Porsche

Interview d’un PR : Bernard Van Bellingen

Aujourd'hui, nous vous proposons de partir à la rencontre de Bernard Van Bellingen, qui officie chez Porsche en tant que PR pour la Belgique...

La fonction de PR, très peu de personnes la connaissent finalement. Pourrais-tu donc nous en apprendre plus sur ton rôle chez Porsche en Belgique ?

Ma fonction, c’est avant tout la relation entre la marque et les journalistes. Mes clients sont donc “mes” journalistes. Je m’occupe également de la communication externe avec par exemple des étudiants qui pourraient avoir des questions, des clients spécifiques, … Je suis un petit peu le monsieur Porsche pour toutes les personnes extérieures à la marque ici en Belgique.

Depuis combien de temps fais-tu cela ?

Je suis dans ma dixième année, et la passion est toujours aussi présente qu’au début.

© Nathan Paternotte

As-tu eu l’occasion d’exercer cette fonction pour d’autres constructeurs avant Porsche ?

Non. je suis à la base pilote instructeur depuis 1998 pour Porsche. Chaque client qui commandait une Porsche avait droit à un bon lui permettant d’embarquer avec moi ou deux autres de mes collègues afin de leur expliquer ce qu’est réellement une Porsche. Mon boulot était donc de pouvoir montrer au client ce qu’il peut faire et ne pas faire avec son véhicule.

Pilote instructeur ? Un passé et un présent en sport automobile du coup ?

Effectivement, j’ai pratiqué pas mal d’années dans le sport automobile, notamment en karting, monoplace, Porsche GT3 Cup et également plusieurs fois aux 25 Heures Fun Cup de Spa-Francorchamps. C’est sans doute ce qui me permet de bénéficier d’une certaine crédibilité aujourd’hui vis-à-vis de mon travail d’instructeur et de PR pour Porsche.

© Blueclic

Quel est l’élément qui a déclenché ta passion pour l’automobile ?

Mes parents et mes grands parents possédaient une concession Citroën, et je suis donc tombé dedans dès le plus jeune âge. Comme tu t’en doutes… très difficile d’en sortir !

Quelle est ta Porsche préférée ? Pourquoi ?

Alors, ma Porsche préférée… Si demain je devais gagner au Lotto, j’opterais pour une GT3 RS, car c’est celle qui me caractérise le plus. Tout simplement car elle se rapproche très fort de la Cup et que c’est une voiture qu’il faut dompter. J’aime un véhicule qui a du caractère et sur lequel il faut savoir aller chercher le dernier carat pour faire la différence.

Si je devais faire un choix plus raisonnable, je pense que je me dirigerais très certainement vers une Panamera Sport Turismo.

Quels sont selon toi les avantages d’une Porsche par rapport à la concurrence ?

Je crois que ce qui nous caractérise par rapport aux autres marques, c’est la philosophie “day to day”. Avec une 911, un 718 Boxster ou naturellement les Macan, Cayenne et Boxster, il est possible de rouler tous les jours et dans toutes les conditions. Je me rappelle encore lorsque je me suis retrouvé dans les montagnes avec mon épouse à bord d’une 911 Turbo, qu’il y avait quinze centimètres de neige et que malgré tout, je suis parvenu à passer partout, même là où d’autres véhicules sont restés sur place.

Si tu devais tout de même trouver un point négatif chez Porsche ?

Ca, c’est une bonne question ! Le point négatif, c’est que mes enfants grandissent trop vite et que je ne peux pas les installer dans la 911. C’est un véhicule que j’adore, mais pour mes petits bouts de chou qui ont maintenant huit et dix ans, ça commence à faire petit, derrière. Vous comprenez maintenant mon choix pour la Panamera Sport Turismo en voiture de tous les jours et de la GT3 RS pour le week-end.

© Nathan Paternotte

Si tu devais acheter une voiture ailleurs que chez Porsche pour ton utilisation personnelle, que prendrais-tu ?

En dehors du groupe Volkswagen, une marque qui m’attire beaucoup et qui a un très beau passé, c’est BMW. Ils font de très beaux produits, je pense là, par exemple, à la M3, qui offre un très bon compromis sportif/familial.

Si maintenant je devais rester dans le groupe VAG, j’irais certainement vers une Audi A4 ou A6, mais toujours dans leur version break. L’ergonomie de leurs véhicules m’attire beaucoup.

