Insatisfaite depuis quelques saisons par le moteur Renault, RedBull semble ne pas vouloir renouveler son partenariat au-delà de cette saison et est en quête d’un nouveau groupe propulseur pour la saison prochaine. Une première rencontre aurait eu lieu à Bakou avec le motoriste japonais !

Entre 2010 et 2013, le duo RedBull – Renault a remporté quatre titres mondiaux. Depuis l’introduction du nouveau V6 turbo hybride, la relation entre les deux partenaires s’est continuellement dégradée, au point que l’écurie de Milton Keynes a fait rebadger ses moteurs Tag Heuer.

Selon le règlement, cette nouvelle alliance devrait être signée avant le 15 mai au plus tard. Néanmoins, cette date est théorique car elle permet surtout à un motoriste, qui motorise déjà trois équipes, de refuser un accord avec une autre équipe. C’est ce point qui fait craindre à la direction de RedBull un refus de Renault de prolonger l’alliance, comme le motoriste français l’a déjà fait entendre plusieurs fois.

Samedi matin, une première réunion formelle s’est donc tenue entre Helmut Marko, conseiller spécial de Red Bull, et Masahi Yamamoto, le responsable de la compétition de Honda.

« Nous avons une bonne relation. Mais c’est la première réunion. C’est le point de départ pour un avenir potentiel. » a indiqué Yamamoto, jugeant les discussions « positives ».

« Red Bull est l’une des trois équipes de pointe du plateau, et Honda serait plus que disposé à motoriser cette équipe si l’opportunité se présentait. »

« Nous sommes passés du stade des discussions informelles à celui des négociations formelles. Nous avons confirmé nos points de vue et nous en sommes maintenant au début du processus. »

Depuis le début de la saison, Honda semble avoir retrouvé la fiabilité qu’elle n’a jamais su montrer en trois ans de relation avec McLaren. Malgré cela, des doutes subsistent sur la capacité à court terme du motoriste japonais à se montrer compétitif. RedBull joue donc très gros dans cette possible alliance !