Des conditions pour le moins extraordinaires en Sardaigne, de la pluie, de la boue, de la poussière. Des rebondissements à chaque spéciale et un classement - presque- inattendu à l'issue de cette première journée. Tels furent les ingrédients de ce début de rallye de Sardaigne.

Il semblerait que vous utilisez un bloqueur de publicités.
Aidez-nous à faire évoluer le site en le désactivant. Merci pour votre aide !

Dès le shakedown d’hier il était écrit que ce rallye de Sardaigne allait jouer avec les nerfs des concurrents, des équipes et des spectateurs. De la pluie… En Sardaigne… Au mois de juin… Ça sentait le roussi dès les premières toupies des Neuville et Mikkelsen dans la boue.

Et ce vendredi confirme ce que nous avions senti hier. De violentes averses se sont abattues dans les montagnes sardes faisant tomber par terre tous les pronostiques qui voyaient Thierry Neuville – le leader du championnat du monde – et Sébastien Ogier – son dauphin – dans les profondeurs du classement à cause de leur rôle d’ouvreurs/balayeurs. Passer en premier sur la terre de Sardaigne est traditionnellement un handicap qui voit souvent les hommes de tête relégués à plusieurs dizaines de secondes du haut du classement.

Mais la boue en a décidé autrement et ce sont bien les prétendants au titre mondial qui occupent les deux premières places du classement général provisoire, Ogier devançant Neuville de 18.9 sec.

Dès la matinée, la météo se montrait d’humeur blagueuse. Des routes détrempées et du brouillard étaient au menu du petit déjeuner pour réveiller les plus récalcitrants. A ce petit jeu, Andreas Mikkelsen s’est montré le plus véloce en signant les deux premiers scratches. Dans la logique le Norvégien de Hyundai s’installe en tête de la course. « C’était une excellente matinée », confiait le leader. « Nous avons fait la différence dans la première spéciale. Nous disposons d’une bonne avance, mais il suffirait d’un tête-à-queue pour que Thierry nous rattrape. Cet après-midi, les routes seront sèches… Mais le seront-elles assez pour chausser les pneus durs ? Je n’en suis pas sûr. »

À la pause déjeuner, Neuville pointait au deuxième rang à 14 secondes de Mikkelsen et Ogier, plus prudent, occupait la cinquième place à 23 secondes, Tanak et Suninen étant intercalés entre les deux hommes. Le leader du championnat a, malgré les conditions, signé un scratch dans la dernière spéciale de la boucle. « Je pensais n’avoir aucune chance d’être dans les huit premiers ce matin », affirmait le Belge. « Même si la pluie a aidé, il reste encore du balayage à faire. J’ai attaqué très fort et je me suis fait quelques chaleurs. Nous devons peut-être nous calmer un peu. »

Dès la reprise de la deuxième boucle, Ogier a frappé fort, très fort. Le champion du monde signe le scratch avec 12.5 sec d’avance sur Lappi, 15.2 sec sur Tanak et 17.5 sec sur Neuville. Mikkelsen n’est que 6e de la spéciale à plus de 26 secondes ! Le pilote Ford s’installe dès lors en tête de la course avec 3.5 sec sur Mikkelsen et 8.5 sec sur Neuville. Toute l’expérience du quintuple champion du monde a parlé et ses adversaires s’en sont retrouvés bernés. « C’était une journée piégeuse », confiait le Français. « Je n’ai pas voulu prendre des risques insensés. Le deuxième passage sur Tula était difficile, mais j’ai gagné beaucoup de temps. C’était surprenant, mais j’étais plus offensif que le matin. Cela dit, je vais quand même devoir aller vite demain ! »

La spéciale suivante allait voir le premier abandon significatif de la journée. C’est la Hyundai de Mikkelsen qui a d’abord rendu l’âme, ou plus précisément sa boite de vitesse. Dans un virage à droite en montée, la Hyundai s’est arrêtée, impossible de passer la moindre vitesse. Mikkelsen a alors décidé de se laisser glisser pour se mettre hors trajectoire en s’appuyant sur un ballot de paille. Mal lui en a pris car les échappements brûlants de son bolide ont mis le feu à la paille !

La dernière spéciale de la journée allait quant à elle être fatale à deux autres pilotes, Ott Tanak et Teemu Suninen ont été contraint de jeter l’éponge. Ott Tanak a endommagé le radiateur de sa Toyota à la réception d’un saut tandis que le pilote Ford partait à la faute alors qu’il occupait la quatrième position du général.

Au final, Sébastien Ogier sort grand vainqueur de cette première journée avec 18.9 sec d’avance sur Neuville, 37.2 sec sur Latvala, 41.6 sec sur Lappi et 58.3 sec sur la Citroën C3 de Østberg.

1.1FRAS. OGIER1:35:56.9
2.5BELT. NEUVILLE1:36:15.8+18.9+18.9
3.7FINJ. LATVALA1:36:34.1+18.3+37.2
4.9FINE. LAPPI1:36:38.5+4.4+41.6
5.12NORM. OSTBERG1:36:55.2+16.7+58.3
6.6NZLH. PADDON1:36:58.4+3.2+1:01.5
7.11IRLC. BREEN1:37:22.9+24.5+1:26.0