Dans la continuité des performances affichées à Mexico, l’Alpine A470 n°36 décrochait sa seconde pole position consécutive grâce à André Negrão et Nicolas Lapierre. Déjà, les hommes et les machines étaient soumis à rude épreuve, puisque le mercure flirtait avec les 35°C. 

Il faisait encore très chaud à Austin au moment du départ, donné ce samedi à midi. Dans le sillage des quatre LMP1-H, Nicolas Lapierre conservait l’avantage sur le peloton des LMP2. Sans attendre, le pilote de l’Alpine A470 produisait son effort pour creuser l’écart avec ses rivaux.

Dès la fin du premier relais, Gustavo Menezes remplaçait Nicolas. Dépassé par Nelson Piquet (n°13) et Alex Brundle (n°37), il reprenait la deuxième place après l’erreur du Brésilien.

C’était ensuite au tour d’André Negrão de se confronter à la fournaise texane. Particulièrement en verve, il fondait sur Brundle avant de le déposséder des commandes ! Ce superbe travail était complété par Nicolas Lapierre, de retour au volant après un peu plus de deux heures de course. À nouveau, le Haut-Savoyard se montrait souverain, au point de creuser un écart de plus de 40 secondes sur ses poursuivants.

Ces efforts étaient toutefois réduits à néant : après trois heures, alors que Gustavo Menezes venait de reprendre la piste, l’entrée de la voiture de sécurité regroupait l’ensemble du peloton.

Particulièrement motivé devant son public, Gustavo ne tardait pas à reprendre une belle avance. Après le troisième et dernier relais effectué par Nicolas, André récupérait le volant de la Signatech Alpine Matmut avec plus de 50 secondes de marge !

Comme en 2016, c’est à Gustavo que revenait l’honneur de franchir la ligne d’arrivée. Ce dernier relais n’était pas de tout repos pour le Californien, qui devait attaquer pour effectuer un ‘splash and dash’, assorti d’un changement de bloc arrière pour réparer un feu arrière défectueux.

Malgré une frayeur dans le trafic lors de l’avant-dernier tour, c’est bien l’Alpine n°36 qui franchissait la ligne d’arrivée en tête, avec un tour d’avance sur le deuxième !

Après une troisième place au Nürburgring et une deuxième position à Mexico, Signatech Alpine Matmut remportait donc sa première victoire de la saison. Lors des trois dernières courses, l’équipage n°36 est celui qui a marqué le plus de points en LMP2. Au classement général, les écarts se resserrent : Signatech Alpine Matmut n’est plus qu’à 8 points du deuxième et à 28 unités du leader !

SUR LE MÊME SUJET :
H+1: Les deux Toyota en tête avec une stratégie différente

La prochaine manche du Championnat du Monde FIA WEC se déroulera de l’autre côté de l’océan Pacifique : les 6 Heures de Fuji (Japon) auront lieu le 15 octobre.

Nicolas Lapierre

« Je suis content pour toute l’équipe Signatech Alpine Matmut ! Nous avions le rythme pour gagner très largement. Quelques faits et incidents de course nous ont un peu compliqué la tâche, mais personne n’a paniqué et nous avons décroché cette victoire tant attendue. C’est un moment important, après lequel nous courrions depuis le début de la saison. Il s’agit également d’une bonne opération pour le championnat. »

Gustavo Menezes

« C’était une course fantastique grâce à une stratégie parfaitement maîtrisée. C’était difficile d’accepter de perdre nos quarante secondes d’avance lorsque la voiture de sécurité est entrée, mais nous avons aussitôt repris le large. André et Nico ont fait du super boulot par la suite. Mon dernier relais n’a pas été évident, je devais attaquer pour compenser le changement de bloc arrière. Je dois reconnaître que ça n’était pas si difficile, car la voiture était vraiment fantastique à piloter. Bravo à tous, je suis très fier de gagner chez moi, aux États-Unis ! »

André Negrão

« Nous l’avons fait ! Toute l’équipe mérite vraiment cette victoire et je suis très heureux d’y avoir contribué. J’ai déjà l’esprit tourné vers le Japon, car nous avons entamé notre retour au classement général et je pense que nous avons le potentiel pour poursuivre de la sorte jusqu’à la fin de la saison. »

Pensez à nous suivre sur Facebook et à vous abonner à notre newsletter ! Nous sommes également sur YouYube.

VIACommuniqué Renault Sport
Article précédentDoublé Porsche dans l’ordre choisi, la #2 s’échappe au championnat
Article suivantLe crash du début de grand prix en vidéo
Passionné par tout ce qui possède quatre roues ou un écran, c'est tout naturellement que j'ai décidé de lancer Actu-Moteurs.com en 2011.