Liberty Media a pris les rênes de la F1 en 2017 en rachetant la FOM, en charge de la promotion du championnat du monde de Formule 1 et de l'exploitation des droits commerciaux de ce sport. Le groupe de médias a une vision d'avenir pour la discipline et veut séduire un large public.

Alors que la FIA vient d’annoncer des changements à venir pour la motorisation des monoplaces, Liberty Media veut réduire les écarts entre les monoplaces. Niki Lauda, président non exécutif de Mercedes, ne soutient pas du tout le projet du groupe américain.

« C’est inquiétant !» s’est confié le manager autrichien à la Gazetta dello Sport.

« Les propriétaires ont besoin de temps pour découvrir ce qu’est la F1, mais le temps presse, et leur vision de l’avenir m’inquiète. Ross Brawn dit en boucle qu’il faut niveler les performances mais l’ADN de la F1 est à l’opposé. »

« Il faut être fou pour penser qu’on rendra les courses plus attractives avec un vainqueur différent tous les week-ends. Les voitures et le courage des pilotes font partie des éléments essentiels. Mais ils veulent pénaliser les meilleurs, mettre un cadre comme si nous étions des enfants, comme avec le halo, par exemple. » surenchérit-il.

Liberty Media serait-il en train de se fourvoyer en s’engageant dans cette voie? L’avenir nous le dira. On ne peut cependant pas nier que tout est fait pour ramener la F1 au premier plan médiatique, ce qui ne peut que réjouir les fans que nous sommes!

Pensez à nous suivre sur Facebook et à vous abonner à notre newsletter ! Nous sommes également sur YouYube.

Article précédentKevin Magnussen n’a cure du qu’en dira-t-on
Article suivantPour Stoffel Vandoorne, Red Bull fixe les objectifs de McLaren en 2018