Lexus

Essai : Lexus RC300h

Loin de l’esprit sportif de la RC-F avec son V8 atmosphérique, Lexus nous dévoile le premier coupé hybride du marché, le RC-300h. Malgré ses 4 cylindres en moins, il n’est ceci-dit pas dénué d’intérêt !

L’extérieur reprend le style actuel de la marque avec des lignes acérées mélangées à quelques galbes élégantes. Le RC est un coupé à l’allure affirmée, voir même sportive surtout dans sa configuration F-Sport. Ce qui est certain, c’est qu’au nombre des têtes dévissées que nous avons constatés le RC ne laisse pas indifférent. Assez rare sur nos routes, son design surprend et intrigue même les passants. « C’est un moteur V6? » nous demande l’un «  On dirait une Maserati! » nous dit un autre. Il est vrai qu’avec sa calandre béante, ses jantes 19 pouces et sa double sortie d’échappements, cette RC à de quoi se la jouer. Sauf que…

lexus_rc_300h_8

… Sous le capot, il n’est pas vraiment question de performances et de chasse au chrono! La RC300h se mue par un « petit » 4 pattes de 2.5 litres (à double injection directe et indirecte) développant la puissance de 181 chevaux. Celui-ci est couplé à un moteur électrique de 143 chevaux permettant au coupé de culminer à une puissance combinée de 223 chevaux ! Cette puissance se transmet aux roues arrière via la boite de vitesses CVT à variateur, bien connue sur toutes les hybrides du groupe Toyota/Lexus. Certes, cette boite s’avère douce et confortable à l’utilisation mais elle nous le fait payer cher. Si les 223 chevaux semblent alléchants sur papier, il n’en est rien en réalité. Amateurs de sportivité, passez votre chemin ou tournez vous vers la RC-F. Quoique bien équilibré, l’amortissement s’avère bien trop souple pour supporter un rythme soutenu. La suspension pilotée disponible en option sur la version F-Sport (comparable au pack S-Line de chez Audi ou kit M de chez BMW) est vivement recommandée tant elle maintient mieux les mouvements de caisse. 
La RC-300h se déguste donc très différemment de sa grande soeur RC-F ou même, finalement plus proche, d’une BMW série 4, Mercedes C coupé ou encore d’une Audi A5. D’avantage tasse de thé que shot de tequila, le coupé hybride se vis dans une ambiance cosy de salon lounge plutôt que dans celle d’une rave party berlinoise. Et si dans un élan de générosité, il vous venait à l’esprit d’écraser l’accélérateur, le 4 cylindres aura aussi tôt fait de vous rappeler à l’ordre par son moulinage excessif! Même les passants, tantôt admiratifs avant sa ligne, vous feront les gros yeux tant il est vilain de la faire hurler de la sorte. Non, même les palettes au volant permettant de changer soi même les rapports (virtuels) n’y changent rien. La conduite dynamique, très peu pour elle donc mais elle excelle quand il s’agit de vous emmener dans un style de conduite plus relaxant. Même la consommation moyenne de 7 litres impressionne pour un tel coupé.

Essai : Lexus NX300h AWD

Vous l’aurez compris, la CT300h se veut donc plus luxueuse que sportive. Il est donc temps de descendre dans ce beau coupé et d’y prendre place. Le cuir est d’excellente facture et flatte instantanément la rétine et le nez mais on notera encore ci et là quelques plastiques de mauvais gout. Les sièges chauffants et ventilés, le système audio Mark Levinson 17HP, le toit ouvrant électrique (disgracieux en position ouverte) et bien d’autres équipements participent au bien être des passagers… avant. Si les sièges, la suspension et l’espace à bord se montrent bienveillants à l’égard de votre confort, il n’en seras pas de même pour vos passagers assis aux places arrière. Il sera tout simplement impossible d’y caser 2 adultes, à moins de transporter des cul-de-jattes.
Le coffre lui offre un espace de chargement bien en dessous de la concurrence avec seulement 366 litres contre 400 litres pour la nouvelle classe C ou encore environ 450 pour les A4 et Série 4. 
Heureusement, la banquette s’avère être rabattable.

Et si…
… Nous la prenions pour ce qu’elle est. Lexus revisite le coupé prémium à sa manière et peut se targuer d’offrir le seul hybride du segment. On pestera sur la boite à variateur lors des relances mais on apprécie la sérénité qu’on éprouve au volant. Et puis comment ne pas succomber à une telle ligne…

Moteur
Puissance : 223 chevaux
Cylindres : 4 cylindres
Cylindrée : 2494 cm cube
Couple : 221 Nm de couple à 4200 trs/min
Carburant : Hybride
Trains roulants
Roues : 19"
Pneus Av/Ar : 235-40 R19 96Y / 265-35 R19 94Y
Freins Av/Ar : /
Dimensions et volumes
Dimensions (mm) : 4695/1840/1395
Volume de chargement : 340 l
Capacité du réservoir : 66 l
Poids à vide : 1736 kg
Transmission
Boite de vitesses : automatique à variation continue
Nombre de rapports : 6
Type : Propulsion
Consommation
Annoncée : 4.7 l/100km
Essai : 7 l/100km
Co2 : 113 g/km
Fiscalité
Puissance fiscale : 11 cv
TMC : 2478 €
Taxe de circulation : 486.04 €/an
Performances
0-100 km/h (sec) : 8.6
Vitesse de pointe : 190 km/h
Prix
De base (TVAC) : 47470 €
Essayé : 55950 €
S'abonner
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer