Avec sa nouvelle S90, l'ambition de Volvo était de s'attaquer au marché très fermé des berlines premium. Alors, ce pari a-t-il été réussi par le constructeur suédois?

Présentée au grand public en début d’année lors du salon de Détroit, la S90 a hérité de la plateforme de la V90 et du XC90 (lire notre essai), baptisée SPA.

Alors, concrètement, qu’est-ce qui change par rapport à la S80? Et bien… à peu près tout. La ligne carrée et lourde, c’est fini. On reconnait sans souci l’énorme calandre chromée située entre les nouveaux phares led de la marque scandinave. Elle profite cependant d’un look un peu plus épuré et discret que celui de son grand frère, le XC90. A l’instar de ce dernier, la S90 embarque les mêmes technologies.

volvo_s90_actu_moteurs_07

Face à la S80, on constate une réelle montée en gamme. La volonté du constructeur de se rapprocher des célèbres Audi A6, BMW Série 5 et Mercedes Classe E se ressent très fort… Même au niveau des prix.

VOLVO S90 D5 AWD BMW 525d xD AUDI V6 3.0D Quattro MERCEDES E 350d
PUISSANCE (ch)

235

218

218

258

PRIX DE BASE

55200,00 €

54500,00 €

52920,00 €

60379,00 €

 

Sur la Suédoise, l’offre débute à partir de 38800,00€ avec la D3 de 150 chevaux. En essence, la première motorisation proposée est la T5 de 254 équidés. Il faudra compter 50900,00€ de base pour cette dernière.

A l’intérieur, les matériaux ainsi que la finition sont d’une qualité irréprochable. Le cockpit – pourtant très simple, se veut très ergonomique. Le système multimédia, faisant fort penser à celui de la Tesla Model S (lire notre essai) au niveau de sa disposition, est également très efficace. L’agencement des fonctionnalités rend l’appareil très simple d’utilisation et permet d’y accéder facilement sans pour autant trop perdre l’oeil de la route. Ce qui est pourtant rare pour un écran tactile. La fluidité et la stabilité sont également au rendez-vous. Sur notre modèle d’essai, L’Apple CarPlay ainsi que Android Auto étaient installés.

© Nathan Paternotte
© Nathan Paternotte

Derrière le volant, la S90 est très reposante à conduire et commode à prendre en main. Tellement facile qu’on en en oublierait presque ses dimensions dignes d’une limousine. L’amortissement souple, couplé à une direction mole – mais précise, contribuent au très bon niveau de confort que fournit la berline. En contre-partie de ce confort presque absolu, le châssis manque de maintien latéral. Le rouli en résultant dans les grosses courbes est heureusement largement compensé par des sièges en cuir bien maintenus sur les côtés. Les jantes 20″ chaussées de gommes tailles basse peuvent aussi s’avérer inconfortables sur certains types de chaussées. Néanmoins, selon nous, ces jantes s’avèrent trop grandes pour ce type de véhicule.

A l’arrière, la familiale ne manque pas de place. Une personne dépassant le mètre quatre vingt ne se sentira pas à l’étroit. « Notre » S90 embarquait en plus la climatisation bi-zone à l’arrière, de quoi donner tout le confort nécessaire aux passagers.

© Nathan Paternotte
© Nathan Paternotte

Avec pour pari de ne plus causer un seul accident mortel d’ici 2020, la marque suédoise a inclus une foule d’assistances visant à prévenir les conducteurs distraits ou qui permettent à la voiture de prendre les devants en cas d’extrême urgence. Grâce à tout cela, la S90 est capable de se stopper net face à une personne ou un gros animal se trouvant sur sa trajectoire.

Et si…

Et si Volvo avait joué un coup de maitre avec cette nouvelle berline qui mérite amplement l’adjectif « Premium »?