Il le savait avant d'arriver sur le sol mexicain, il va souffrir du balayage. Thierry Neuville, en sa qualité de leader du championnat du monde, doit ouvrir la route et balayer la poussière qui recouvre les pistes. C'est la règle et le Belge compose avec. Mais quand ça ne veut pas, ça ne veut pas !

Il semblerait que vous utilisez un bloqueur de publicités.
Aidez-nous à faire évoluer le site en le désactivant. Merci pour votre aide !

Les trois premières spéciales de la journée ne s’étaient pourtant pas trop mal passées. « Seulement » 43 secondes de perdues et une septième place au général à 10 petites secondes de son équipier Andreas Mikkelsen. Thierry Neuville parvenait à vaincre les difficultés pour limiter les dégâts dans cette position désavantageuse qu’est la position d’ouvreur.

Pendant ce temps, Dani Sordo a chipé la première place du général à Kris Meeke – brièvement leader après la première spéciale matinal – et conforter une avance de 16.6 sec jusqu’à l’assistance de la mi-journée. « Au second passage, les conditions seront plus égales pour tout le monde. Ce sera également très dur pour les pneus », explique Dani. « Il n’y aura pas beaucoup de grip, mais je ne sais pas si nous pourrons utiliser les gommes tendres. Elles seront proches de la limite, il faudra faire le meilleur choix. »

La très bonne surprise du jour est la position de Sébastien Loeb. Le vétéran s’est installé en troisième position à seulement 1.3 sec de son équipier. Lui-même se posait la question sur son niveau par rapport aux habitués du WRC, la réponse est claire et nette, il n’a rien perdu de sa superbe ! Certes il est bien aidé par sa position sur la route puisqu’il s’élance en dernier de la catégorie Elite sur des pistes bien nettoyées mais il faut quand même le faire ! Rappelons qu’il n’a plus couru sur terre en mondial depuis mai 2013 et surtout il découvre en compétition les WRC nouvelle génération.

Elfyn Evans a été l’auteur bien malgré lui d’une belle cabriole. Sa Ford Fiesta est partie en tonneaux en sixième en rebondissant sur une bosse mal placée. « En sixième, il y avait une mauvaise bosse qui a expédié la voiture dans les airs. L’arrière est mal retombé mais je n’avais plus de puissance pour la remettre dans l’axe. Nous avons touché un talus avant de faire quelques tonneaux. »

Au final, Thierry Neuville a du composer avec d’importants problèmes moteur dans la dernière spéciale de la boucle. Il perd 25 secondes d’un coup qui plus est sur une spéciale longue de 1.3Km ! Il semblerait que ce soit des coupures moteur similaires à celles qu’il avait déjà rencontré l’année dernière… Mais comble de malchance, le pilote s’est blessé au bras pendant la spéciale. En effet, pour préserver le moteur et éviter toute casse définitive, la Hyundai dispose d’un mode de sécurité qui ne peut s’activer que lorsque la portière est ouverte pour éviter toute manipulation malencontreuse en course. Thierry a donc été contraint d’ouvrir sa portière tout en pilotant ce qui a eu pour conséquences de claquer la portière sur son bras coincé par l’arceau de sécurité. Nous verrons alors dans la boucle de l’après-midi non seulement si les problèmes moteur ont disparu mais si les douleurs au bras de Neuville ne l’handicape pas trop pour poursuivre sa route.