Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul avaient à coeur de rattraper un Monte Carlo plus que moyen dès ce rallye de Suède et on peut dire qu'ils y mettent du coeur !

Il semblerait que vous utilisez un bloqueur de publicités.
Aidez-nous à faire évoluer le site en le désactivant. Merci pour votre aide !

Certes les conditions sont toutes à l’avantage du duo belge – ou au désavantage des ses adversaires directs – mais il faut dire que Neuville et Gilsoul ont accompli un splendide travail lors de cette première journée complète du rallye de Suède 2018.

Les conditions de route étaient particulièrement difficiles pour les ouvreurs lors la première boucle. Une épaisse couche de neige poudreuse recouvrait les routes des forêts scandinaves, les organisateurs ayant refusé de faire passer le chasse-neige avant le passage du rally. Comme à son habitude, Sébastien Ogier s’est plaint des conditions déplorables empêchant les concurrents de tête – dont lui-même, Ott Tanak et Jari-Matti Latvala – de pouvoir se battre à armes égales avec leurs adversaires. Chose plus surprenante, Ott Tanak est également sorti de ses gonds dès les premières spéciales pour se plaindre lui aussi de ce désavantage. Malgré cela, l’Estonien remporte la première spéciale de la journée pour porter son avance à 6.8 sec sur Mads Østberg au classement général.

Mais dès la deuxième spéciale de la matinée, la machine Hyundai s’est mise en route. Thierry Neuville, Andreas Mikkelsen et Hayden Paddon se sont partagé les spéciales restantes, à l’exception de deux passages dans l’après-midi remporté par Craig Breen. Le Belge de Hyundai a pris les commandes du rallye dès l’ES3 pour ne plus les lâcher. Son avance sur le deuxième, Andreas Mikkelsen un temps dépassé par Lappi, n’a jamais excédé 4.9 sec, écart entre les deux hommes au terme de cette première journée. Paddon en a également profité, en toute fin de journée, pour monter sur la troisième marche du podium à 12.1 sec de son leader.

« C’était bien d’être cinquième dans l’ordre des départs », confiait le Belge. « J’ai pu profiter des trajectoires dessinées par les pilotes qui partaient avant moi tout en attaquant assez pour rester dans le rythme des autres. En voyant les conditions cet après-midi, je savais que nous aurions du mal, mais nous avons parfois su nous montrer plus rapides que ceux qui s’élançaient après nous. »

Là où les clous de la Hyundai pouvaient mordre la glace sur des routes bien dégagées, la Ford Fiesta de Sébastien Ogier n’avait que de la neige bien tendre et volatile pour seul support. Impossible de s’accrocher dans la glace pour espérer la moindre adhérence. Le champion du monde vit un véritable chemin de croix en Suède et n’occupe qu’une modeste douzième place à 2:48.8 de la tête de la course. Le Français est totalement impuissant face au désastre et fait du mieux qu’il peut sans commettre d’erreur.

Guère mieux lotis, les autres favoris à la victoire suédoise que sont les pilotes Toyota Lappi, Latvala et Tanak occupent les 7e, 8e et 9e rangs à plus d’une minute de la tête de la course. Eux aussi sont confrontés soit au balayage soit à des soucis de puissance moteur comme ça a été le cas pour Lappi. Le jeune Finlandais occupait le deuxième rang quand une sortie de route lui faisait engouffrer plusieurs kilos de neige dans sa calandre obstruant un filtre à air. La sanction fut immédiate et une puissance moteur en berne le fit chuter au classement.

Ce samedi la caravane du WRC va aller vers l’est et le célèbre Colin’s Crest où les records de sauts seront remis en jeu.

1.5BELT. NEUVILLE1:16:13.1
2.4NORA. MIKKELSEN1:16:18.0+4.9+4.9
3.6NZLH. PADDON1:16:25.2+7.2+12.1
4.11IRLC. BREEN1:16:25.7+0.5+12.6
5.12NORM. OSTBERG1:16:26.3+0.6+13.2
6.3FINT. SUNINEN1:16:42.7+16.4+29.6
7.9FINE. LAPPI1:16:51.6+8.9+38.5
8.7FINJ. LATVALA1:17:19.3+27.7+1:06.2
9.8ESTO. TÄNAK1:17:42.1+22.8+1:29.0
10.10GBRK. MEEKE1:17:56.7+14.6+1:43.6
11.2GBRE. EVANS1:18:54.4+57.7+2:41.3
12.1FRAS. OGIER1:19:01.9+7.5+2:48.8