La messe était dite depuis hier. Sauf bouleversements majeurs, le classement final du rallye du Mexique ne devait pas trop changer ce dimanche. Il nous restait juste la Power Stage à nous mettre sous la dent pour avoir un peu de suspense. Et nous n'avons pas été déçu !

Le seul fait marquant de la matinée est la sortie de Kris Meeke. Le Britannique se devait de conserver sa deuxième place au général, Dani Sordo n’étant qu’à 10 secondes. Meeke est parti full attack mais il est parti à la faute dans un virage à gauche à 4Km de l’arrivée de la première spéciale. La Citroën C3 WRC s’est retrouvée sur le flanc alors que le pilote était à faible allure. Les spectateurs présents se sont rués vers le bolide pour le remettre sur ses quatre roues. Kris Meeke est alors reparti le couteau entre les dents. Malgré cela, ce sont 40 secondes qui ses sont envolées et la deuxième marche du podium. Dans l’aventure, l’aileron arrière s’est retrouvé arraché, compliquant la tâche du pilote pour le reste de la journée.

« J’arrivais juste sur des pavés et la voiture a glissé. Il y avait un profond fossé à l’extérieur et nous avons basculé sur le côté », a expliqué Meeke.

Il n’y eu pas d’autres faits marquants par la suite. Latvala remportant la première spéciale du jour puis Ott Tanak s’est adjugé la suivante. Avant la Power Stage, l’avance de Sébastien Ogier est alors de 55.2 sec sur Sordo, 1:13.7 sur Meeke, 1:45.9 sur Mikkelsen, 2:29.2 sur Loeb et enfin 5:02.2 sur Neuville. Les hostilités peuvent donc commencer pour les points de la Power Stage.

Et malheureusement arriva la Power Stage. Sébastien Ogier avait ouvert la voie en Suède au grand dam du public. Le français n’ayant plus rien à jouer au général avait alors volontairement pointé très en retard au départ de la Power Stage pour bénéficier d’une route plus propre et donc plus rapide pour marquer de meilleurs points quitte à prendre une pénalité au général, ce qui au final ne changeait rien.

Cette manoeuvre étant parfaitement légale du point de vue du règlement puisque « pas interdite », les autorités ne pouvaient rien faire contre ça. Aujourd’hui ce sont donc Ott Tanak et Thierry Neuville qui ont procédé de la même manière au Mexique pour pouvoir s’élancer sur une route bien balayée. Et ce ne sont pas les 4 minutes 30 et 4 minutes 10 de pénalité qu’ils ont respectivement reçues qui changent leur classement au général.

L’opération a bien fonctionné pour l’Estonien qui s’adjuge les 5 points offerts pour la Power Stage. Par contre pour le pilote Hyundai, le bilan est plus mitigé puisqu’il ne termine que 4e et n’empoche donc que 2 points supplémentaires. Au championnat du monde, Ogier reprend la tête du classement provisoire pour 8 unités devant Neuville.

Sébastien Ogier a terminé 2e de la Power Stage, devant Latvala, Neuville et Mikkelsen. Il est cependant évident que cette roublardise des pilotes va laisser des traces. Un cas isolé en Suède pouvait passer mais voir une situation similaire se reproduire lors de la course suivante par deux autres pilotes commence à faire tâche. La balle est dans le camps de la FIA pour encadrer ce genre de comportement.

Une autre conséquence tient dans le fait que les pilotes s’élançant volontairement beaucoup plus tard passe dans la spéciale après la fenêtre télévisée. Ils ne passent donc pas sur les chaines de télévision. Espérons que les équipes d’usine et leurs partenaires n’apprécient que moyennement cette perte sèche en terme de visibilité d’autant plus que la manipulation n’est pas très populaire au sein du public.

Affaire à suivre donc…

1. 1 FRAS. OGIER 3:53:58.0
2. 6 ESPD. SORDO 3:55:11.6 +1:13.6 +1:13.6
3. 10 GBRK. MEEKE 3:55:27.2 +15.6 +1:29.2
4. 4 NORA. MIKKELSEN 3:55:46.4 +19.2 +1:48.4
5. 11 FRAS. LOEB 3:56:32.6 +46.2 +2:34.6
6. 5 BELT. NEUVILLE 4:03:11.0 +6:38.4 +9:13.0
7. 31 SWEP. TIDEMAND 4:04:32.7 +1:21.7 +10:34.7
8. 7 FINJ. LATVALA 4:09:45.1 +5:12.4 +15:47.1