S'abonner
Le préparateur Stephan Papadakis s'est fixé comme objectif cette année de pousser le B58 BMW, qui équipe la nouvelle Toyota Supra, à une puissance de 1000 chevaux. Il a également réalisé une vidéo pour nous montrer toute l'évolution du projet.

Si les passionnés de la Supra d’antan crient encore au scandale vis-à-vis de l’adoption d’une plateforme BMW pour la nouvelle génération de la sportive, il n’empêche que cet ensemble dispose d’un potentiel plus que prometteur. La preuve avec ce préparateur, qui nous montre tout le travail qu’il a effectué sur le B58 BMW, pour lui faire atteindre la puissance de 1000 chevaux.

Comme nous pouvons le voir dans la vidéo, Stephan Papadakis a axé sa préparation sur l’installation de nouvelles pièces, ainsi que sur le renforcement global du moteur. Il a également imprimé en 3D un collecteur d’admission sur mesure et a installé un turbo plus imposant que celui équipé d’origine.

Nous pouvons également remarquer que le travail a été  semé d’embuches. En installant le moteur sur le banc de puissance, les ingénieurs ont pu constater une fuite du joint principal arrière, et, plus tard, au niveau du système de refroidissement.

Au final, après avoir pu exploiter le plein potentiel du moteur, celui-ci a délivré une puissance totale de 1033 chevaux et un couple phénoménal de 1231 Nm !

Pour rappel, la Toyota Supra, dans son état d’origine, est animée par un six en ligne 3.0l turbocompressé de BMW. Ce moteur développe 340 chevaux pour 500 Nm de couple. Toutefois, d’après de nombreux propriétaires ayant passé leur Supra sur banc de puissance, la plupart des exemplaires affichent généralement une puissance aux alentours des 400 équidés.