La "succes-story" continue pour Alex Zanardi, récemment couronné double-champion paralympique et vainqueur ce week-end de la deuxième manche du championnat italien de GT, dont la finale se déroulait sur le tracé du Mugello.

Notre site ne tire des profits que de la publicité, en échange d'un contenu de qualité et entièrement gratuit. Aidez-nous à évoluer en désactivant votre bloqueur de publicités pour notre site.

Quelques semaines après sa campagne triomphale aux jeux paralympiques de Rio de Janeiro d’où il revenait auréolé de trois nouvelles médailles (dont deux d’or), le pilote italien célébrait ce week-end son retour à la compétition sur circuit à l’occasion de la finale du championnat de GT national disputé sur le Mugello.

Au volant d’une rutilante BMW M6 GT3 spécialement adaptée à son handicap par l’écurie ROAL Motorsport, Zanardi a fait mieux que se défendre en terminant sixième de la première manche au programme.

Qualifié en première ligne sur la grille au départ de la course 2, il perdait une position dans le premier tour avant de prendre les devants à la faveur du ravitaillement obligatoire en milieu d’épreuve.

Subissant la pression constante de la Ferrari 488 pilotée par Jamie Melo, Zanardi serrait les dents jusqu’au drapeau à damier qu’il franchissait en vainqueur.

Voilà un résultat pour le moins retentissant pour celui qui n’avait plus évolué en compétition depuis les 24 Heures de Spa 2015 et son association avec Bruno Spengler et Timo Glock au volant d’une BMW Z4 GT3 du même ROAL Motorsport.

« Il n’y a pas de mots pour décrire ce que je ressens, confessait Alex Zanardi, qui fêtera ses 50 ans dans moins d’une semaine. Une fois de plus, j’ai savouré ces moments merveilleux à Rio de Janeiro, et là, monter simplement dans cette magnifique voiture était extraordinaire. »

« Mais remporter la course est encore autre chose, poursuit-il. Je n’ai pas pris le départ que je souhaitais, mais j’avais une voiture exceptionnelle entre les mains. Je savais donc qu’il fallait juste que j’aligne de bons tours lorsque les gars devant moi ont ravitaillé, ce que j’ai fait. Et quand je suis revenu en piste, je me suis retrouvé avec une avance confortable, et j’avais la vitesse pour rester devant et remporter la victoire. C’est incroyable », conclut Zanardi.

zanardi_bmw_roal_mugello_gt_italie_2016_2
© BMW