Décidément, Lamborghini semble avoir fait un bon coup commercial avec son Urus. Moins d'un an après sa présentation, le constructeur doit déjà revoir l'organisation de ses chaines de montage pour suivre la cadence !

Lamborghini ne semble pas connaitre la crise. Avec son Urus, un SUV sportif repris sur la base de l’Audi Q8, le constructeur affiche des ambitions colossales. Malgré cela, le constructeur doit déjà faire face à des soucis au niveau des délais de livraison, qui ont tendance à s’allonger sérieusement pour les clients.

Si Lamborghini tablait sur environ 3500 Urus par an, la marque travaille déjà sur l’optimisation de sa chaine de montage, qui devrait lui permettre de gonfler ce chiffre à environ 4000 / 4500 Urus par an.

Si la plupart des clients achetant une supercar sont prêts à attendre un an, voire plus, pour recevoir une Huracan ou une Aventador, la patience est généralement moins de mise pour le segment des SUV. Il faut dire que sur ce segment, la concurrence est beaucoup plus rude, avec Mercedes-AMG, Porsche, Bentley, …

Pour rappel, un Urus « de base » est vendu au prix de 205.000 €.