Lors de son lancement, la nouvelle génération de l'Audi SQ5 ne se déclinait qu'en version essence. Aujourd'hui, le SUV se dote d'une nouvelle variante TDI.

Notre site ne tire des profits que de la publicité, en échange d'un contenu de qualité et entièrement gratuit. Aidez-nous à évoluer en désactivant votre bloqueur de publicités pour notre site.

Le groupe Volkswagen souhaiterait enterrer le diesel ? Pas si sur ! Audi vient d’ailleurs de dévoiler la nouvelle variante TDI de son SQ5. De cette manière, la clientèle peut désormais faire son choix entre un V6 3.0l TFSI et un nouveau V6 TDI, bénéficiant d’une architecture semi hybride de 48 V.

Avec ses 347 chevaux et 700 Nm de couple, ce nouveau SQ5 TDI expédie le 0 à 100 km/h en 5,1 secondes. Grâce à l’installation d’un compresseur à entraînement électrique, le SUV est ainsi capable d’aller chercher une grosse partie de son couple à très bas régime. De quoi lui permettre d’afficher des émissions de CO2 comprises entre 172 et 177 grammes par kilomètre parcouru.

La transmission intégrale permanente quattro équipe le nouveau SQ5 TDI de série, comme tous les autres modèles S du constructeur. En mode de conduite normal, son différentiel central autobloquant répartit le couple selon un rapport 40-60 entre l’essieu avant et l’essieu arrière. En cas de patinage, l’essentiel des forces est transmis à l’essieu jouissant de la meilleure traction, soit maximum 70 % à l’avant ou 85 % à l’arrière en fonction de la situation de conduite.

La répartition sélective du couple par roue, une fonction logicielle intelligente complétant la transmission quattro, est active sur tous les types de terrains. En cas de négociation dynamique des virages, elle freine légèrement les roues se trouvant à l’intérieur du virage avant même qu’elles ne commencent à patiner. C’est ainsi que le différentiel permet de diriger la force motrice sur la roue qui jouit de la meilleure traction. Grâce à ce système, le SUV sportif négocie les virages avec une grande aisance. En effet, son comportement autodirectionnel reste très longtemps neutre et la tenue de route est ainsi stable, précise et agile.

En parallèle, il est possible d’opter pour un différentiel sport, placé au niveau de l’essieu arrière. En cas de négociation dynamique des virages, ce système permet de répartir le couple de manière active entre les roues arrière. Le différentiel sport pousse le véhicule à l’intérieur du virage et permet d’éviter le sous-virage dès l’approche du tournant. Lors de l’accélération en sortie de virage serré, le système transfère plus de couple vers la roue arrière à l’extérieur du virage afin d’améliorer l’agilité globale du véhicule.

Son arrivée sur nos routes est prévue pour l’été 2019.