Ce samedi, la norme WLTP entrera en vigueur. Ayant pour but de forcer les constructeurs à réaliser des tests plus réalistes avec leurs véhicules, notamment pour annoncer leurs émissions polluantes, cette nouvelle norme pourra causer, dans certains cas, de gros problèmes, pour immatriculer un véhicule neuf produit sous la norme NEDC.

Si beaucoup de constructeurs ont pris de l’avance afin de ne pas être bloqués par la nouvelle norme WLTP, qui entrera  en vigueur le premier septembre, les acheteurs d’un véhicule neuf faisant partie d’un stock, devront se montrer vigilants.

En effet, si un véhicule neuf est délivré avec un certificat de type « NEDC », et s’il n’est pas immatriculé avant le premier septembre, il ne sera dès lors plus possible de l’immatriculer dans l’Union Européenne. En dehors des acheteurs, cette problématique concerne également les personnes possédant un véhicule neuf qui n’a jamais été immatriculé (pour un/une fils/fille qui aura prochainement son permis de conduire, par exemple).

Le porte-parole de Traxio, Philippe Decrock, s’est confié à nos confrères de l’Avenir : « Pas mal de gens ont acheté un véhicule neuf qui a encore un certificat NECD. Ils ont donc encore un jour pour l’immatriculer ou ils risquent de perdre la valeur de leur véhicule, qui ne pourra plus être immatriculé en Belgique. Cela peut être une voiture destinée à un enfant qui aura prochainement son permis ou encore une que l’on destine à un usage futur. Sans immatriculation avant le 1er septembre, ces voitures neuves ne pourront plus être immatriculées. Avoir acheté un véhicule Euro 6 et ne pas pouvoir l’immatriculer, c’est rocambolesque! »

Espérant pouvoir trouver une solution réaliste avec la DIV (direction immatriculation des véhicules), il est vivement recommandé aux personnes concernées de réaliser le nécessaire.