(Trop) Longtemps restée seule sur son segment, la Porsche Panamera peut désormais compter sur la nouvelle Mercedes-AMG GT pour se partager les parts de ce marché très spécifique. Reste à voir si la berline sportive d’Affalterbach sera capable de rivaliser…

Notre site ne tire des profits que de la publicité, en échange d'un contenu de qualité et entièrement gratuit. Aidez-nous à évoluer en désactivant votre bloqueur de publicités pour notre site.

Prenez une Mercedes-Benz CLS, confiez-la à la division AMG de Mercedes et vous obtiendrez une AMG GT 4 portes. Bon, dans les faits, les modifications apportées sont un peu plus conséquentes, mais la base est en effet récupérée des dernières “E” et “CLS”. Mercedes-AMG a toutefois retravaillé le châssis de fond en comble afin de pouvoir lui permettre d’acquérir l’appellation GT sans la moindre usurpation.

A l’instar de la CLS, “notre” AMG GT 4 portes a droit à une ligne coupée, qui joue énormément sur l’aspect dynamique de la berline. Pour matcher au mieux avec la dernière Panamera, elle gagne cependant six centimètres sur la longueur par rapport à la CLS. Cela profite directement à l’habitabilité, qui s’améliore considérablement au niveau des places avant et arrière. Une personne du mètre quatre-vingt n’aura aucun mal à supporter un trajet prolongé à l’arrière; que ce soit au niveau des genoux ou de l’espace disponible pour la tête.

De son côté, le coffre perd 29 litres par rapport à la petite soeur, pour un total de 461 litres. La version 53 fait encore moins bien avec 456 litres. Il y a toutefois suffisamment d’espace pour envisager les courses du mois ou une escapade à la côte pour une semaine, rassurez-vous !

A l’extérieur, Mercedes-AMG n’a pas fait dans la discrétion, comme à son habitude. Avec la nouvelle calandre “panamericana”, l’avant est démoniaque, et rappelle directement la face de l’AMG GT Coupé. L’arrière, sans réelle surprise, se distingue par quatre sorties d’échappements typiques des Mercedes-AMG “63”. Dans la dotation de série, la berline s’enrichit d’un spoiler escamotable, pouvant être remplacé par un aileron fixe plus conséquent, moyennant l’achat d’un pack d’options spécifique.

Sous le capot de notre modèle d’essai, nous retrouvons le huit cylindres habituel de la gamme 63. Un V8 4.0l bi-turbo poussé ici à la puissance démentielle de 639 chevaux pour… 900 Nm de couple, sans la moindre hybridation. Malgré ses plus de 2,1 tonnes, il permet à la berline de s’expédier à 100 km/h en seulement 3,2 secondes. A titre de comparaison, cet exercice est réalisé identiquement par une Ferrari 458, ou encore Porsche 911 Turbo 997… Plutôt impressionnant ! En terme de puissance, seule la Porsche Panamera Turbo S E-Hybrid fait mieux, avec ses 680 chevaux. Comme son nom l’indique, elle fait toutefois appel à l’électrification pour y parvenir.

Il faut dire que l’AMG GT 4 Portes 63S embarque une foule de technologies lui permettant de mettre de nombreux atouts de son côté. Commençons par la nouvelle transmission 4Matic+, capable de répartir l’intégralité du couple sur l’essieu avant ou arrière, de façon à pouvoir garder une motricité exemplaire dans toutes les situations, ou presque. Presque, car en mode Race, la berline se transforme en une véritable drifteuse, à condition de désactiver toutes les aides à la conduite.

Au démarrage, nous retrouvons la sonorité typique du V8 AMG, qui, malgré la présence de deux énormes turbos, conserve un timbre très prononcé. De plus, l’échappement sport est équipé de valves, permettant de donner un tempérament “On/Off” à la voiture. Cette AMG GT 63s peut donc se conduire tous les jours, sans le moindre problème !

Derrière son volant, dès l’activation du mode sport, la berline se transforme en une tueuse de permis. La moindre sollicitation un tantinet osée de l’accélérateur, se traduit par une montée en vitesse à couper le souffle. Après plus de 150 voitures testées ces années par votre serviteur, dont certains bolides, pour les lecteurs réguliers, il avoue n’avoir jamais ressenti une telle sensation. Le lag turbo est presque inexistant et la boîte automatique à 9 rapports se montre parfaite à tous les niveaux. Au final, notre seul regret, qui est plus ou moins imputable à tous les modèles du préparateur, est la direction, manquant cruellement de ressenti. Avec une telle masse, il faut impérativement adapter sa conduite, au risque de ne pas pouvoir anticiper une quelconque dérive. Dans tous les cas, en conduisant en présence des assistances classiques, la voiture est collée à la route et se conduit avec une facilité presque déconcertante. 

La suspension, plus axée sur le dynamisme, aura tendance à rapidement user vos vertèbres, surtout avec une configuration équipée des sièges performance Recaro. Pour mettre en avant le confort, il faudra se diriger vers les AMG GT 4 portes conventionnelles, telles que les 43 et 53.

Venons-en à la tarification. Proposée initialement au prix de 91.960 € pour la GT 43 4Matic, le ticket d’entrée pour une 63 S commence à partir de 168.190€. En optant pour le cuir Nappa, le pack carbone extérieur, le toit ouvrant ou encore pour les freins carbone/céramique, il sera toutefois facile de dépasser la barre des 200.000 €. Notre modèle d’essai chiffre ainsi à 206.400 €.

Et si…

Mercedes était parvenu à se mettre au niveau de Porsche avec sa Panamera ? Malgré un niveau de confort de haut vol, la berline est, à contrario, capable de se transformer en une véritable “tueuse” de supercars.

En parallèle à cet essai, nous vous présentons notre partenaire, Auto-Doc.fr. Une boutique en ligne entièrement dédié à la vente de pièces de rechange et de consommables pour tous les véhicules. Rendez-vous sur ce site www.auto-doc.fr pour plus d’informations.