Actualité

Bruxelles : Le péage urbain validé pour tous les navetteurs

Bruxelles a validé son intention de mettre en place un système de péage urbain. Les premiers tests seront effectués dans le courant de l'année prochaine.

En plus de nombreuses mesures visant à réduire la circulation de véhicules dans son périmètre, la ville de Bruxelles sera prochainement ceinturée de péages, visant à faire payer les navetteurs souhaitant se rendre dans la capitale, ou simplement la traverser.

Ce projet, annoncé comme étant le meilleur moyen de désengorger les rues de la ville, devrait fonctionner sous forme de péage zonal. Ce dernier consiste à faire payer un automobiliste pour une durée donnée, durant laquelle il peut circuler librement dans la ville. Cette méthode s’avère de plus parfaitement adaptée à la capitale, étant donné que cette dernière est déjà équipée d’un vaste réseau de caméras ANPR, également utilisées pour le respect des zones de basses émissions, entre autres.

Malgré tout, Stratec estime déjà le coût d’implémentation de ce péage aux alentours de 70 millions d’euros. Reste à préciser que ce modèle est accompagné de plusieurs inconvénients : Comment se passe le paiement du péage pour les riverains dont les véhicules sont stationnés dans la zone de péage ? A priori, cette méthode ne permet pas non plus de faire varier le tarif du péage en fonction de l’heure de la journée. A titre d’exemple, à Londres, les riverains bénéficient d’une réduction de 90% sur le tarif du péage.

En Belgique, l’idée du péage semble folle, en tenant en compte que le gouvernement collecte des taxes de circulation sur l’ensemble des véhicules immatriculés en Belgique. Cette taxe donne, en principele droit d’accès à l’ensemble du réseau routier public belge. Il s’agirait donc d’une seconde taxe de circulation, uniquement cantonnée à la ville de Bruxelles… pour l’instant.

Quel serait le prix de ce péage ?

En 2013, quand la question du péage zonal était déjà envisagée, un tarif situé « entre » 3 et 12 euros était évoqué. D’après Stratec, le seuil de rentabilité et de dissuasion est situé à 3 euros par jour. Du côté de la ville de Bruxelles, ce péage devrait permettre de dégager entre 323 millions et 1,12 milliard d’euros… par an. De quoi rapidement rentabiliser les installations.

S'abonner
Bouton retour en haut de la page