Pour fêter les 175 ans du constructeur de Yacht Riva, Fiat avait créé une édition limitée de la 500, reprenant les couleurs de l’armateur. Afin de marquer le coup, Abarth a également décidé de concocter une série spéciale pour l’occasion.

Avec le beau temps qui refait son apparition, nous ne pouvions pas espérer mieux qu’un coup de fil de notre contact chez FCA qui nous a proposé de découvrir le temps d’une semaine, l’Abarth 695 Rivale.

A l’instar d’une 695 Biposto ou d’une 595 Competizione, notre mini Yacht est animé par le très chanteur 1,4 litre Turbo-Jet d’une puissance de 180 chevaux. Dans le cadre de cette édition limitée “Rivale”, cette 500 va se différencier par une teinte extérieure bi-ton gris/bleu marine, faisant allusion à la ligne de flottaison d’un bateau. Comme toute Abarth 595 ou 695, elle bénéficie d’un impressionnant body-kit incluant un pare-chocs avant plus agressif, des ailes élargies et un diffuseur encadrant deux énormes sorties d’échappement estampillées du logo Akrapovic… Excusez du peu !

Avec un partenaire du standing de Riva, cette 695 reçoit un traitement tout particulier à son bord. Les sièges, les tapis de sol et les intérieurs de portières reçoivent une sellerie en cuir bleu de très bonne facture et rappelant la couleur extérieure. Notre modèle d’essai faisant la part belle à la fibre de carbone, il est néanmoins possible d’opter pour la finition bois, proposée en option. Pour l’exclusivité, nous retrouvons derrière le frein à main, une plaque numérotée… 171/175 pour la nôtre. Au final, bien que certains éléments peuvent encore paraître “cheap”, la finition est dans son ensemble satisfaisante.

Trouvant son nom par l’arrivée du dernier Yacht de l’armateur, Rivale, elle en profite pour afficher un prix bien plus élevé qu’une autre version conventionnelle. En effet, Pour la version coupé, l’offre débute à partir de 28.000 €, contre 24.990 € pour une Competizione ou encore 21.490 € pour la 595 Pista. Toutefois, la légère montée en gamme au niveau de la finition et la présence de la ligne Akrapovic, à la sonorité toute particulière, permet d’estomper cette hausse de prix. De série toujours, Abarth propose sur ce modèle des amortisseurs Koni FSD, offrant une meilleure polyvalence que ceux d’origine. Malgré tout, l’amortissement reste dur et peut se montrer usant pour de longs trajets… En option cette fois (1900 € tout de même), Abarth propose un différentiel mécanique. En ajoutant le différentiel, le toit ouvrant, le système multimédia, les enceintes Bose, nous arrivons finalement à un bon 32.600 €.

Comme indiqué ci-dessus, cette 695 Rivale est motorisée par le même bloc que celui retrouvé sur les autres Abarth haut de gamme, à savoir, le 1.4l Turbo-Jet de 180 chevaux. Avec ses 1045 kg sur la balance, elle est ainsi capable de se lancer à 100 km/h en 6,7 secondes et de filer jusqu’à 225 km/h.

Proposée de série en boîte manuelle à cinq rapports, il est possible, moyennant 1.400 €, d’opter pour la boîte automatique, également à cinq rapports. Équipant notre modèle d’essai, cette dernière a tendance à générer d’énormes à-coups. La boîte est utilisable en mode automatique ou peut être pilotée grâce aux palettes au volant.

Au démarrage, la sonorité est fidèle aux autres modèles piqués par le scorpion. A la différence de la sonorité très métallique de l’échappement Record Monza qui équipait la 595 Competizione testée à l’époque (lire l’essai ici), l’échappement Akrapovic se montre plus “rauque” et plus polyvalent. Une simple pression sur le bouton du mode sport et la petite citadine se transforme. Chaque passage de rapport au dessus de 3.500 tours/minute se conclut par une pétarade bien prononcée, pour le plus grand plaisir de nos oreilles.

En conduite sportive, cette 695 Rivale conserve son tempérament de karting. La direction est précise et les relances généreuses du moteur permettent de se faufiler aisément sur routes sinueuses. On ne s’en lasse pas ! Les deux seuls petits regrets concernent la boîte automatique, à proscrire sur ce type de véhicule et le manque de maintien des sièges. On regrette pour le coup les Recaro de la Competizione. En dehors de cela, cette 695, c’est du Pur fun en boîte ! Le freinage est assuré par des étriers à 4 pistons signés Brembo et des disques perforés à l’avant, assurant une bonne endurance et un freinage efficace.

Côté consommation, bonne surprise. En adoptant une conduite raisonnable, comptez un bon 7,5 l /100 km. En écrasant un peu le pieds droit, la citadine sportive ne passera pas les 10 l /100 km.

Et si…

Notre coeur penchera plus pour une 595 Competizione ou encore une Pista, cette 695 Rivale a au moins le mérite de jouer la carte de l’exclusivité tout en proposant une solution amusante et bien finie.