williams, ça enquille, droite et droite sur la longue courbe à gauche qui amène au pied de la première des deux interminables lignes droites. C’est le seul essai, Ayrton veut garder des gommes pour demain. Gros freinage après la première ligne droite, super enroulé mais une toute petite « chasse » du train lui fait perdre quelques milièmes.. Sur la ligne, c’est le quatrième temps, 1’36’460. 1 millième de moins que Räikko.

On ne se moque plus du « vieux ». La légende revient, et plutôt bien.

 

La Course

—fin de la première partie de l’épisode 6–

 

Keijo Hyvonen

0 AJOUTER UN COMMENTAIRE