Sous ses airs de grosse familiale bien sage, qui pourrait croire que 280 chevaux sommeillent sous le capot d’une Skoda Superb Combi ? Alors, la Superb, si “Superb” que ça ?

Notre site ne tire des profits que de la publicité, en échange d'un contenu de qualité et entièrement gratuit. Aidez-nous à évoluer en désactivant votre bloqueur de publicités pour notre site.

A défaut de posséder une version RS dans sa gamme, la Skoda Superb peut compter sur la version 2.0 TSI SportLine de 280 chevaux que nous vous proposons de découvrir aujourd’hui. Si elle exploite le même moteur que la Seat Leon Cupra ou encore de la Volkswagen Golf GTI, nôtre break de chasse du week-end ne cible pas le même public.

Sous son capot, nous retrouvons donc le fameux 2.0 TSI dont la puissance a ici été portée à 280 chevaux pour 350 Nm de couple; de quoi expédier cet imposant break à 100 km/h en moins de six secondes – 5,8 pour être précis. La puissance est transmise par une boîte DSG à six rapports sur les quatre roues.

Nous arrivons ainsi au premier “défaut” constaté. Au vu du segment de la Superb et de son aspect “haut de gamme” au sein de la gamme du constructeur, nous regrettons l’absence de la DSG7 pour cette motorisation, qui aurait sans nulle doute permis de diminuer la consommation sur autoroute. En effet, à une vitesse de 120 km/h, il demeure très difficile de passer sous la barre des 9l/100 km, malgré l’usage du mode éco et du régulateur de vitesse adaptatif. Cependant, tant que nous parlons de consommation, cette dernière est revue à la baisse sur des trajets composés de routes nationales et de zones rurales. Sur un trajet d’une cinquantaine de kilomètres dans ces conditions, l’ordinateur de bord nous affiche une consommation plus raisonnable de l’ordre de 7,4l/100 km.

Equipée de la finition SportLine, équivalente d’un pack SLine chez Audi ou RLine chez Volkswagen, notre Superb se distingue par des détails noir brillant, un bouclier avant plus agressif, une double sortie d’échappements à l’arrière et des jantes 18 ou 19 pouces. La peinture “Steel Grey” de notre modèle d’essai, également peu courante, est disponible uniquement pour ce niveau de finition. A son bord, la sportivité est aussi au rendez-vous. Les sièges, offrant au passage un excellent maintien, sont recouverts d’alcantara. Chauffants à l’avant et à l’arrière, ils bénéficient de plus d’un très bon niveau de confort, qui autorise sans problème de longs déplacements.

La finition est de très bonne facture à tous les niveaux et n’a finalement plus grand chose à envier à du VW. Skoda mettant toujours l’aspect pratique en avant, même pour ce véhicule à caractère sportif, nous apprécions la présence des parapluies dans les portières.

En parlant de praticité, on peut dire que nous sommes tombés sur la bonne voiture pour ça. Il faut dire qu’avec des dimensions pareilles – 4m86 de long sur 1m84 de large – il y a de quoi caser toute la “petite” famille dans d’excellentes conditions. En plus de proposer un espace aux jambes à l’arrière presque digne d’une limousine, le coffre permet d’accueillir 660l – 1950l en rabattant les sièges. Bref, ranger les courses du mois dans le coffre ne risque plus d’être un souci !

Mais bon, avec 280 chevaux sous le capot, nous sommes en droit de voir ce qu’elle a dans le ventre. C’est sous un feulement très discret que démarre la Superb. Pas grand chose à voir avec les deux modèles cités plus haut qui sont animés par le même bloc. En jonglant avec les différents modes, un petit gain de sonorité est constaté en activant le mode sport. Au démarrage, les 280 chevaux ne sont pas de trop pour tirer les presque 1,7 tonnes du break. Malgré le poids et les accélérations qui ne “scotchent” jamais vraiment dans le siège, la Superb envoie comme il faut et se montre plutôt efficace dans les virages, compte tenu de sa taille. Avec sa transmission intégrale prônant l’usage du train avant en priorité, l’efficacité et la tenue de route est au rendez-vous.

Enfin, côté tarif, cette Superb 2.0 TSI 280 4×4 nous est proposée (tout de même en finition SportLine) à partir de 47.670 €. En ajoutant le “Steel Grey” à 835 €, le toit panoramique, la climatisation à régulation automatique, l’attache remorque escamotable, toute la panoplie de technologie ou encore l’indispensable “Driving Mode Select”, nous arrivons tout de même à la jolie somme de 57.745,00 €, hors éventuelles remises.

Et si…

Cette motorisation ne se vendra certainement pas beaucoup par nos contrées, elle a au moins le mérite d’exister et de proposer des prestations plus que correctes aux personnes devant allier sportivité et aspect pratique.