Pour en revenir à Porsche, nous imaginons que tu dois en lire et en entendre tous les jours quant au tournant qu’a pris le constructeur en amenant les SUV, les moteurs diesel, les turbos sur les 911, le retour du flat-4 sur les nouveaux 718 Boxster/Cayman, … Que pourrais-tu répondre aux personnes qui sont contre ces évolutions ?

Les moteurs diesel, nous en avons fait dans le passé… pour des tracteurs. Pour la petite histoire, malgré la demande des moteurs diesel qui était très grande à l’époque du premier Cayenne, Wendelin Wiedeking était clair : pas de diesel chez Porsche. Comme quoi il ne faut jamais dire jamais, il s’est ravisé et a finalement décidé de lancer le Cayenne Diesel, qui a permis à Porsche de toucher une toute nouvelle clientèle et de relancer les ventes de son premier SUV.

Alors, les turbos, le sujet qui fâche. Le turbo, c’est historique chez nous. La première Porsche 911 Turbo a fait son apparition en 1973. Pourquoi l’a-t-on fait ? Et bien c’est tout simple. A un moment donné, nos concurrents produisaient des V10, des V12, des V8, délivrant tous des puissances colossales. Nous, nous étions là avec notre “tout petit” six cylindres à plat et un budget qui ne nous permettait pas de  nous aligner. Donc, pour pallier à ça, nos ingénieurs ont décidé de récupérer un turbo directement issu d’une de nos voitures de course et de l’intégrer à cette fameuse 911, qui est finalement devenue la très célèbre 911 Turbo. Alors, aujourd’hui, il est vrai que toutes nos 911, à l’exception de la GT3 RS et de la GT3, ont été greffées d’un turbo. Ce downsizing nous a permis de diminuer la cylindrée et de gonfler la puissance de nos véhicules.

Pour gagner les 24 Heures du Mans, car il s’agit de notre référence, il faut trois éléments : un véhicule puissant, léger et qui doit s’arrêter le moins souvent possible aux stands. Si ces trois facteurs sont au vert, c’est simple; nous avons une voiture pour jouer la gagne aux 24 Heures du Mans.

Tous nos véhicules aujourd’hui, quand ils sortent de production sont plus puissants, plus légers et… ils consomment moins. Donc voilà, je dirais qu’on ne vit pas sur une autre planète et, que comme les autres top constructeurs, nous avons un rôle à jouer dans l’exemple que nous donnons pour l’écologie et la technologie.

© Nathan Paternotte

Pour le retour du quatre cylindres sur nos 718 Boxster et Cayman, c’est le même principe. Il ne faut surtout pas oublier que la première Porsche est bien sortie de notre usine avec un quatre à plat. Il s’agit en définitive, d’un juste retour aux sources, qui permet maintenant de moins consommer et de proposer un véhicule plus respectueux de l’environnement. D’un point de vue fiscal, nos clients sont également ravis, car il est possible de le déduire à 70%. Il est clair que ce quatre cylindres va sonner différemment. On ne peut pas comparer un six à plat avec un quatre à plat, mais, une fois encore, vu que c’est notre ADN, nous travaillons sur l’acoustique pour proposer un véhicule qui est une vraie Porsche.

Quand on construit un véhicule, il y a un cahier des charges. Chez Porsche, ce dernier est très simple. La voiture doit avoir l’ADN Porsche. Son design doit être propre à la marque. Elle doit être exclusive, performante et sportive. A partir du moment où ces cinq critères sont respectés, c’est indéniable, il s’agit bel et bien d’une Porsche.

Pour conclure, comment vois-tu le futur de “ta” marque ?

Le futur de la marque est simple. Il va y avoir un gros travail qui sera fait sur les véhicules hybrides et 100% électriques.

Nous remercions Bernard, qui en plus de nous avoir raconté une partie de son parcours et nous avoir éclairé sur certains points, nous a permis de vous présenter la magnifique Porsche 918 Spyder sous forme de live Facebook. Vous trouverez la rediffusion de ce dernier ci-dessous.

 

Présentation de la Porsche 918 Spyder avec nôtre partenaire média Actu-Moteurs.com et Bernard Van Bellingen !

Suivez nous sur / Porsche Universe \

Publié par Porsche Universe sur jeudi 13 avril 2017

S'abonner
Bouton retour en haut de la page