La marque à l'étoile de Stuttgart n'est pas venue à la Monterey Car Week avec des bagages légers. Le Vision Mercedes-Maybach 6 mesure 5,7m de long, et ne doit certainement pas être un poids plume puisqu'il embarque une motorisation électrique qui lui offre des performances de sportive.

Malgré un gabarit important, le Vision Mercedes-Maybach 6 sait croquer des GT actuelles. Grâce à ses batteries de 80kWh logées dans le plancher et ses quatre moteurs électriques développant un total de 750ch, il s’arracherait du bitume pour filer jusqu’à 100km/h en moins de 4s. Sa course devrait se terminer à 250km/h, comme toutes les grandes Allemandes ces temps-ci. Son autonomie serait de 500km, à condition bien sur de ne pas abuser de la poussée des moteurs électriques.

maybach_6_monterey_car_week_2016

Le profil du Vision Mercedes-Maybach 6 et sa poupe très effilée n’est pas sans rappeler une des surprises du dernier salon de Francfort : le Concept IAA et son aérodynamique active destinée à réduire le Cx de la voiture en allongeant la partie arrière. Pas de ça ici, mais un dessin proche, qui laisse espérer de très bons résultats dans le domaine. D’autant plus que les jantes de l’étude californienne sont directement inspirées de celles du concept de Francfort pour en réduire la traînée. La calandre aux grilles verticales est la signature des Maybach. Et les portes papillon ne sont pas sans rappeler une 300SL, coupé mythique de la marque à l’étoile.

Vision Mercedes-Maybach 6

Réalité augmentée et aiguille

Le design intérieur se veut aussi épuré que celui de la carrosserie. Ce n’est pas la première fois que Mercedes présente un concept car dont l’habitacle est dépourvu de boutons, remplacés par des boutons virtuels sur un écran qui ceinture tout l’habitacle. Tout est écran. Bien que toujours transparent, le pare-brise lui-même en est un, intégrant de la réalité augmentée pour ajouter des informations de conduite. Ces blocs d’informations sont contrôlés par les occupants via des gestes. Si la technologie avance, Mercedes se dit convaincu qu’il faut un encrage dans le présent, si pas même dans le passé. C’est pourquoi dans ce cocon de technologie on retrouve deux compteurs analogiques.

Autre curiosité de l’habitacle, l’éclairage d’ambiance varie automatiquement pour s’adapter aux occupants et à l’instant. L’ordinateur de bord capte la lumière incidente et la température de l’habitacle pour adapter l’ambiance. Mais ce n’est pas tout, il prend aussi en compte les couleurs des vêtements des passagers. Nul doute qu’à certaines occasions le résultat doit être cocasse.