Sur le segment des SUV compacts, le Nissan Qashqai rencontre un véritable succès depuis plus d’une décennie. Afin de conserver son statut, Nissan lui a offert une mise à jour bien méritée l’an dernier. Reste à voir si elle parviendra à lui permettre de conserver son titre.

Si le Nissan Qashqai connaît un franc succès depuis son lancement, d’autres constructeurs mettent les bouchées doubles pour se faire une place sur le podium des ventes. C’est par exemple le cas avec Hyundai, qui a encore récemment lifté son Tucson.

En dehors de quelques améliorations visuelles et technologiques, sur lesquelles nous reviendrons plus tard, ce nouveau Qashqai embarque de nouvelles motorisations, et, pour la première fois depuis son lancement, une boîte de vitesses à double embrayage, pour certaines versions. En essence, l’offre s’agrémente d’un nouveau 1300 cm3, qui se décline en deux niveaux de puissance : 140 et 160 chevaux. Ce dernier, développé en partenariat avec Renault et Mercedes, se montre un peu plus coupleux et raisonnable en consommation de carburant. La première variante n’est proposée qu’en boîte mécanique. La version haut de gamme peut quant à elle être associée à l’excellente boîte DCT à sept rapports.

Du côté du diesel, trois motorisations sont articulées autour d’un nouveau bloc à quatre cylindres de 1,7 litre de cylindrée. Celui-ci offre 55 Nm de couple supplémentaire. Il est de ce fait équipé d’un turbo à géométrie variable et d’un nouveau catalyseur visant à réduire ses émissions de CO2. L’offre débute donc ici avec la variante 115 chevaux, couplée à la boîte DCT. La motorisation de 150 chevaux peut-être associée à une boîte mécanique à six vitesses ou à une transmission automatique CVT. Ces deux versions sont d’ailleurs équipées d’une transmission intégrale. Une autre déclinaison, en traction, est proposée avec une boîte mécanique. La transmission intégrale n’est donc proposée que sur les modèles équipés du 1,7l DCi de 150 chevaux. Le reste de l’offre se contentera de deux roues motrices.

Parmi les évolutions notables apportées par le facelift, nous notons l’apparition d’un tout nouveau système multimédia, remis au goût du jour. Son écran tactile permet désormais d’utiliser Apple CarPlay et Android Auto. Grande force du système : il est possible de personnaliser entièrement son affichage, avec des raccourcis et des widgets. A noter que ce système est de série sur les versions N-Connecta, Tekna et Tekna+. Pour les versions inférieures, il faudra s’acquitter d’un montant de 850 €, via la liste des options.

Niveau habitabilité, aucun changement : Les passagers sont aussi bien lotis à l’avant qu’à l’arrière, tout en conservant un coffre d’une capacité de 430 litres.

Nous étant proposé à l’essai dans sa version la plus haut de gamme, Tekna+, “notre” Qashqai ne manque de rien. Dans la dotation de série, nous retrouvons les jantes 19 pouces, les feux LED automatiques, le toit panoramique, les rétroviseurs rabattables automatiquement, ainsi que la sellerie en cuir et chauffante (à l’avant). La caméra 360° est également équipée, tout comme la caméra de recul et le régulateur de vitesse adaptatif, avec assistance au maintien de voie. Petit reproche toutefois : la présence d’un seul port USB dans la voiture… C’est « un peu peu” à l’heure actuelle…

Sous le capot de notre modèle d’essai, nous retrouvons un tout nouveau bloc diesel, développant 150 chevaux. La puissance est envoyée aux quatre roues par l’intermédiaire d’une transmission CVT. Cette motorisation est d’ailleurs la seule à encore faire de la résistance à la boîte automatique, installée pour la première fois sur plusieurs motorisations du modèle.

Sur la route, ce Qashqai se montre exemplaire, avec un niveau de confort montant la barre très haut. Malgré les jantes de 19 pouces, le châssis se montre rigide, mais jamais inconfortable. L’insonorisation est également très satisfaisante au niveau des bruits de roulements et du moteur. La transmission CVT est associé à de “faux” rapports, donnant presque l’impression d’utiliser une boîte automatique classique. Seules les grosses accélérations à basse vitesse donnent une sensation de “moulinage”. Sur route sinueuse, le châssis du Qashqai surprend, avec des prises de roulis maîtrisées, et un comportement plutôt dynamique et prévisible.

Côté consommation, le DCI se montre exemplaire avec ses quatre roues motrices, en affichant une moyenne de 6,3l / 100 kilomètres sur notre semaine d’essai. En ayant le pied très léger, il est même possible de passer sous la barre des 6l !

Point de vue tarif, le Qashqai débute à 23.990 € pour la version DIG-T 140 Visia. En optant pour le 1700 DCI 150 chevaux CVT Tekna+, la note grimpe à 42.490 €, avec un véhicule presque full options.

Et si…

Nissan confirmait une fois de plus le statut bien mérité de best-seller de son Qashqai ? Si nous pouvons émettre un petit reproche, ce sera de ne pas proposer de transmission intégrale sur les motorisations essence.