Face à la montée en puissance du segment des SUV compacts, Hyundai répond présent en dévoilant son Kona, qui vient directement concurrencer les Audi Q2, VW T-Roc, Opel Crossland X et autres Citroën C3 Aircross. Reste à savoir si ses arguments suffiront à en faire un succès !

Il semblerait que vous utilisez un bloqueur de publicités.
Aidez-nous à faire évoluer le site en le désactivant. Merci pour votre aide !

Avec un peu de retard, Hyundai s’attaque au segment des SUV compacts, en nous dévoilant son Kona. Segment où nous retrouvons d’ailleurs maintenant la plupart des constructeurs généralistes et premium.

Proposé uniquement en motorisations essence à l’heure actuelle, le Kona devrait être décliné avec des motorisations diesel d’ici 2018. “Notre” version d’essai est pour sa part équipée d’un nouveau bloc tri-cylindres 1.0 l turbo essence d’une puissance de 120 chevaux, couplé à une excellente boîte manuelle à six rapports. Pour monter en cylindrée, il faudra passer sur la version “Luxury Launch”, qui peut-être équipée du même moteur ou d’un 1.6 l quatre cylindres d’une puissance de 177 chevaux, associé pour sa part une boîte automatique à sept rapports et à une transmission intégrale. Au vu de la taxation en vigueur dans notre royaume, il va pas sans dire que ladite version ne devrait pas connaître un grand succès dans nos contrées.

Afin de contenter tous les goûts et tous les budgets, le Kona propose quatre déclinaisons ; Air, Twist, Launch et Luxury Launch. Toutes les versions, à l’exception de la plus haut de gamme, sont équipées par défaut du bloc 1.0 l T-GDI de 120 équidés. La version Air, proposée à partir de 17.899 €, inclut de série des feux de jour LED, le kit mains libres Bluetooth et diverses assistances telles que le “Driver Attention Alert” ou encore la surveillance de somnolence du conducteur. La Twist embarque les mêmes options et bénéficie en plus des surcouches Android Auto et Apple CarPlay, d’une radio avec écran tactile 7”, d’une caméra de recul, des capteurs de parking arrière et de jantes 16” en alliage léger. La version Launch, qui équipe notre modèle d’essai, profite en complément des précédentes options, de jantes 17”, des vitres teintées à l’arrière, du système “Smart Key”, de la recharge de smartphone par induction et de l’air conditionné automatique. La version la plus haut de gamme “Luxury Launch” s’adresse aux technophiles et aux personnes accordant un point d’honneur au confort. Ils y trouveront l’affichage tête haute, un système de navigation tactile de 8” ainsi que des sièges avant électriques et équipés de réglages du soutien lombaire.

Visuellement, le Kona jouit d’un look agressif et sportif, en marge d’une gamme aux traits plus réservés et discrets. Ce style repose principalement sur un avant doté d’une calandre en “nids d’abeilles”, à la façon des Audi RS et d’une palette de couleurs disponible pouvant aller d’un “banal” noir à un vert citron en passant par du rouge.

À son bord, l’ambiance, plus austère qu’à l’extérieur, respire toutefois la qualité et se rapproche très fortement des standards de ses concurrentes du Vieux Continent. On apprécie notamment sa sobriété et les quelques touches colorées rappelant la teinte extérieure. En optant pour la version Twist, la disponibilité de série des surcouches Apple CarPlay et Android Auto rend complètement inutile la présence d’un GPS, voire du système multimédia complet. Il est en effet simple d’écouter sa musique provenant de Spotify, Apple Music… et d’exploiter Google Maps ou encore Waze, le tout en profitant directement de la connexion internet de son smartphone.

Fini les présentations, il est maintenant temps de partir tester le Kona, le temps de quelques heures. Ce dernier nous impressionne directement  par son dynamisme et les relances de son petit trois pattes 1.0 l de 120 chevaux. La boîte manuelle à six rapports se veut facile à prendre en main et se révèle très bien étagée. L’amortissement, relativement dur, en plus des jantes 17”, joue sur le dynamisme dont fait preuve le Kona, sans pour autant nuire au confort. Les amateurs de conduite s’y retrouveront donc avec un châssis qui se place où on le souhaite dans les virages, le tout sans jamais prendre de roulis excessif. Un vrai régal pour effectuer les trajets de tous les jours sans pour autant être au volant d’un véhicule incapable de fournir des prestations correctes lorsque l’on souhaite enchainer quelques courbes ! Autre avantage ; grâce à un moteur de petite taille et par incidence léger, l’avant n’a pas tendance à plonger lors de freinages appuyés.

Côté consommation, les performances sont également au rendez-vous, avec une consommation de l’ordre de 6 litres/100 kilomètres calculée sur l’ensemble de notre essai, composé d’une cinquantaine de kilomètres réalisés sur routes de campagne et nationales.

Et si…

Nous vous promettons de vous faire découvrir le Kona à travers un essai plus détaillé d’ici le début de l’année 2018, nous ne pouvons que tirer notre chapeau à Hyundai, qui surfe sur la vague des SUV compacts en apportant sa petite touche d’originalité.  

Un grand merci au Garage Pasture de Strée pour le prêt du véhicule.

SUSCEPTIBLE DE VOUS INTERESSER :
Essai : Hyundai i30 N Performance