Des températures proches de zéro, de la neige au sol, des routes verglacées et un vent polaire. La vague de froid qui souffle ces jours-ci est à l'origine de ces événements climatiques qui se matérialisent notamment par du givre sur les vitres de nos voitures. Quelques conseils et recommandations peuvent vous aider à améliorer votre confort et votre sécurité lorsque vous conduisez par temps froid.

– Comment désembuer les vitres ? Le contraste entre les faibles températures extérieures et un habitacle plus chaud crée de la buée sur les vitres. « Dans cette situation, vous devez régler la climatisation au maximum et diriger les bouches d’aération vers les vitres et le pare-brise », explique María García, ingénieur au sein du département Développement et Aérodynamique de SEAT. Des systèmes comme le Defrost Max, de série sur certains modèles comme le SEAT Ateca, accélèrent le désembuage.

– Une tenue hivernale au volant ? Les gants, manteaux et foulards ont tendance à entraver votre liberté de mouvement et constituent donc un risque pour la sécurité. « Le port de gants n’est recommandé que dans des cas exceptionnels, lorsque les faibles températures peuvent provoquer une perte de sensibilité dans les mains sur le volant », souligne l’expert.

– Les sièges chauffants permettent de se réchauffer rapidement. Ils constituent le moyen le plus efficace de se réchauffer en très peu de temps. Ce système fournit une chaleur uniforme en trois minutes seulement. « Ils doivent être activés dès que vous montez dans la voiture et être régulés progressivement au fur et à mesure que vous vous réchauffez. Evitez de les utiliser à haute température pendant de longues périodes », conseille María.

– Pour un voyage agréable, la température idéale est de 21,5° C. On l’appelle d’ailleurs « température de confort ». Le réglage automatique de la climatisation gère de manière autonome la température intérieure de votre voiture. « Il assure une répartition équilibrée de la chaleur : la moitié de l’air chaud sort à environ 40° C près de vos pieds et se refroidit au moment où il atteint le haut du corps et la tête, vous permettant de rester plus alerte au volant », explique l’ingénieur. Conduire lorsque la partie supérieure du corps est extrêmement chaude peut être source de somnolence. « Conduire avec une température intérieure de 35° C est similaire à avoir un taux d’alcoolémie de 0,5 g/l», prévient-elle.

– Un chauffage sans impact sur le budget. Le chauffage n’augmente ni la consommation de carburant ni le besoin en eau. L’explication est simple : « l’eau chaude générée par le moteur est utilisée pour le chauffage. Elle retourne vers le moteur à une température beaucoup plus basse, ce qui est même bénéfique pour le radiateur du moteur ».