Depuis quelques temps maintenant, SEAT officie comme leader en terme de recherche et développement sur les motorisations au gaz naturel, au sein du groupe Volkswagen. Lors de son lancement, la nouvelle Ibiza s’est notamment dotée d’une motorisation fonctionnant en partie grâce à ce carburant. L’occasion pour nous de découvrir cela !

A l’heure où les normes de pollution se resserrent chaque année, les gros constructeurs automobiles commencent tous à se pencher vers des solutions alternatives aux différents dérivés du pétrole. Nous avons connu l’hybridation, l’électrification, et, maintenant, les moteurs fonctionnant au gaz naturel.

Quoi de mieux que de proposer cette fameuse motorisation sur l’Ibiza, qui, à elle seule, a séduit plus de 5,5 millions de clients depuis son lancement ? Basée sur la récente plateforme MQB A0, sur laquelle repose par exemple les nouvelles VW Polo et Audi A1, cette Ibiza affiche une habitabilité revue à la hausse et une nette progression en terme de technologies embarquées.

Dans la pratique, cette motorisation, baptisée TGI, se base sur le très répandu 1.0 TSI du constructeur. Dans notre cas, il développe 90 chevaux et est couplé à une boîte mécanique. Suite à l’intégration des technologies permettant à ce bloc tri-cylindres de fonctionner au gaz naturel (ou cng), il perd 5 chevaux face à la motorisation équivalente fonctionnant à l’essence. Même constat pour le couple, qui, en raison de l’arrêt de l’injection directe, perd 15 Nm de couple.  

A l’instar d’une hybride, la seconde source d’énergie est située sous le plancher du coffre, faisant perdre près de 100 litres d’espace de rangement (262 litres au total). Malgré tout, ce dernier reste suffisant pour la plupart des usages, sans compter le fait qu’il reste possible de rabattre les sièges arrière. Ce réservoir, d’une contenance totale de 12kg de CNG, permettra de parcourir un bon 240 kilomètres. Le gros avantage étant que ce carburant est vendu à un peu plus de 1 euro le kg.

Après, il est vrai que le CNG n’est pas encore disponible partout. Aussi, le constructeur a pensé à tout et a étudié son moteur pour qu’il puisse également brûler de l’essence. En effet, un réservoir classique de 40l permet de réaliser au minimum 700 kilomètres supplémentaires. Au final, sans avoir le pied lourd, cette petite citadine vous permettra de réaliser un bon millier de kilomètres sur “un seul” plein.

A la conduite, il vous sera difficile de différencier l’usage de l’un ou l’autre carburant. Peut-être juste à bas régime, où le gaz naturel aura tendance à faire peiner la voiture. Cette “petite” Ibiza se montre dynamique et très agréable à conduire, même pour de longs trajets. La qualité de finition intérieure est au rendez-vous (peut-être même plus que dans la nouvelle Polo) avec des finitions mélangeant parfaitement cuirs, plastiques moussés et tissus. Le système multimédia, similaire à celui de sa cousine, demeure simple et efficace, comme on les aime.

Au final, pour les 1400 € du surcoût demandés par Seat pour cette version TGI, votre serviteur vous avoue qu’il y réfléchirait à deux fois avant de reprendre une motorisation classique. La faible différence de ressenti entre les deux carburants, liée au prix relativement avantageux du CNG à la pompe en font une plutôt bonne affaire.

Et si…

Cette nouvelle solution nous faisait un peu peur au début, elle s’avère finalement très intéressante dans le cadre d’un véhicule à usage quotidien. SI vous êtes plutôt SUV, sachez que l’Arona 1.0 TGI devrait arriver prochainement !