MINI a profité du dernier Salon de Detroit pour y dévoiler une grosse mise à jour de son modèle phare : la Cooper. Au menu : quelques améliorations visuelles et l’apparition de nouvelles technologies.

Avec un volume de vente de 372.000 exemplaires rien que sur l’année 2017, on peut dire que la MINI Cooper n’a jamais rencontré autant de succès. Pour tenter de stabiliser ces chiffres, c’est donc tout naturellement que MINI nous a dévoilé le facelift de la génération actuelle, lui conférant un meilleur comportement routier et toute une flopée de technologies embarquées.

Visuellement, cette Mini Cooper se distingue assez peu de la précédente version. Son principal critère de différenciation étant l’apparition de nouveaux feux arrière, qui reprennent les formes de l’Union-Jack. Malgré son appartenance au groupe allemand BMW, MINI ne renie pas ses origines. Facelift oblige, les dimensions restent identiques. Pour la version trois portes, sa longueur demeure donc de 3,85m.

Gadget pour certains, vital pour d’autres : MINI propose désormais de personnaliser plusieurs accessoires du véhicule. En se rendant sur leur site web, il est en effet possible de personnaliser l’insert décoratif de la planche de bord, les seuils de portières ainsi que les ouïes latérales. La commande de ces pièces s’effectue en ligne et elles peuvent être montées facilement sans avoir à passer au garage.

Technologiquement parlant, ce facelift apporte les dernières technologies du groupe BMW. A cet effet, le système multimédia a bénéficié d’une mise à jour. En outre, il bénéficie, de série, d’une connexion 4G, permettant au GPS d’afficher les infos-trafic, ou encore d’utiliser les services connectés par l’intermédiaire d’un smartphone. Tant que nous sommes à l’intérieur, ce dernier profite d’une montée en qualité de finition, toujours appréciée. Si le coffre n’est pas le plus grand du segment (211l), il est toujours possible de rabattre la banquette pour grimper à 731l de volume de stockage.

En parallèle à ces “petites” mises à jour, MINI a mis un point d’honneur aux performances, également revues sensiblement à la hausse. Héritant de certains procédés réservés aux modèles les plus haut de gamme, tels que la BMW M4 CS (lire notre essai ici), cette “petite” MINI Cooper reçoit un nouveau capot en PRFC; un plastique renforcé en fibre de carbone. Tout en le rendant plus solide, il affiche également un poids sensiblement revu à la baisse.  

En plus des quelques améliorations apportées aux différentes motorisations, la nouvelle MINI Cooper reçoit une nouvelle boîte automatique à double embrayage. La version S recevra une boîte à sept rapports, tandis que notre version d’essai, une SD, se verra être dotée d’une boîte à huit rapports. Sur cette dernière, les passages de rapports sont instantanés et permettent à la compacte de diminuer sa consommation, de l’ordre de 5% d’après le constructeur. Dans la pratique, à vitesse autorisée sur autoroute, vous n’aurez aucun mal à descendre sous la barre des 5l /100 km. Sur la semaine de notre essai, notre consommation moyenne s’est conclue sur un petit 5,3l. Plutôt pas mal !

Avec tous ses boutons faisant penser à ceux du cockpit d’un avion, celui permettant de choisir les modes de conduite entre Green, Mid et Sport, change radicalement le comportement de la voiture. Si le mode Mid s’avère être le bon compromis – d’où son nom, le mode Sport va fortement durcir la direction, tout en augmentant la sensibilité de l’accélérateur. A ce stade, le terme “karting” prend tout son sens. Bien qu’il s’agisse d’un diesel, on prend énormément de plaisir à son volant. Le châssis, exceptionnel, vire à plat et encaisse parfaitement dans les virages appuyés. L’avant, au même titre que l’arrière, est littéralement cloué au sol. Il faut dire qu’avec le pack John Cooper Works, tout de même facturé plus de 3.900 €, elle bénéficie, en plus d’un look nettement plus agressif, d’une suspension légèrement rabaissée, favorisant sa tenue de route.

Niveau tarif, l’offre, pour une SD, débute à partir de 30.400 €, contre 27.000 pour une S essence. En optant pour le fameux pack John Cooper Works, la peinture Solaris Orange, la navigation plus ou encore le big business pack, la note grimpe, pour notre modèle d’essai, à 43.800 €.

Et si…

Son prix, certes, pour un véhicule full option, nous semble légèrement excessif, nous avons été conquis par cette Cooper SD. Une belle gueule, un châssis incroyable, une excellente finition, le tout avec une motorisation peu gourmande en boisson.