La seconde moitié de l'épreuve se voulait plus tactique avec l'utilisation à des moments différents de l'arrêt joker pour tenter de se (re)placer plus haut dans le haut du classement. Le final était grandiose et la course se jouait dans le dernier tour pour un premier succès absolu de Emil Frey Racing et Lexus.

Il semblerait que vous utilisez un bloqueur de publicités.
Aidez-nous à faire évoluer le site en le désactivant. Merci pour votre aide !

Certains usaient de l’arrêt joker – permettant d’effectuer le ravitaillement en dessous du temps règlementaire – pour gagner l’une ou l’autre place au classement avec l’espoir de creuser ensuite un avantage suffisant pour rester devant leurs adversaires en fin de course.

Mais la McLaren conservait la tête devant la Bentley #7 (arrêt joker pour les deux) qui était passée devant la Lexus #14, la Ferrari #72 SMP occupant désormais la quatrième place devant l’Audi #25 Saintéloc, la Mercedes #88 AKKA-ASP et la Lamborghini GRT #63 qui avait aussi opté pour son arrêt joker. La seconde Continental GT3 #8, la Nissan GT-R #23 et l’Audi WRt #17 complétaient alors le Top 10, la Lexus #114 pointant au douzième rang derrière la Mercedes SMP #35, cette dernière écopant de 30 secondes de pénalité quand la… Ferrari SMP prenait la troisième place à la Lexus aux mains de Klien.

On apprenait la V12 Vantage #76, victorieuse à Silverstone, avait été rentrée dans son box pour un problème de suspension.

Le premier moment important sur le plan stratégique intervenait à 2h07 de l’arrivée avec un Full Course Yellow. La neutralisation se poursuivait sous régime de Safety Car, ce qui regroupait tous les protagonistes l’un derrière l’autre, ruinant les efforts de la McLaren qui gardait tout de même trois retardataires entre elle et la Bentley #7 aux mains de Gounon.

Las, quatre boucles après le restart, un nouveau FCY était de rigueur avec la Ferrari #333 Rinaldi Racing, en tête du Pro-Am qui se retrouvait en difficulté dans le dernier virage. Une fois encore, la voiture de sécurité réduisait les écarts.

La reprise de la course voyait la Porsche #911 remontée au septième rang, derrière la Bentley #8 de Maxime Soulet et devant la BW ROWE Racing #99, revenue dans le Top 10 sans avoir l’air d’y toucher. Devant, Molina attaquait Gounon et prenait la deuxième place, à moins de 4 secondes de Ledogar, toujours en tête. La Ferrari SMP remontant sur la McLaren Garage 59. Le Français haussait le rythme pour répondre aux ambitions de la 488 GT3 tricolore. L’Audi Saintéoc #25 perdait quelques places pour pointer au neuvième rang suite à un contact avec Maxime Soulet dans la Bentley #8.

Manque de réussite pour l’Aston Martin #62 qui était rentrée dans son box à 1h08 du terme. Chez AKKA-ASP, la #88 de Marciello rentrait un peu trop tôt et devait attendre qu’il ne reste que 65 minutes à courir. La dernière salve d’arrêts était alors lancée avec la Bentley #7 et la Lexus #14 qui effectuaient leur cinquième ravitaillement, suivies de la voiture de tête. L’occasion pour Molina et la Ferrari SMP de tout donner pour espérer s’arrêter et ressortir devant la McLaren grâce à son arrêt joker.

En Pro-Am Cup, la Mercedes RAM Racing entrait dans la pit lane avec un gros panache de fumée, perdant son leadership au bénéfice de la Bentley #31 Parker Racing.

La Ferrari SMP Racing repartait devant la McLaren Garage 59 et prenait une option sur la victoire alors que la 650S devait même se méfier du retour de la Bentley #7 après avoir mené la majeure partie de la course. Chaussé de neuf, Molina signait même le meilleur chrono de sa voiture à moins d’une heure de l’arrivée quand Ledogar, soufrrant en piste, devait résister à Gounon avec des pneus frais et Albert Costa dont la Lexus n’amusait pas le terrain à quelques encâblures derrière eux. Si la Continental GT3 #7 jouait le podium, la #8 était rentrée dans son stand.

Derrière le Top 3, les écarts se stabilisaient et le Top 10 était complété par la Lexus #14, l’Audi Saintéloc #25, la Porsche Manthey Racing #911, la Mercedes AKKA ASP #88, la BMW ROWE Racing #99, l’AMG GT3 SMP Racing #35 et la Nissan #23.

Mais une crevaison frappait la Ferrari de tête juste après qu’une pénalité pour infraction lors du ravitaillement pour la McLaren #58 offrait la victoire provisoire à la Bentley #8 devant la Lexus #14 et Albert Costa qui revenait sur Jules Gounon. Le drive trough repoussait la McLaren au quatrième rang.

En Silver Cup, la Lamborghini Barwell Motorsport #78 menait et pointait au treizième rang général, deux places devant ses deux poursuivants directs, la Mercedes Black Falcon #6 et la Jaguar Emil Frey Racing #54 qui pouvait signer un deuxième podium cette saison après la victoire de Monza.

Du côté de a Pro-Am Cup, la Ferrari AF Corse #51 était en tête… mais devancée par la McLaren #59 Garage 59, leader en Am Cup. Un petit événement en Blancpain GT Series.

Déchaînés, Costa et Ledogar revenaient respectivement sur Gounon pour la victoire et sur Gachet (Audi Saintéloc #25) pour la troisième marche du podium. Et la Lexus pointait désormais à moins de 3 secondes de la Bentley avec 30 minutes encore à disputer. Gêné par la BMW Walkenhorst, Simon Gachet voyait Come Ledogar revenir dans son sillage, laissant la R8 LMS à la merci de la vitesse de pointe de la 650 S GT3 qui passait à l’intérieur du premier virage, laissant l’Audi subir les assauts de la Mercedes #88 de Marciello, en passe de prendre les commandes du championnat – à égalité avec l’Audi #1 – si un podium était à la clé. Septième, la BMW ROWE #99 devait résister aux attaques de la Mercedes SMP Racing #35 et de la Nissan #23.

Albert Costa alignait les tours ultra rapides pour revenir sur Gounon après avoir perdu du temps dans le trafic. Marciello passait quatrième et se lançait à la poursuite de la McLaren de Ledogar.

Un Full Course Yellow intervenait à 15 minutes du terme, en raison d’un « gendarme couché » endommagé en bord de piste. Marciello passait devant Ledogar sur l’entrée en lice du FCY, laissant le doute sur la légalité du dépassement. Les concurrents étaient relâchés à 12 minutes de l’arrivée. L’Audi #25 Saintéloc rencontrait un souci au restart et rétrogradait au huitième rang, passée par Porsche #911, qui avait pris le dessus sur Marciello ayant dû rendre la position à la McLaren, ainsi que par la BMW #99, elle-même dépassée par la Nissan GT. La Mercedes #88 repartait de plus belle pour reprendre la quatrième place à la Porsche.

Costa revenait à moins d’une seconde de la Bentley de Gounon avec 9 minutes à disputer. La Lexus passait au freinage de la ligne droite du Mistral dans le dernier tour, laissant les deux protagonistes dans le doute d’un éventuel dépassement sous drapeau jaune.Il s’agissait d’un drapeau blanc et a victoire de la RC F GT3 #14 était officielle.

Le podium était complété par la McLaren #58 Garage 59, devant la Mercedes #88 AKKA ASP et la Nissan #23 RJN.