Malgré une situation ne favorisant pas la vente de véhicules neufs, l'état belge a pu engranger un bénéfice record l'an dernier au niveau des diverses taxes automobiles.

En 2018, l’état belge a réalisé le jackpot, avec un bénéfice de 20,73 milliards d’euros, recueilli sur les différentes taxes liées au secteur automobile. L’augmentation des accises sur le carburant y est pour beaucoup, puisqu’elle a permis de réaliser une recette supérieure de 12% par rapport à 2017.

En effet, rien qu’en 2018, les accises et la TVA sur les carburants ont permis à l’état de réaliser un gain de 6,1 milliards d’euros. La TVA, de son côté, représente quelques 2,7 milliards d’euros.

Du côté des autres rentrées, l’ensemble reste assez stable, avec 4,6 milliards sur la TVA des pièces détachées et des accessoires, 1,1 milliard sur les entretiens et 1,7 milliard pour les taxes de circulation. Enfin, la TVA générée sur la vente de véhicules neufs atteint 1,6 milliard d’euros, avec près de 550.000 nouvelles immatriculations. A cela viennent s’ajouter d’autres taxes, qui n’étaient pas recensées dans le rapport qui nous a permis de réaliser cet article (assurances, taxes de mise en circulation, …).