Le Grand-Prix de Grande Bretagne a commencé avant l’heure par une nouvelle pénalité pour Daniel Ricciardo. Le pilote Red Bull, déjà 19e sur la grille suite à une pénalité de 5 places pour changement de boite de vitesse et surtout après un gros problème de turbo lors de la Q1 quand le pilote australien a été contraint d’arrêter sa monoplace sur le bord de la piste. L’équipe autrichienne n’a pas pris de risques et a changé tout le groupe propulseur.

La course a démarré sous un ciel gris mais sur piste sèche. Les probabilités de pluie restent néanmoins assez importantes.

Dès le tour de formation, Jolyon Palmer a connu un souci hydraulique, course terminée pour le pilote Renault pourtant qualifié en 11e position. Dommage pour les 40 ans de Renault en F1. La monoplace jaune étant mal placée sur la piste, un nouveau tour de formation est lancé, mettant à rude épreuve les monoplaces qui ont tendance à chauffer lorsqu’elles ne tournent pas à pleine vitesse.

Lewis Hamilton a bondi de la pole position pour s’emparer immédiatement de la tête de la course en précédant Kimi Raikkonen. En deuxième ligne, Vettel et ses freins fumant ont pris un envol moyen permettant à Verstappen de s’intercaler entre les Ferrari. Plus loin dans le paquet, Kvyat est entré en contact avec la Toro Rosso de son équipier l’envoyant dans le décor. Bonne ambiance assurée au sein de l’équipe italienne. Le drame a été évité de justesse lorsque la monoplace de Sainz a effleuré de justesse un concurrent passant par là. Une première voiture de sécurité apparait alors pour nettoyer la piste et dégager la monoplace de Sainz.

La relance au cinquième se passe sans encombre, Hamilton emmenant le petit train devant Raikkonen, Verstappen, Vettel et un surprenant Hulkenberg sur sa Renault. Le pilote allemand précède Bottas, Ocon, Perez et Vandoorne. Le pilote belge a pris un départ prudent, l’objectif étant de ne pas prendre de risques pour marquer des points. Il décède Massa, Grosjean, Stroll et son équipier. A noter que Ricciardo, pourtant remonté en quinzième place derrière la Haas de Magnussen a complètement manqué la relance après la Safety Car. Le pilote Red Bull est sorti au large dans le dernier virage au moment de lancer la puissance, perdant le bénéfice de son bon début de course.

Ces premiers tours de course ont été animés par le duo Verstappen / Vettel qui se suivent comme leur ombre. Le pilote Ferrari met la pression sur la Red Bull en se blottissant dans l’aileron du Néerlandais à moins d’une seconde. A un autre niveau de la course, Ricciardo continue sa remontée fantastique en se débarrassant de Fernando Alonso. Le pilote a vendu chèrement sa peau mais la voiture orange n’a rien pu faire face au taureau rouge.

Au quatorzième tour, Vettel tente sa chance dans un enchainement de virages à haute vitesse. Les monoplaces se frôlent, se titillent, visitent les bas-côtés de la piste mais le jeune néerlandais résiste avec maestria ! Bottas en profite alors pour se joindre à la bagarre en comptant bien tirer son épingle du jeu. Le trio est cependant distancé de la course. Au 17e tour Hamilton caracole en tête avec 4 secondes d’avance sur Raikkonen et une vingtaine de secondes sur Verstappen / Vettel / Bottas.

Au 19e tour, Vettel prend la décision de rentrer aux stands pour changer de gommes. Le pilote Ferrari est le premier à s’arrêter et compte faire le break en alignant des tours rapides avant l’arrêt de la Red Bull. Dans le même temps Ricciardo rentre dans le top 10 en se débarrassant de la Williams de Massa. Red Bull décide alors de faire rentrer Verstappen au tour suivant pour ne pas se faire déborder par la Ferrari mais l’arrêt du Néerlandais ne se passe pas correctement et l’opération ne fonctionne pas et Vettel passe Verstappen. Bottas en profite alors pour aligner les tours rapides avec une piste dégagée pour tenter de conserver sa position sur le podium.

