Bien que la réputation de Volvo se soit fondée sur le segment des breaks, le marché juteux des SUV commence à représenter une part importante des ventes. Avec l’arrivée de la nouvelle génération du XC60, ce constat ne fait que se confirmer.

Introduit dans la gamme en 2008, le XC60 a rapidement conquis le marché en devenant le SUV de taille intermédiaire le plus vendu du continent, à tel point qu’à lui seul, il représente 30% des ventes de la marque.

Dévoilée il y a un peu plus d’un an, la seconde génération du SUV gagne en volume et surtout en technologie. Plus connecté que jamais, le XC60 s’affiche également comme le modèle le plus sûr du segment.

Visuellement, cette seconde mouture du XC60 hérite des codes stylistiques de son grand frère, le XC90, avec lequel il partage la même plateforme. Toutefois, “notre” SUV de la semaine jouit au sens de votre serviteur, d’un look plus attrayant que ce dernier. Bien que la version T8 perd quelques litres de volume au niveau du coffre, l’habitabilité reste exemplaire. A l’avant, le conducteur et le passager bénéficient de sièges d’excellente facture offrant un maintien correct et une position de conduite réglable à souhaits. A l’arrière, presque plus de place que ce qu’il en faudrait. L’espace disponible au niveau des jambes et de la tête permettent sans soucis à des personnes de plus d’1m80 de réaliser de longs trajets. De plus, dans le cadre de la finition haut de gamme Inscription, ces derniers profitent de la lumière filtrant à travers l’énorme toit panoramique fourni de série. Comme pour le reste de la gamme actuelle du constructeur suédois, la qualité répond aux standards des références germaniques. L’intérieur marie à la perfection les matériaux nobles avec des plastiques de bonne qualité.

Tant que nous sommes à son bord, le système multimédia, identique à celui des modèles récents, peut se targuer d’être très facile à prendre en main et de servir de véritable panneau de contrôle pour la voiture. Il est très simple d’activer ou de désactiver une assistance, de vérifier le gps, l’autonomie de la batterie, … Bref, un système multimédia comme on les aime tant à la rédaction.

Du côté du combiné d’instrument, tout est numérique, à l’instar d’un Virtual Cockpit chez Audi, par exemple. Pour la version T8, il bénéficie toutefois d’une petite adaptation qui permet de visualiser simplement la charge de la batterie et le régime moteur sous lequel le moteur électrique peut fonctionner. Tout comme le système multimédia, la simplicité et l’efficacité est de mise. Rouler pour peu consommer en deviendrait presque ludique. Plutôt paradoxal pour un SUV développant quelques 407 chevaux.

La version T8 que nous vous proposons de découvrir aujourd’hui, est la seule motorisation hybride proposée pour le modèle. Elle s’articule autour d’un bloc 2.0l quatre cylindres de 320 chevaux assisté par un moteur électrique en développant pour sa part 87. La puissance est transmise aux quatre roues grâce à une boîte automatique à huit rapports, équipée au passage de palettes au volant.

La performance n’étant pas le critère le plus recherché dans ce cas-ci, le XC60 s’adjuge tout de même le 0 à 100 km/h en 5,3 secondes… De quoi lui permettre malgré tout de déposer une grosse partie du parc automobile aux feux rouges.

Après quelques heures de recharge sur prise domestique, le SUV est prêt à partir en mode 100% électrique pour une bonne trentaine de kilomètres, pour peu de faire bon usage de sa tête et de son pied droit. Cette autonomie, qui reste dans la norme, permet de réduire fortement les consommations dans le cadre de petits trajets. A titre d’exemple, en utilisant le chauffage, les sièges chauffants et autres éléments de confort, un trajet d’une vingtaine de kilomètres se solde par une consommation moyenne de l’ordre de 3,5l / 100 km. A contrario, les trajets plus longs composés d’autoroute font rapidement monter ce chiffre. En partant avec une batterie vide sur un trajet d’une cinquantaine de kilomètres à 120 km/h, vous ne verrez pas souvent la consommation instantanée passer sous les 10l / 100 km. Au final, notre semaine se solde sur une consommation raisonnable de 7,1l / 100 km en ayant roulé en bon père de famille. Nulles doutes qu’une conduite plus soutenue, et totalement justifiée par la puissance disponible, fera vite doubler cette moyenne.

Question confort, nous sommes bien à bord d’une Volvo. Ce dernier est royal et ce malgré les jantes 20 pouces. Les transitions électrique/thermique sont effectuées à la perfection et offrent une sensation de douceur rarement remarquée sur ce type de voitures. De plus, les assistances proposées par Volvo, apportent un sentiment de sécurité non négligeable à ses occupants. Autre point positif : l’impression de légèreté. Malgré ses 2,1 tonnes sur la balance, le châssis piloté et les suspensions pneumatiques font très bien leur travail, même si leur prédisposition pour le confort prend à notre sens trop le dessus sur le dynamisme.

Proposé à partir de 68.650 € avec la finition d’entrée de gamme Momentum, Volvo n’y va pas dans la dentelle. Dans le cas de notre modèle d’essai, bénéficiant de la finition Inscription, la plus haut de gamme, le prix de base grimpe à 73.400 €, auxquels il faudra ajouter une bonne dizaine de milliers d’euros d’options, incluant les jantes 20 pouces, la peinture noire, les sièges ventilés ou encore le système de navigation.

Et si…

Ce XC60 manque du caractère sportif de ses concurrents, il a au moins le mérite de proposer une approche différente de la façon de rouler avec un véhicule hybride.