Le pilote mexicain est à l’initiative de la demande de mise sous administration financière de Force India. Néanmoins, Perez tient à préciser les raisons qui l’ont poussé à agir de la sorte. Sa seule préoccupation est la survie de l’équipe.

La mise sous tutelle de Force India est un fait marquant dans l’histoire de l’écurie. Ceci va très certainement amener la chute de Vijay Mallya, qui n’a plus la main dans la gestion de l’équipe. Déjà forcé de faire un pas de côté suite à ces ennuis judiciaires, l’homme d’affaires indien n’aura plus la mainmise sur une éventuelle vente de l’équipe.

De son côté, Sergio Perez, au centre de cette procédure, tient à rappeler que le seul but de sa démarche est d’assurer un futur serein à l’écurie.

« Je me retrouve dans une situation très difficile » s’explique Sergio Pérez. «Le mois dernier a été extrêmement dur pour moi, avec la situation dans laquelle était notre équipe, et je me retrouve au milieu de tout ça. »

« Nous avons atteint un point où il fallait faire quelque chose pour protéger les 400 personnes qui travaillent dans l’équipe. J’aimerais vraiment ne pas être impliqué là-dedans car au final, je ne suis qu’un pilote, mais il y a eu trop de choses et quelques membres de l’équipe m’ont demandé d’avancer et de sauver l’équipe. »

« C’était extrêmement dur, émotionnellement et mentalement. C’est vraiment dur. Je n’ai pas pu me concentrer sur mon pilotage. Je ne comprends pas tous les termes des avocats, mais la finalité c’est que soit nous faisions ça, soit l’équipe allait faire faillite. »

Le Mexicain tient donc à mettre en lumière les raisons qui l’ont poussé dans cette action, répondant ainsi aux accusations portées par Vijay Mallya dans un courrier envoyé à tous les membres du team ce samedi.

« Personnellement, j’adore Vijay » a précisé le Mexicain. « J’ai vraiment le cœur brisé, car je sais que ce n’est pas idéal pour lui à court terme. Nous sommes tous conscient de la situation que traverse Vijay. Il traverse une période très difficile, pas seulement sur le plan légal, mais aussi financier. »

« L’équipe n’était plus viable, alors si j’étais celui qui pouvait faire quelque chose pour l’équipe, je devais le faire. Depuis le début du mois de janvier, nous n’étions plus une écurie de course. Je serai satisfait si nous pouvons conserver tout ce groupe ensemble et, je l’espère, être heureux et concentrés. J’espère une équipe plus stable, qui puisse passer au niveau supérieur et redevenir une écurie de course. »

Voilà une mise au point qui devrait permettre à l’ensemble du team de travailler sereinement à la course de ce dimanche. Les deux pilotes Force India partant du fond de la grille.