Lorsque Raikkonen s’arrête au 25e tour, le pilote Ferrari ressort cinq secondes devant son équipier. Vettel, débarrassé de Verstappen aligne les tours pour remonter. Hamilton s’arrête au tour suivant et ressort sur la moustache de Bottas qui ne s’est toujours pas arrêté. Le Finlandais a décidé de prendre le départ de la course en pneus tendres – et non super tendres comme tous ses adversaires. Bottas a parié sur une stratégie différentes vu sa mauvaise position au départ.

SUR LE MÊME SUJET :
Pas d’essais pour Pirelli au Brésil pour raisons de sécurité!

Après la première vague d’arrêts au stand les positions se figent. Hamilton mène devant Bottas, Raikkonen, Vettel, Verstappen, Ricciardo, Hulkenberg, Magnussen, Ocon et Perez. Bottas s’arrête au 33e tour pour chausser les super tendres et sort des stands derrière les deux Ferrari, à 5 secondes de Vettel. Mais avantage pour la Mercedes qui est chaussée de pneus super tendre neufs alors que les Ferrari sont en tendres usagés. Le moteur Honda de Fernando Alonso en profite aussi pour rendre l’âme. Stoffel Vandoorne reste alors le seul représentant de McLaren en douzième position.

A dix tours de l’arrivée, les positions et les écarts sont un peu figées. Les pilotes attendent le sprint final même si Bottas grapille dixièmes par dixièmes sur Vettel pour lui subtiliser la troisième place et surtout pour lui prendre des points. L’attaque de Bottas en bout de ligne droite est de toute beauté, les monoplaces se frôlant et prenant tous les risques. Les pneus plus frais et plus rapides de la Mercedes aidant grandement le pilote finlandais qui parvient à trouver l’ouverture au tour suivant sans coup férir. La bagarre entre les deux pilotes a porté un coup à ses gommes qui ont beaucoup souffert. Red Bull ayant entendu Vettel évoquer ses soucis de pneus, a enjoint Verstappen à pousser pour dépasser le pilote Ferrari. Vettel est d’ailleurs dans le jus, le pilote Ferrari ayant perdu plus de 7 secondes en deux tours sur Bottas.

Après s’être débarrassé de Vettel, Bottas aligne les meilleurs tours pour remonter sur Raikkonen. Il lui restait 6 secondes à reprendre en quatre tours. Le sprint est lancé ! Dans le même temps Stoffel Vandoorne fait tout son possible pour récupérer la dixième place de Felipe Massa et le point qui va avec. L’écart reste stable aux alentours de 3 secondes. Hulkenberg connait également une baisse de puissance.

Coup de théâtre à deux tours de l’arrivée quand le pneu avant gauche de Kimi Raikkonen tombe en lambeaux. Heureusement le pilote Ferrari parvient à rentrer au box pour changer ses gommes. Verstappen s’arrête également pour changer ses pneus à l’agonie. Mais le tournant du grand prix intervient au même moment lorsque le pneu avant gauche – aussi – de Sebastian Vettel crève et envoie son pilote dans le décor juste après avoir passé l’entrée des stands. Le pilote allemand doit alors boucler un tour complet sur trois roues perdant gros sur cette aventure. Raikkonen récupère cependant la troisième marche du podium.

Lewis Hamilton remporte son quatrième grand prix de Grande Bretagne d’affilée, égalant par la même occasion le record de Jim Clark. Valterri Bottas complète le triomphe de Mercedes en passant la ligne d’arrivée en deuxième position. Suivent ensuite Verstappen, Ricciardo, Hulkenberg, Vettel, Ocon, Perez et Massa. Malheureusement pour Stoffel Vandoorne, il échoue à la plus mauvaise place, la onzième. Le pilote belge a malgré tout réalisé une course solide et impeccable lui permettant de signer son meilleur résultat de la saison.

Au championnat du monde, Lewis Hamilton revient à un point de Sebastian Vettel. La deuxième partie de la saison promet d’être intense entre les deux hommes !

Pensez à nous suivre sur Facebook et à vous abonner à notre newsletter ! Nous sommes également sur YouYube.