L'ONG Greenpeace a profité du Salon de Francfort pour faire entendre sa colère face à la pollution générée par le secteur automobile. Certains activistes sont allés jusqu'à grimper sur certaines voitures exposées pour afficher des messages chocs.

Greenpeace pointe du doigt fortement le secteur automobile, et le fait savoir une fois de plus à l’occasion de l’ouverture du Salon de Francfort. L’ONG déplore en effet la pollution générée par le secteur automobile, et argumente avec quelques chiffres sortant d’une étude menée par ses soins : « Au total, les 12 constructeurs analysés sont responsables d’une émission de 4,3 gigatonnes de carbone dans l’atmosphère » explique Greenpeace à l’AFP. « En extrapolant ce chiffre aux 86 millions de véhicules vendus en 2018, on estime que l’industrie automobile représente 9% des émissions de gaz à effet de serre. »

Toujours d’après cette étude, Volkswagen, Renault-Nissan, Toyota, General Motors et Hyundai-Kia représenteraient à eux seuls 55% de ces émissions.

Pour marquer le coup, certains activistes se sont munis de drapeaux indiquant le message « Klimakiller an bord », soit « Tueur de climat à bord », et le brandissent aux côtés de certains véhicules. Comme le montre cette image, certains d’entre eux n’hésitent d’ailleurs pas à grimper sur certains bolides, comme c’est le cas ici avec cette BMW M850i Gran Coupé.

Le week-end dernier, Greenpeace Allemagne a déjà mené une action similaire, contre un cargo chargé de transporter des SUV. Ce dernier s’est retrouvé floqué d’une bannière similaire.