Mercedes-Benz

Essai : Mercedes-Benz GLB 250 4Matic

Avec l’apparition de la nouvelle Classe A, Mercedes a étendu son architecture à un nouveau SUV, plus pratique et familial que le GLA. Permettra-t-il à la marque à l’étoile de briller sur ce segment très concurrentiel ?

Depuis quelques années, les familles nombreuses constatent une sérieuse diminution de l’offre concernant les véhicules familiaux. En effet, à moins d’opter pour de coûteux SUV aux dimensions hors-normes, il n’est plus aussi aisé de s’offrir un véhicule comptant sept places.

Si Volkswagen, Skoda Peugeot et d’autres proposent des SUV compacts dotés de sept vraies places, Mercedes est désormais seul avec Land Rover à en proposer sur le segment premium.

Malgré son appartenance à la famille de la Classe A, le GLB en impose. Face à lui, nous découvrons un SUV plus long de 22 centimètres qu’un GLA, mais conservant des mensurations presque identiques en hauteur et en largeur. Agrémenté de son pack AMG, le SUV familial s’affiche sous sa plus belle forme, avec de belles jantes de 19 pouces et des boucliers plus agressifs. Pour mettre en valeur son aspect utile, le GLB s’équipe de bardages en plastique sur toute sa partie inférieure. Visuellement, il ne cache pas sa filiation avec ses grands frères, GLC, GLE et GLS.

A son bord, le poste de conduite se calque naturellement sur celui de la famille “A”. Le conducteur a donc face à lui un nouveau volant multifonctions très intuitif et la dalle d’écran incluant à la fois le combiné d’instruments et le système multimédia. Le tout est pilotable via les molettes apposées sur le volant ou à l’aide du pavé tactile, placé sur la console centrale. Le système MBUX permet pour rappel d’établir une réelle liaison entre le conducteur et le véhicule. En plus de s’adapter à la plupart des habitudes de ce dernier (radio utilisée, trajets réguliers), il offre un niveau de connectivité impressionnant, via une application pour smartphone. Les surcouches Android Auto et Apple CarPlay peuvent en plus être utilisées en complément.

L’habitacle laisse transparaître une finition de bonne facture, bien que inférieure à celle d’un GLC. Il offre une multitude d’espaces de rangements aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Sur la banquette arrière, réglable vers l’avant ou l’arrière, la plupart des gabarits s’y sentiront à l’aise. Avec son empattement allongé, les genoux ne sont pas à l’étroit. La garde au toit est également très bonne, avec de quoi accueillir confortablement des personnes du mètre quatre-vingt sans le moindre souci. Le coffre offre un volume allant de 560 à 1 755 litres.

Pour notre essai, Mercedes nous a mis à disposition la dernière motorisation standard de la gamme, juste avant la version AMG 35. “Notre” GLB 250 est ainsi équipé de la transmission intégrale et d’une excellente boîte automatique à huit rapports. Avec ses 250 chevaux et 350 Nm de couple, le SUV n’a aucun mal à effectuer des dépassements et de belles reprises. Avec ses 1670kg à déplacer, il assure un 0 à 100 km/h en 6,7 secondes. Comme d’habitude chez Mercedes, la puissance est assortie d’un système de freinage cohérent et endurant.

Côté consommation, la moyenne de notre essai d’une semaine s’est stabilisée sur 8,5l / 100 kilomètres. Une conduite plus franche lui fera toutefois facilement dépasser la barre des 10 litres.

En terme de confort, le GLB se montre excellent. Bien que rigide, comme à l’accoutumée des véhicules germaniques, il offre un confort de haut niveau. Les sièges fournissent un maintien suffisant et les prises de roulis maîtrisées en font une voiture très polyvalente, même pour les personnes préférant le touché de route d’une berline ou d’un coupé. Le quatre en ligne de 2.0l se montre linéaire mais jamais avare lors des reprises. Proche de la zone rouge, il dégage de plus une sonorité plutôt sympathique.

Dans son offre, Mercedes propose toujours un large choix de moteurs, reposant sur des quatre cylindres essence et diesel. Ils sont tous équipés des dernières technologies, visant à réduire les émissions de particules fines et de CO2.

De base, le GLB s’associe avec un bloc essence de 136 chevaux, pour un prix de base de 37.510€. En optant pour la version 250, le tarif débute à 44.891€. En l’équipant du pack Keyless, du pack night et d’une multitude d’autres options, la note atteint finalement les 55.000€ pour un exemplaire tel que celui que nous vous présentons.

Et si…

… Les chiffres avancés par Mercedes évoquant qu’un de leur modèle vendu sur trois est un SUV et qu’un véhicule vendu sur quatre est une comptacte sont justes, ce GLB a tout pour plaire à sa clientèle ! De plus, sa position sur la branche premium lui permettra d’attirer une clientèle qui est actuellement cantonnée à des constructeurs généralistes pour ce type d’engins.

S'abonner
Bouton retour en haut de la page