Lancé en 1999, BMW a décidé de dévoiler la quatrième génération du X5, peu avant le souffle de la vingtième bougie du modèle. Si le X5 fait désormais partie des meubles sur le segment des SUV haut de gamme, a-t-il pu conserver son attractivité face à une concurrence toujours plus rude ?

Avec 2,2 millions d’exemplaires vendus depuis son lancement, le X5 opère une place de choix dans la gamme BMW. Si le style n’évolue pas de manière transcendante par rapport à la précédente version, nom de code F15, de nombreuses évolutions font d’elle une mise à jour réellement intéressante.

Visuellement, ce nouveau X5 se calque sur les nouveaux codes stylistiques de la marque à l’hélice, déjà adoptés par son petit frère, le X3. La face avant reçoit un nouveau bouclier, intégrant une calandre repensée et des optiques non adjacentes à cette dernière. L’autre changement majeur concerne l’arrière, qui reçoit les feux LED 3D et un diffuseur plus agressif, en fonction des versions.

Bien entendu, nouvelle plateforme oblige, le mastodonte grappille encore quelques centimètres sur son prédécesseur, et mesure désormais 4,92 mètres de long, 2 mètres de large et 1,75 m de haut. Contre toute attente, BMW a jugé bon d’utiliser l’empattement allongé pour le confort de ses passagers. Le coffre conserve donc un volume inchangé de 650 litres. Ce dernier peut s’agrémenter d’un bac de coffre, comme ceux proposés par Rameder. L’ouverture du hayon s’effectue toujours en deux parties.

Comme indiqué quelques lignes plus haut, ces quelques centimètres gagnés lui permettent d’offrir une meilleure habitabilité à bord, et ce principalement pour les places arrière, qui n’auront aucun mal à accueillir deux, voire trois personnes du mètre quatre-vingt. En cas de besoin, BMW propose une option permettant de profiter de deux places supplémentaires, grâce à l’ajout d’une nouvelle banquette.

A son bord, on sent que BMW écoute sa clientèle, lui reprochant souvent son côté “conservateur”. A l’instar des autres nouveaux modèles fraîchement renouvelés, le X5 monte encore en gamme, avec une qualité de finition encore plus poussée. Les matériaux utilisés respirent la qualité, au même titre que le niveau de finition. A l’avant, les sièges offrent de plus un excellent niveau de confort, ainsi qu’une foule de réglages. Face à lui, le conducteur peut compter sur deux écrans, l’un remplaçant les compteurs, l’autre officiant comme système multimédia. Mieux intégré que l’ancienne version, sa disposition demeure axée sur le conducteur. Ce dernier peut d’ailleurs compter sur une meilleure intégration des commandes tactiles et vocales. Entièrement personnalisable, le système iDrive est tout bonnement redoutable, et bourré de technologies. Il est possible d’y connecter son calendrier, des systèmes d’automatisation, pour les plus geeks d’entre-nous (via IFTTT). Les habitués d’Apple CarPlay peuvent également compter sur une connexion sans fil, qui reste exclusive à BMW à l’heure actuelle.

Parmi les autres options, aussi gadgets que pratiques, nous retrouvons les sièges massants, ventilés et chauffants, ou encore le chauffage/refroidissement du… porte-gobelet.

Le X5 est également le premier modèle BMW à être doté de la nouvelle technologie “Park-Assist”, n’étant actuellement proposée que chez le constructeur à l’hélice. Cette option est “simplement” capable d’effectuer une marche-arrière totalement autonome dans des endroits complexes. Cela peut s’avérer plutôt pratique dans des endroits exigus ou inconnus du conducteur. Pour l’activer, il suffit de mettre la marche arrière et d’appuyer sur le bouton park-assist. Toutefois, la voiture ne gérera que la direction, et demandera au conducteur de doser l’accélérateur lui-même.

Nous étant proposé dans sa version M50d, notre X5 de la semaine profite d’un look plutôt agressif. Articulé autour d’un pack M, il reçoit néanmoins quelques adaptations. Certains détails tels que la calandre ou les rétroviseurs sont teintés en “Cerium Grey”. Cette version sportive reçoit également des jantes spécifiques (non chaussées au moment de notre essai), ainsi que quelques adaptations au niveau de son freinage et de son amortissement.

Animé par six cylindres en ligne 3.0l adjoint de quatre turbos (oui oui, vous avez bien lu), le SUV affiche une généreuse puissance de 400 chevaux, accompagnée d’un couple titanesque de 760 Nm. Comme d’habitude chez BMW, la puissance est gérée par l’excellente boîte ZF à huit rapports, qui se charge ensuite de la transférer aux quatre roues par le système xDrive.

Sur route, ce nouveau X5 est un régal. Taillé pour l’autoroute, il offre un confort de haut vol sur tous les aspects. Si vous n’aurez aucun mal à enfiler les kilomètres, sa motorisation, aussi décriée soit-elle à l’heure actuelle, se montre complètement adaptée à son gabarit. Avec 460 Nm disponibles dès 1000 tours/minute (au ralenti en somme), il n’a aucun mal à effectuer des franches accélérations, ou des promenades à bon rythme. Dans le même temps, une conduite en bon père de famille peut facilement se solder avec des consommations inférieures à 8l / 100 kilomètres. Toutefois, malgré la puissance et le couple, ne vous attendez pas à des accélérations à couper le souffle. Son poids, culminant presque à 2,35 tonnes, en fait un SUV dynamique, mais sans plus.

En augmentant le rythme sur des routes plus sinueuses, on peut toutefois féliciter les ingénieurs, qui sont parvenus à nous proposer un SUV de grande taille ayant un soupçon de tempérament sportif. Les quatre roues directrices améliorent considérablement la tenue de route et l’anti roulis actif est véritablement bluffant. Néanmoins, un virage négocié trop rapidement aura souvent tendance à se solder par une légère dérive du train avant.

Quoiqu’il en soit, nous devons reconnaître que ce nouveau BMW X5, plus gros et plus lourd que son prédécesseur, se montre plus amusant, tout en gagnant de nombreux points en terme de confort et de technologie embarquée.

Côté tarif, ce X5 M50d débute à partir de 93.600 €. Il se montre donc plutôt bon élève face à son concurrent, l’Audi SQ7, facturé de base 100.000 €. En y ajoutant le Exclusive Pack, le kit hiver, les feux laser et quelques autres options, notre modèle d’essai atteint le prix de 122.165 €.

Et si…

Ce type de motorisation est désormais à proscrire au vu des orientations politiques prises en Europe, nous n’en pensons pas moins qu’elle demeure le meilleur choix pour mouvoir dynamiquement un SUV du gabarit de ce X5.