© LAT / Pirelli
© LAT / Pirelli Pirelli

GP de Monaco: Pirelli nous parle… logistique


A1S1447 300x199 GP de Monaco: Pirelli nous parle... logistique

© LAT / Pirelli

Milan, 16 mai 2012 - Pirelli apporte environ 1800 pneus à chaque Grand Prix, mais le destin de ces pneus est
tracé bien avant leur arrivée sur le circuit. Les pneus pour chaque course sont réalisés dans une usine de production spécifique avant de courir le Grand Prix.
Ils sont fabriqués à l’état, par Pirelli dans une installation du sport automobile et d’art à Izmit, juste à l’extérieur de la capitale turque d’Istanbul. Pendant le processus de production, chaque pneu se voit attribuer un code à barres fournis par la FIA. Ce code à barres est le  «passeport», qui est intégré fermement dans la structure au cours du processus de vulcanisation et ne peut pas être échangé. Le code contient tous les détails de chaque pneu, ce qui en fait des gommes
traçables tout au long du week-end de course avec Pirelli RTS (Système Tyr Racing) le logiciel, qui permet de lire
et mettre à jour toutes les données.
Pour les Grands Prix, en U.E., les pneus sont ensuite transportés à la logistique de Pirelli et au centre de distribution à Didcot, au Royaume-Uni. Une fois qu’ils arrivent là, un officiel de la FIA reçoit une liste de codes à barres, qui se rapportent à la notif’ des pneus qui seront pris pour le prochain Grand Prix. La FIA (l’organe directeur du sport) alloue ensuite les codes à barres - Et donc des pneus – à chacune des équipes individuelles au hasard. Pirelli  lui-même n’est pas impliqué dans ce processus à tous, ce qui signifie que la firme italienne ne peut pas influencer sur quels pneus sont alloués à laquelle des équipes – même si un processus rigoureux, processus de contrôle de la qualité à Izmit, fasse en sorte que tous les pneus sortant de l’usine soient identiques.
Une fois sur le circuit, les pneus sont ensuite attribués aux équipes dans le strict respect de la liste qui a été
préalablement préparée par la FIA. Les codes à barres permettent à la fois de la FIA et Pirelli d’assurer que les bonnes équipes, comme les moins bonnes, conformément à la réglementation, utilisent des pneus corrects.
Chaque équipe se voit attribuer un ingénieur Pirelli, qui travaille exclusivement avec cette équipe pour l’ensemble de l’année, mais la base de données que chaque ingénieur travaille à l’extérieur permet à ce dernier de voir que les renseignements relatifs spécifiquement à son pilote ou son équipe au cours du week-end ne soit pas transmises de suite, de sorte que les stratégies individuelles ne soient pas compromises. Les données pour le développement sont supervisées par des ingénieurs seniors de Pirelli, qui surveillent toutes les informations afin d’aider l’équipe de recherche
chargée de l’élaboration de la prochaine génération de pneus.

Comme le « chef » de Pirelli Motorsport, Paul Hembery, souligne:
 «Même si nous voulions, il n’y a aucun moyen que nous avons en main pour influer sur les pneus alloués à laquelle des équipes, car tout est pris en charge par la FIA une fois que les pneus ont quitté l’usine d’Izmit. Il est de cette façon assuré que l’impartialité ne peut mise en doute entre toutes les équipes,  ce qui est une priorité énorme pour nous en tant que fournisseur exclusif de pneumatiques. La façon dont notre équipe d’ingénieurs des travaux respecte également cette confidentialité,  est toujours d’une importance primordiale. »
COMPTE À REBOURS POUR UN GRAND PRIX
Avant le Grand Prix:
• Pirelli, avec l’approbation de la FIA, sélectionne les pneus pour la course - une gomme plus tendre, plus une plus dure. .
• Production de l’allocation des pneus commence à l’usine d’Izmit en Turquie. Nous fournissons environ 1800
« Formula One pneus » pour chaque course; environ 700 de plus si la course est un tour de GP2, ainsi que 600 pour GP3.
Deux semaines avant le Grand Prix:
• Pour les événements européens les pneus pour la course sont transportés par la route de Izmit à Didcot: un voyage de
environ 3100 km qui dure trois jours.
• Les pneus arrivent à l’usine de Didcot et ont leurs codes à barres scannés dans le système de Pirelli. La FIA (la
organe du sport automobile mondial) est alors informé des codes à barres.
• Au hasard, la FIA attribue des codes à barres spécifiques à chaque équipe. Les pneus affectés sont ensuite triés par
équipe à Didcot et chargés dans sept camions pour le transport du Grand Prix (quatre camions pour F1, trois
camions pour GP2 et GP3).
Une semaine avant le Grand Prix:
• Les camions sont partis de Didcot pour la course, normalement arrivent le lundi précédant la course.
Les monteurs, 18,  mettent en place la zone de montage et les codes à barres sont confirmées à nouveau avec la FIA.
Cinq jours avant le Grand Prix:
• Les monteurs commencent le montage sur les jantes. Il faut un installateur expérimenté pour s’adapter à un pneu à partir du début.
pour finir: pour tous les pneus du week-end dont ils ont besoin de deux jours. Les équipes possèdent des roues
 spécifiques à chacune.
Puis, c’est la course..
Nous recherchons des rédacteurs pour la catégorie Actualité. Contactez-nous pour plus d'infos


 

Plus d'articles