Ces dernières années, Renault semblait faire des économies un peu partout… Retrait de la Formule 1, partenariats techniques avec Nissan et Mercedes, bref, il était temps que ça change. Bienvenue en 2016, où les monoplaces jaunes ont recouvré les Grand Prix, et surtout où le constructeur au losange a de nouveau embauché des designers ! Voici la Renault Megane Bose Edition.

Car ce n’était clairement pas joyeux depuis quelques temps. La précédente Mégane avait déçu les aficionados de la marque, et ne s’était pas avérée comme une réussite commerciale. C’est sur ce goût de trop peu que Carlos Ghosn et ses comparses se sont remis en question. Faites désormais place à la nouvelle Renault Megane, qui représente parfaitement la volonté de changement du constructeur de Viry-Châtillon.

Après ses cousines Kadjar, Espace, et dernièrement sa soeur Talisman, c’est la compacte de la gamme qui nous passe entre les mains. Pas de moteur essence cette fois-ci, on se contentera du bon vieux diesel. Il s’agit d’un 1.500cc, développant ici 110 chevaux, associé à la boîte à double embrayage EDC. Modeste, il est vrai. Mais cette Megane Bose Edition a plus d’un tour dans son sac !

Cette finition Bose, bien que discrète à première vue, est la bienvenue. En plus de l’installation sonore de la firme américaine, elle offre quelques détails de finition que l’on apprécie. Commençons par les feux avant et arrière full LED, les jantes en alliage, ainsi que le volant en cuir. Toutes ces options peuvent être choisies inviduellement, mais le pack Bose offre évidemment une remise sur l’ensemble. Le look intérieur, bien que très proche de la Talisman, ne dispose pas de toutes les fonctionnalités que la berline offre. L’écran tactile de 8″ est toujours là, pour contrôler tout (climatisation, sièges, navigation, audio et encore bien d’autres fonctions), mais vous ne retrouverez pas la petite mollette et les boutons. Pas toujours pratique quand il faut quitter la route des yeux pour chercher une fonction sur l’écran.

Mais trêve de plaisanterie, on est là pour rouler ! Alors, comment il va ce mazout ? Ben écoutez, pas trop mal. Pas mal du tout d’ailleurs. Commençons par les (très) bons points : la consommation et le couple. Si la nouvelle Megane grandit, elle a également effectué une cure, et gagne quelque kilos sur la balance. Ça se ressent directement au volant, ou plutôt la pédale. Malgré les « seulement » 110 chevaux, le couple vous arrachera rapidement des feux rouges, et facilitera la remontée du train de semi-remorques sur l’autoroute. Niveau consommation, c’est là que Renault nous rappelle que le downsizing a du bon. Car le petit 1.6 dCi s’en sort avec les honneurs ! Avec une consommation mixte réelle de 5,5l/100km, comprenant beaucoup de petites routes et de trajets en ville, il y a de quoi être fier. Mais c’est sur l’autoroute que notre Megane Bose Edition tire son épingle du jeu : 4,2l/100km, c’est quelque chose qu’on voit très rarement, même chez certaines hybrides.

Mais les bonnes nouvelles ne s’arrêtent pas là. Le niveau de finition intérieure est en nette hausse, comme soulevé plus haut. Certains plastiques ne sont pas de plus nobles, et l’écran central est toujours aussi prompt à retenir les traces de doigts, mais on est capable de laisser ça de côté. La position de conduite s’avère très positive, avec des sièges réglables en hauteur/avancée/inclinaison qui ont pu s’adapter à votre serviteur qui frôle le mètre 90… Et n’oublions pas le siège conducteur massant, s’il vous plaît ! L’installation sonore, de chez Bose, évidemment, est d’une qualité remarquable, et ne peinera pas à faire oublier le grésillement quelque peu gênant du diesel, que la boîte EDC à 6 rapports gardera dans des régimes convenables, au bénéfice de la consommation, encore une fois.

Les suspensions, elles, font un excellent travail en offrant un filtrage très doux, mais ne peuvent malheureusement pas faire des miracles en conduite dynamique. Le roulis et le tangage sont en effet présents, mais la Renault Megane Bose Edition laisse la vocation sportive à sa jumelle dévergondée, la GT. Et tant mieux, car notre française se concentre sur un seul public, les grands routiers, et leur offre une véritable alternative par rapport aux berlines qui remplissent les parcs automobiles de société. Cependant, les sièges arrières ne pourront emmener vos collègues, mais plutôt les enfants, à cause d’un espace aux jambes étonnamment restreint. À côté de la Golf qui dispose plus ou moins du même empattement, on est étonnés. La faute à un coffre trop grand peut-être ?

Et si…

… Renault avait réussi un coup de maître  ? Ça se pourrait bien, car malgré quelques broutilles, il est difficile de ne pas aimer cette Megane nouvelle génération.