Avec l’arrivée de sa nouvelle E63, Mercedes-AMG a entamé un nouveau tournant dans sa philosophie des grosses berlines sportives : celui des quatre roues motrices. La preuve, BMW s’est calqué sur le même concept pour sa nouvelle M5, qui arrivera sur nos routes d'ici quelques mois. Certes plus efficace, a-t-elle cependant gardé son tempérament de sportive pour papas pressés ?

Pour conclure notre série d’essais de la nouvelle Mercedes Classe E, quoi de mieux que de finir en beauté avec sa version la plus puissante et la plus exclusive ? Bien sûr, vous vous en doutez, nous parlons de la E63 S, directement issue des ateliers de Mercedes-AMG.

Visuellement, “notre” (on aimerait bien) E63S de cette semaine se distingue de la Classe E par un body kit qui pourrait faire passer une E classique pour une petite voiture toute gentille. Ailes élargies, pare-chocs avant d’une agressivité sans pareils et un énorme diffuseur entourant les deux doubles sorties d’échappement. Chaussée de jolies jantes 20 pouces noires, la berline conserve tout de même un look passe partout et élégant. Un très beau travail réalisé par les designers !  

A l’intérieur, la sportivité s’efface peu à peu et laisse place à une ambiance plus tamisée et décontractée. Pour notre modèle d’essai, pas de sièges Recaro mais plutôt des sièges confort, badgés du blason AMG. On note également une magnifique finition jonglant entre cuir Merino, bois non vernis et plastiques noir brillant. Seul le volant, recouvert d’alcantara au niveau des emplacements pour les mains nous rappellera le fait que nous sommes à bord d’une véritable AMG.

De série, Mercedes-AMG propose une suspension pneumatique permettant de gagner en confort et en polyvalence. Il est, entre autres, possible de relever la voiture en cas de passage sur des chemins moins appropriés à une voiture relativement basse. Malgré tout, petite déception sur le confort, très similaire à celui de la C63. Nous aurions aimé trouver quelque chose de plus feutré en terme d’amortissement, surtout pour une routarde de ce standing. Si nous avions en effet la chance de pouvoir nous offrir ce type de bolide à la rédaction, nous opterions très certainement pour la version AMG 43, certes, moins extrême (400 chevaux tout de même), mais certainement plus appropriée à une utilisation quotidienne. N’hésitez d’ailleurs pas à aller lire ou relire son essai en cliquant ici.

La fameuse E 43 dont vous pouvez relire l’essai en cliquant sur l’image !

En contrepartie de cet amortissement très dur et parfois inconfortable, cette E63 S se veut redoutable en terme de performances. Quasiment impossible à mettre en défaut, elle ne prend que très peu de roulis en virage et est rivée au sol. Une sensation très impressionnante compte tenu de la taille du bestiaux et de son poids excédant les 1,9 tonnes. Le freinage est assuré par d’énormes disques ventilés en acier qui garantissent un freinage endurant et efficace dans la plupart des conditions. Pour les amateurs de circuit, il demeure bien entendu possible d’opter pour des freins carbone/céramique, encore plus endurants. Sans surprises, la nouvelle transmission 4Matic+ rend la voiture beaucoup plus abordable à la conduite mais surtout plus efficace.

Point de vue habitabilité, elle conserve la même configuration que sa version conventionnelle. Entendez par là, les sièges rabattables, des fixations isofix et une place suffisante à l’arrière pour accueillir aisément une personne du mètre quatre-vingt.

Comme d’habitude (le genre d’habitude qu’on apprécie plutôt bien) maintenant, nous retrouvons sous son capot le célèbre V8 4.0l bi-turbo assemblé selon la règle du préparateur, “One man, one engine” (un homme, un moteur). La version S que nous testons ici développe 612 chevaux, contre “seulement” 571 équidés pour la normale. Nous vous donnons rendez-vous en bas de page pour découvrir la sonorité du V8 en vidéo.

Comme nous l’indiquions plus haut, la grosse nouveauté de cette Mercedes-AMG E63 est sa transmission 4Matic+, capable de répartir la puissance de manière intelligente sur les roues avant ou arrière. Le petit plus, qui ne concerne que la version S que nous avons eu la chance d’essayer, est le mode race, qui permet d’envoyer la totalité de la puissance sur l’essieu arrière, la convertissant ainsi en une véritable propulsion comme on les aime. Concrètement, l’arrivée de cette nouvelle technologie 4Matic+ se répercute directement sur un  0 à 100 km/h abattu en seulement 3,4 secondes, la positionnant à seulement trois dixièmes d’une… Ferrari 488 GTB. Elle lui permet également de gagner énormément en stabilité et en tenue de route, le tout avec une consommation inférieure à la génération précédente. En effet, en conduite coulée mélangeant autoroute et campagne, vous pourrez descendre le mastodonte sous les 11 litres aux 100 km. Cela est possible entre autres grâce à l’apparition du moteur intelligent, capable de n’utiliser qu’un seul banc de cylindres lorsque toute la puissance n’est pas sollicitée. En jouant du mode sport et d’un pied droit plus lourd, vous n’aurez cependant aucun mal à passer la barre des 20 litres.

Proposée au prix de 127.897 € de base pour la version S, il vous faudra compter un bon 20.000 euros d’options pour l’amener à une configuration semblable à notre modèle d’essai, embarquant les feux LED, le Pack Premium (détecteur d’angles morts, toit ouvrant, sonorisation Burmester, …) et les diverses assistances de conduite.

Et si…

Cette nouvelle E63, équipée des quatre roues motrices était parvenue à conserver son tempérament sportif, voire même à le renforcer, tout en augmentant considérablement la sécurité et la polyvalence de la berline ? Messieurs les ingénieurs d’Affalterbach, nous vous tirons notre chapeau !

Pensez à nous suivre sur Facebook et à vous abonner à notre newsletter ! Nous sommes également sur YouYube.

Article précédentBugatti Chiron : 32,6 secondes au 0 à 400 km/h
Article suivantFord tease son nouveau Ranger Raptor à travers une vidéo