Comme toujours en IMSA WeatherTech SportsCar Championship, la course aura maintenu en haleine les spectateurs du début à la fin avec un final riche en neutralisations et une victoire aussi méritée qu'émouvante pour CORE Autosport au général tandis que Ford et Mercedes l'emportaient en GTLM et GTD après avoir maîtrisé les dernières minutes.

Il semblerait que vous utilisez un bloqueur de publicités.
Aidez-nous à faire évoluer le site en le désactivant. Merci pour votre aide !
  • Prototype

Ne profitant pas de son départ en pole, l’Oreca 07 #54 CORE Autosport rétrogradait dans le classement au profit des DPi avec l’Acura Team Penske #6 en tête devant la Cadillac Wayne Taylor Racing #10 et les deux Oreca #85 JDC-Miller et #54 CORE Autosport quand la première neutralisation intervenait après une vingtaine de minutes.

Mais le classement était remanié au gré des équipes qui en profitaient pour ravitailler ou pas. La relance offrait de belles empoignades mais la course était rapidement calmée par un nouveau Full Course Yellow. Les Cadillac #10 et #5 prenaient les commandes au restart, devant l’Oreca #99, l’Acura #7 et la Mazda #55 bien en jambes en ce début de course.

La mi-course voyait la Cadillac #6 mener devant l’Acura #6, les deux DPi-V.R Action Express Racing #5 et #31 et la seconde ARX-05.

La dernière salve d’arrêts, à 37 minutes du terme voyait les DPi-V.R #10, #5 et #31 mener devant l’Oreca #54 partie en pole, l’Acura #7 et la Mazda #55 qui avait donc perdu trois places dans l’opération. Las, une nouvelle safety car était de sortie quand Montoya perdait une roue avec l’Acura #6.

Devant, Braun épatait en étant remonté au deuxième rang, dans le sillage de la Cadillac #10 de Taylor. Le duel à un quart d’heure du terme était superbe et démontrait qu’une LMP2 bien pilotée et exploitée pouvait lutter face aux Top Teams DPi.

Derrière ces deux-là, les Cadillac Action Express Racing devançaient les deux Mazda Team Joest et l’Acura #7. Mais Tincknell se retrouvait dans le bac à graviers du virage 1, impliquant une nouvelle neutralisation à 12 minutes de l’arrivée, de quoi fragiliser Braun dont la LMP2 était moins à l’aise à la relance que les DPi, à plus forte raison les trois DPi-V.R au couple énorme qui le suivaient après avoir pris la tête sur un superbe dépassement par l’extérieur sur Jordan Taylor.

Ricky Taylor délogeait la Mazda #77 de Jarvis de la cinquième place au volant de l’Acura mais ne pouvait prendre le meilleur sur les trois Cadillac le précédant.

Après avoir signé la pole, Braun offrait une victoire méritée à CORE Autosport, la seconde consécutive pour une Oreca LMP2, devant letrio de Cadillac, la #10 conservant la deuxième marche du podium pour Waynet Taylor Racing devant la #31 Action Express racing.

Une magnifique consécration pour l’équipe multiple championne en titre de LMPC qui est passée au LMP2 avec des moyens sans commune mesure avec les équipes « officielles » engageant des DPi.

© IMSA
  • GTLM

Les choses étaient claires en début de course avec une bataille à trois entre les deux Porsche 911 RSR, la 911et la 912, et la Corvette C7.R #3, le reste du peloton étant distancé de quelques secondes.

Après la première neutralisation, on retrouvait alors la BMW #24 et la Ford #66 devant les deux Porsche, les deux Corvette, la deuxième GT et la seconde M8 GTE. La #24 conservait la tête devant les duos Porsche et Corvette suivis des Ford et de la bavaroise #25, mais la #911 reprenait logiquement les commandes de la catégorie, rapidement imitée par la voiture soeur. Mais Earl Bamber partait à l faute, endommageant la gauche de sa Porsche peu après avoir été touché par une Ford.

Derrière la Corvette #3 en tête, Pilet forçait le passage avec la #911 sur la BMW #24 dans le dernier virage et la M8 s’en trouvait endommagée, obligée de repasser par son stand après un tour au ralenti avec l’arrière droit frottant sur le pneu.

La dernière demi heure était entamée en tête par la Ford #67 devant la Porsche #912 et les deux Corvette, Milner (C7.R #4), Müller (GT #66) et Bamber (911 RSR #911) suivaient devant la BMW rescapée.

Il ne restait que 7 minutes de course quand l’ultime relance était jouée et Westbrook menait avec la Ford #67 devant les Corvette #3 de Garcia et #4 de Milner, la Porsche #911 de Pilet suivant le tri de tête.

La Ford n’était pas inquiétée et s’offrait une victoire autoritaire devant les deux Chevrolet pour un podium 100 % américain.

© IMSA
  • GTD

Les Lexus conservaient leurs premières places en début d’épreuve avant que la neutralisation ne vienne rebattre un peu les cartes. Provoquée par la Porsche Wright Motorsports #16 elle était suivie d’une seconde causée par… la seconde 911 GT3 R de l’équipe qui partait à la faute et touchait le mur.

Derrière les deux RC F GT3 de tête, la Mercedes #33 Mercedes-AMG Team Riley Motorsports, l »Acura #86 Meyer Shank Racing et la BMW #96 Turner Motorsport complétaient le top 5. %ais le classement évoluait avec la Lamborghini #48 Paul Miller Racing aux avant-postes devant la Mercedes #33 et la BMW #96, surprenante troisième.

Las, la BMW M6 GT3 était victime d’un contact qui mettait un terme à ses espoirs de podium après la victoire à Watkins Glen le weekend précédent. Aux avant-postes, la bagarre opposait la Lexus #14 aux Acura #86 et #93 ainsi qu’à la Mercedes #33 et la Lamborghini #48. L’Audi #44 Magnus Racing ne tardait pas à se mêler aux débats.

Lally, au volant de la R8 LMS, était déchaîné et se hissait au deuxième rang derrière Hawksworth et la RC F GT3 #14, avant de perdre deux places derrière la Mercedes de Bleekemolen et la Huracan de Snow.

Le pilote Mercedes portait une attaque incisive à la relance, à 15 minutes de l’arrivée dans le premier virage pour s’emparer de la tête devant les deux Lexus. Mais la #15 perdait des places au bénéfice de l’Audi Magnus Racing, de la Lamborghini Paul Miller Racing et des Acura NSX GT3 du Meyer Shank Racing.

Lally n’était pas rassasié et faisait le forcing pour prendre la deuxième place détenue par Marcelli au volant de la Lexus bleue. Mais il devait se « contenter » de la plus petite marche du podium d’une course gagnée sur la piste et dans les stands par les hommes de Bill Riley.