WRC

Résumé de journée / Rallye d'Espagne

Mikkelsen au top, Ogier assure

La tension commence à monter à l'orée du dernier sprint final du championnat du monde des rallyes. Trois rallyes, trois surfaces différentes, trois profils opposés pour décider du champion du monde 2017. Thierry Neuville n'a plus le droit à l'erreur mais a le meilleur package, tandis qu'Ogier est certain de sa force. Tous les ingrédients sont présents pour une fin de saison sublime.

La particularité du rallye d’Espagne est de se courir sur deux surfaces différentes. Le vendredi se court sur terre alors que la samedi et le dimanche est couru sur asphalte. Il s’agit du seul rallye du championnat a avoir cette spécificité. Aussi étonnant que ça puisse paraitre pour un rallye qui se termine le dimanche sur asphalte avec des voitures en configuration basse et agressive, l’ordre de départ de la journée de vendredi a son importance.

Andreas Mikkelsen dispose dès lors d’un avantage certain vu son classement au championnat du monde. Le pilote norvégien est parti assez loin dans le classement et a su bénéficier d’une route nettoyée par ses adversaires. Le nouveau pilote Hyundai a terminé la première boucle matinale en tête de la course puis a perdu le leadership de l’épreuve l’espace d’une spéciale au profit de Mads Østberg pour récupérer définitivement la tête de la course et terminer cette première journée avec 1.4 sec d’avance sur Sébastien Ogier et trois secondes sur Kris Meeke.

Articles similaires

« Je suis ravi de la façon dont les choses se déroulent », confiait le Norvégien. « C’est une nouvelle voiture et je dois encore m’y habituer. J’étais trop prudent sur les deux premières spéciales, mais j’ai eu de meilleures sensations en changeant les réglages du différentiel. Quelque chose s’est passé avec la suspension en fin de journée, mais nous avons réussi à tenir. »

L’importance du balayage a été cependant moins forte que prévue dans la matinée. Cela a permis à Ott Tanak d’occuper la tête de la course lors des deux premières spéciales. Mais le pilote estonien a ensuite progressivement lâché prise pour échouer au pied du podium provisoire en fin de journée à 6.3 sec de Mikkelsen.

Sébastien Ogier a beaucoup souffert du balayage ce matin où il se retrouvait sur des sections avec moins d’adhérence que sur la neige. Mais le passage sur le section asphalte de Terra Alta et sa hargne habituelle lui ont permis de tenir bon et surtout de s’installer dans le bon train pour clôturer cette journée à « seulement » 1.4 sec de la tête de la course. Tout reste encore ouvert pour les deux jours qui viennent, les jeux ne sont pas encore faits du tout !

Kris Meeke réalise une course propre et soignée. Le pilote britannique, en proie à un manque de confiance flagrant depuis le début de la saison, se doit de terminer sans encombre cette course. Mission – pour le moment – accomplie avec une troisième place provisoire qui aurait pu être encore mieux s’il n’avait pas perdu plusieurs secondes dans un tête à queue.

Dani Sordo, le régional de l’étape, a beaucoup tâtonné en cherchant la solution miracle pour trouver de l’adhérence. Sa course est néanmoins propre et permet au pilote espagnol d’occuper le sixième rang à 10.8 sec de son équipier.

Il devance un autre de ses équipiers en la personne de Thierry Neuville. Le prétendant au titre n’est que septième, à 12.8 sec de Mikkelsen et 11.4 sec de son rival. La lutte pour le titre mondial a peut-être pris une autre tournure lorsque le choix de pneumatiques opéré dans la matinée par le pilote et son équipe s’est avéré inefficace. Neuville et Hyundai ont décidé de partir avec des pneus soft alors que ses adversaires étaient en hard. Le problème est que le pilote Hyundai a perdu toute adhérence après les 10 premiers kilomètres de la dernière spéciale de la matinée. Dommage pour une spéciale de 39 kilomètres… Les réglages opérés sur sa voiture pour la boucle de l’après-midi ne lui ont pas permis de revenir dans la course.

© Hyundai Motorsport GmbH

Neuville commentait sa mésaventure au micro de la RTBF : « Nous sommes partis avec six pneus softs ce matin. On nous a promis, suite à des tests réalisés par Mikkelsen et Sordo, qu’il y avait un gain et que les pneus tenaient au moins 50 kilomètres. Ce choix n’a pas fonctionné finalement. Après dix kilomètres dans la troisième spéciale, on a commencé à bouger. Après 25 km, les pneus étaient rincés et il n’y avait plus de traction. On a fait une superbe spéciale mais les pneus n’étaient plus efficaces. Il n’y avait aucun moyen d’aller plus vite. On est à 11 secondes d’Ogier, c’est pas la fin du monde. L’objectif, c’est de revenir, de toute façon nous n’avons pas le choix… Avec les mêmes pneus qu’Ogier, on aurait été dans les mêmes chronos. »

Rien n’est encore joué, Neuville peut refaire son retard sur asphalte tout comme Ogier peut rencontrer un problème et la balance penchera alors dans l’autre sens. Le plus important, et c’est ce que nous souhaitons tous, est de voir un combat acharné entre deux pilotes ultra rapides pour un titre mondial qui se jouera dans la dernière spéciale du dernier rallye!

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page