63, 35, 45, 53, … On pourrait presque s’y perdre. Quoiqu’il en soit, Mercedes n’a pas perdu de temps pour nous dévoiler la première version sportive de sa toute nouvelle CLS. Reste à savoir ce qu’elle a dans le ventre !

Présentée la première fois en 2004, la Mercedes CLS est l’instigatrice de la mode des berlines aux formes de coupés. Si la première génération a été mise au placard, au profit d’une toute nouvelle version, plus en lien avec les nouveaux codes de la marque, elle se bat dorénavant contre de sérieuses concurrentes.

Reposant sur une plateforme partagée avec la Classe E et la mythique Classe S, on peut dire que cette CLS démarre sur de solides bases. Plus longue et plus large que son imposante devancière, elle s’affiche cependant sous une coupe plus dynamique et moins « lourde ». Nous étant proposée ici dans sa déclinaison 53, sortant des ateliers de Mercedes-AMG, elle gagne encore quelques points sur son look.

En effet, elle se distingue d’une “banale” CLS par des voies élargies, des jantes spécifiques, un pare-chocs avant plus agressif et, enfin, un magnifique diffuseur arrière enrobant deux fois deux sorties d’échappement, rondes, disposées aux extrémités de la berline. A son bord, si le volant arbore les trois lettres mythiques “AMG”, l’ambiance reste semblable à celle d’une CLS conventionnelle.

Ainsi, nous retrouvons un intérieur fini à la perfection, alliant, dans notre cas, bois, cuirs et plastiques brillants. On ne se lasse définitivement pas de ce nouvel intérieur Mercedes ! Depuis le siège conducteur, l’occupant a une vue sur le désormais classique double écran, ainsi que sur un affichage tête haute s’adaptant au mode de conduite (apparition du compte tours en mode sport).

Si le passager et son conducteur ne manqueront pas de place à l’avant, une personne du mètre quatre-vingt pourra sentir un manque d’espace au niveau de la garde au toit, en raison de la forme coupée de la CLS. Malgré tout, de longs trajets à son bord ne devraient globalement pas poser de soucis.

Passons maintenant à la pratique. Le terme 53 ne vous parle pas ? Ne vous inquiétez pas, il est nouveau chez Mercedes-AMG. Dans la pratique, ces modèles désignent l’utilisation de la technologie EQ Boost.

Le six cylindres en ligne qui équipe la CLS 53 est en effet assisté par une électrification intelligente. Un alterno-démarreur est positionné entre le moteur et la boîte de vitesses. Couplée à un compresseur additionnel électrique, cette technologie permet de réduire considérablement les consommations, tout en optimisant les performances. Grâce à cela, “notre” CLS 53, forte de 435 chevaux, est capable d’abattre un 0 à 100 km/h en 4,5 secondes, tout en affichant des consommations de l’ordre de 10 litres aux 100 kilomètres. En se contentant d’une conduite en bon père de famille sur autoroute, il est même possible de descendre sous cette moyenne. Grâce au compresseur électrique et à la boîte de vitesses réactive, le couple est disponible rapidement, et permet donc des accélérations rapides et vives.

A l’instar de la redoutable Mercedes-AMG E63 S (lire notre essai ici), la CLS 53 est dotée de la nouvelle transmission intégrale 4Matic+. Cette dernière permet de gérer intelligemment la balance de puissance entre les essieux. Sa particularité est de pouvoir envoyer 100% du couple sur les roues arrière, tout en offrant un filet de sécurité au conducteur en cas d’excès de confiance ou de conditions climatiques délicates.

Pour en terminer avec les nouveautés, la berline qui vous est présentée est équipée d’une suspension pneumatique Ride Control+ AMG, ayant pour but d’offrir une polyvalence accrue au véhicule. Dans la pratique, cette Mercedes-AMG CLS 53 est de loin le modèle le plus polyvalent que nous avons pu tester au sein de la gamme du préparateur. Grâce à son tempérament on/off, proposé par les modes de conduite, cette CLS 53 peut aussi bien être assimilée à une machine à sensations qu’à un salon roulant. Un pur régal.

Au démarrage, le six en ligne 3.0l laisse échapper une sonorité très sympathique et bien mise en valeur par l’échappement sport. En mode confort, un léger grondement vous rappellera que vous êtes à bord d’une version sportive. Toutefois, en passant en Sport, c’est une autre histoire. Les montées en régime sont impressionnantes, tout comme la sonorité. Lors des passages de rapports et des phases de décélération, elle laisse échapper quelques pétarades, toujours amusantes à écouter.

Sur routes sinueuses, nonobstant les quasi deux tonnes du bébé, la CLS se montre très efficace. Avec la transmission 4Matic+ à tendance propulsive, on y prend beaucoup de plaisir. La direction, nette et précise, permet de la placer où on le veut, le tout avec une facilité déconcertante. Le freinage, assuré par des disques acier, et au rendez-vous, ne semble pas faiblir dans le cadre d’une conduite dynamique sur route ouverte. En quittant les jolies routes du namurois, on repasse en mode confort. Dès lors, la CLS 53 reprend son rôle de grosse berline ultra confortable.

Débutant à 66.000 €, il faudra compter à partir de 94.700 € pour cette motorisation. En y ajoutant des options de confort, telles que le ciel de toit en alcantara, le cuir nappa, ou encore le key-less, il faudra débourser un peu plus de 130.600 € pour vous offrir une version similaire à celle de notre modèle d’essai.

Et si…

nous devions choisir une voiture à usage quotidien chez Mercedes-AMG, note choix se dirigerait à coup sur sur cette nouvelle CLS 53 !