Bonus et malus écologiques, primes à la conversion : depuis quelques années, l’état met tout en oeuvre pour convaincre les automobilistes de passer aux véhicules dits “propres”. Pour suivre la tendance, les constructeurs eux-mêmes proposent leur propre gamme de véhicules électriques ou hybrides.

Mais, du côté des consommateurs, la voiture électrique a longtemps été perçue comme trop chère, et trop contraignante : le maillage de bornes de recharge électrique est encore assez faible dans certaines régions. Pour autant, les véhicules à combustion vont-ils rester la norme ? Rien n’est moins sûr, car les aides proposées par l’état commencent à porter leur fruit : la part de marché des voitures électriques et hybrides augmente en Europe depuis 2014. Quels sont les modèles qui ont le plus de succès auprès des automobilistes ?

La Renault Zoé, star du marché de l’occasion

Entre 2015 et 2017, la part de marché des véhicules électriques et hybrides a augmenté en Europe. C’est aux Pays-Bas que l’on trouve la plus grande proportion de véhicules “propres”.

La Renault Zoé est le modèle électrique le plus populaire sur le marché de l’occasion, d’après une étude de vendezvotrevoiture.fr. Avec une autonomie de 400 kilomètres pour le dernier modèle, et un prix plus abordable que la moyenne des véhicules électriques, la Zoé a conquis un public relativement large. En deuxième position, on retrouve la Nissan Leaf, modèle spacieux qui a séduit le public et est accessible à partir de 23 000 €. Suivent l’Opel Ampera, la BMW I3 et la Smart Fortwo.

Du côté des modèles hybrides, c’est sans surprise la Toyota Prius qui arrive en tête de classement. Très pratique pour la conduite en ville, elle est aussi un des premiers modèles hybrides, puisque sa première génération remonte à 1997.

Ces succès sont cependant très relatifs. Les véhicules à combustion classique représentent encore la très grande majorité du parc automobile européen.

Les bornes de recharge : un frein à l’achat ?

La plupart des automobilistes n’ont pas encore sauté le pas, malgré les politiques menées partout en Europe. Le prix élevé des véhicules hybrides et électriques est bien sûr à prendre en compte. Mais les automobilistes sont aussi réticents face à la contrainte que représente une voiture électrique. En effet, même avec les modèles les plus performants, l’autonomie reste encore assez limitée (pas plus de 500 kilomètres). D’autre part, le maillage de stations-services proposant des bornes de recharge électriques est assez faible. On observe de grandes disparités entre les pays, comme le montre le graphique ci-dessous :

Nombre de stations avec bornes de recharge pour 100 000 habitants

Cela peut expliquer que les automobilistes se tournent vers les véhicules hybrides, et notamment les hybrides rechargeables, qui offrent une plus grande flexibilité. Les voitures hybrides disposant d’une double motorisation (thermique et électrique), le moteur thermique prend le relais lorsque la batterie du moteur électrique est à sec. Ainsi, en 2017, en Europe, la part de marché des véhicules hybrides neufs était de 3.46%, contre 0.72% pour les véhicules électriques la même année.