A première vue, en dehors de la taille, il serait facile de faire l’amalgame entre une motocross et un pit bike. C’est d’ailleurs bien sur ce critère que toute la différence se fait : la taille. Ces petites motos sont en général proposées aux enfants ou adolescents dans le but des les aider à se familiariser avec la conduite d’une moto. En plus d’être fiables et agiles, c’est surtout sur le plan financier qu’elles font la différence, avec un prix d’appel bien moins élevé que pour une moto traditionnelle.

© Darin House

Le terme pit bike ne vous est pas familier ? Vous le connaissez peut-être sous un autre nom : Mini moto, Dirt bike, Mini bike, …

Initialement conçue pour se déplacer dans les paddocks lors de week-ends de course dans les années 60, le pit bike a rapidement troqué les abords de la piste pour divertir les plus jeunes… et pas que. En effet, cette moto cross miniature est très rapidement devenue une véritable discipline à part entière. Avec un public cible allant de 16 à 35 ans, le pit bike séduit de par sa nervosité et son comportement difficilement égalable sur une moto de cross conventionelle. Les motorisations, toujours articulées autour de moteurs quatre temps, sont déclinées sur des cylindrées allant de 90 à 190cc. Pour les très jeunes, des 50cc sont également proposées par les constructeurs.

Au vu de l’engouement créé par le pit bike dans nos contrées, la France possède notamment depuis 2006 son propre championnat de Pit Bike, créé par Cyril Porte, un ancien pilote de supercross et de motocross d’envergure internationale. Il organise chaque année cette compétition, comptabilisant habituellement entre quatre et huit dates réparties sur tout le pays. Dans le passé, cette compétition était nommée le MiniMoto SX et se déroulait à Las Vegas, aux Etats-Unis. Ces championnats sont généralement divisés en plusieurs catégories, délimitées en fonction de l’expérience des pilotes. A titre d’exemple, nous retrouvons une catégorie “kid” entièrement dédiée aux enfants ou encore une autre, “girl”, réservée aux filles. D’autres catégories sont également allouées aux pit bike non préparées ou encore pour les versions semi-automatiques. D’autres compétitions de ce type sont organisées au niveau régional et local, comme le Challenge Grand Ouest (CGO), où concourent les meilleurs pilotes de l’ouest de la France.

A noter que si ces engins ont leur place sur un circuit, il en est bien différent pour les routes ouvertes. Ces motos ne peuvent en effet être homologuées. En dehors du fait qu’il soit possible de vous faire saisir la mini moto en plus de vous voir infliger une sévère amende en cas d’usage sur la voie publique, le principal risque concerne l’impossibilité d’assurer un tel véhicule. Leur usage est donc exclusivement réservé aux circuit et aux terrains privés.

Si la discipline vous attire, il existe des spécialistes tels que WKX Racing, qui se feront un plaisir de vous accompagner dans le choix de votre pit bike. Vous trouverez d’autres informations concernant la discipline en cliquant ici…. A vos claviers !