© Ferrari

Lors du GP de Malaysie, Ayrton dut partir des stands, suite à sa Williams bloquée lors du Warm-Up. Pourtant, calme, il réussira sous le déluge a faire ce qu’il savait faire le mieux au monde : Piloter sous la pluie. Parti 25 ème et dernier, il remontera à la 15 éme place avant que la course ne soit malheureusement arrêtée. Adossé contre un muret à l’abri de la pluie, Ayrton est en grande discussion avec un compatriote, le malheureux Felipe Massa. Après la course, Aurore Lumaye, une de nos reporters avait interrogé Massa sur ce qui s’était dit entre les deux champions brésiliens durant la course.
Le pilote Ferrari dit que son illustre ainé avait lancé une tirade contre la direction de course qui avait décidé d’interrompre la course, alors que 3 malheureuses gouttes de pluie tombaient sur le circuit. Ce à quoi Felipe lui a retorqué qu’il ne comprenait pas pourquoi non plus. Il avoua à Mlle Lumay que le châssis de sa Ferrari avait une fâcheuse tendance à épuiser les pneus et que sur celle d’’Alonso ces derniers tenaient mieux. Le quadruple champion de retour de retraite se lança alors dans une tirade technique farouche sur les possibilités de réglages afférentes à sa Ferrari. De ses fameuses tirades techniques, qui, à l’époque, ne faisaient pas sortir de leurs chambres les techniciens Williams de 1993. La discussion faisant, un envoyé de chez Williams revient chercher Ayrton. La course allait reprendre.
Et ce fut magique. Jusqu’à la fin de la course, le magique brésilien allait remonter méthodiquement jusqu’à un podium, son premier depuis bien longtemps derrière les intouchables Alonso et un fantastique Pérez, sur sa Sauber Ferrari.
Auparavant, un duel de haute intensité avec Kimi Räikkönen, sur sa Lotus, qui était en train de s’adonner à son sport favori, le meilleur temps au tour. Virevoltant l’un et l’autre, se dédoublant, en limite extrême d’adhérence, à chaque virage, qui verra finalement Ayrton passer au prix d’un freinage fabuleux dans la première ligne droite. Puis ce fût au tour de Lewis Hamilton. Rebelote, et même passe, au même endroit que sur Kimi. Le maître des éléments, c’est lui.

Même à 52 ans .. 3ème. Le retour improbable ? Pas tant que ça. . . En tout cas, sous la pluie..

PARTAGER