Présentée l’an dernier à l’occasion du Salon de Genève, il nous aura fallu un peu plus d’un an avant de pouvoir mettre la main sur la nouvelle génération de la Ford Fiesta ST, qui officie comme le ticket d’entrée chez Ford Performance. Alors que son arrivée en concession se rapproche, Ford Belgique nous a permis de réaliser quelques kilomètres à son bord. Il reste à savoir si le passage aux trois cylindres aura raison de son caractère sportif...

A l’occasion d’une journée prévue initialement pour découvrir toutes les variantes de la nouvelle Mustang, Ford Belgique nous a fait la petite et agréable surprise d’apporter un exemplaire de sa toute nouvelle Fiesta ST.

Sans la moindre hésitation, nous sautons de notre Mustang GT animée par son mythique V8 5.0l atmosphérique pour aller confirmer les témoignages élogieux de tous nos confrères qui ont déjà pu tester cette Fiesta ST boostée aux stéroïdes.

Visuellement, elle se distingue du modèle standard par des jantes spécifiques, une calandre en nid d’abeilles, ainsi que par un diffuseur arrière plus sportif. Le seul petit reproche que l’on pourrait lui faire de prime abord, c’est de trop peu se différencier d’une version ST Line, mais bon, relativisons. A son bord, la montée en gamme de la finition est plus qu’apprécié. Le tableau de bord s’offre des plastiques moussés d’excellente facture, le volant, d’une bonne taille, est relativement intuitif au niveau des commandes. Enfin, la nouvelle génération du système multimédia tient enfin la route. A prix inférieur, nous constatons une ambiance beaucoup moins austère que dans sa rivale, la Volkswagen Polo. Comme sur la précédente génération, les sièges signés Recaro offrent un excellent maintien latéral et un niveau de confort plus qu’acceptable. Malgré les jantes 18 pouces, la citadine n’est jamais inconfortable.

Pour la version ST, la plus grosse nouveauté réside sous son capot. Fini le quatre cylindres 1,6l de 182 chevaux, qui cède sa place à un tout nouveau bloc trois cylindres 1.5 EcoBoost, produisant un total de 200 équidés. La ST en profite pour descendre son 0 à 100 km/h à 6,5 secondes, contre 6,9 pour l’ancienne. En parallèle, elle s’octroie un mode launch control, actionnable facilement via l’ordinateur de bord.

Au démarrage, ce petit trois pattes se montre très agréable à l’oreille, même plus que l’ancien bloc. Il faut dire qu’un gros travail sur l’échappement a été réalisé par les ingénieurs. Chaque passage de rapport en mode sport se solde par quelques pétarades bien prononcées.

Nous quittons le parking rempli de Ford Mustang pour partir à l’assaut des belles routes namuroises. La Fiesta ST impressionne directement par sa réponse à l’accélérateur, ne présentant quasiment pas de lag. Les accélérations sont franches mais ne “scotchent” pas non plus dans le siège. En virage, le châssis, quasi parfait, encaisse toutes les ardeurs du conducteur sans broncher. Le freinage est également soigné aux petits oignons et garantit une endurance à toute épreuve. Chaussée de gommes Michelin Pilot Super Sport bien montées à température avec cette météo estivale, il en devient presque difficile de s’autoriser quelques dérives, là où l’ancienne génération le permettait sans soucis. 

Au final, il ne nous aura fallu qu’une trentaine de kilomètres à son volant pour en tomber amoureux. Le moteur se montre coupleux sur toutes les plages de régime, le châssis, comme d’habitude chez Ford, est au top et le confort a été revu considérablement à la hausse. What else ?

Il nous tarde déjà de la récupérer pour une semaine afin de vous dresser notre bilan complet.