Porsche

Essai : Porsche Taycan 4S Cross Turismo

En 2019, Porsche introduisait son premier modèle 100% électrique sur le marché, sous la forme d’une berline à cheval entre la Panamera et la 911. Alors, avons-nous affaire à une “vraie” Porsche ?

Près de deux années après son lancement, la Porsche Taycan a su se créer une véritable place dans la gamme du constructeur avec des ventes record sur son segment. Afin d’élargir la cible, Porsche a plus récemment décliné sa berline en un break de chasse au look incroyable. En voici notre essai !

Avec ses 4,97 mètres de long et ses 2,14 mètres de largeur, le Taycan Cross Turismo en impose, avec un look bien plus trempé que celui de la Panamera Sport Turismo.  

Articles similaires

Nous étant proposé dans une version d’entrée de gamme, reprise sous l’appellation 4S, notre Taycan Cross Turismo dispose tout de même d’une généreuse puissance allant jusqu’à 571 chevaux pour 650 Nm de couple, avec une répartition sur les quatre roues, gérée par deux moteurs. Le premier, positionné à l’avant, est issu de la version Turbo. Il assure l’explosivité de l’engin et sa tenue de route. A l’arrière, on retrouve un moteur à la puissance réduite, et couplé à une boîte de vitesses à deux rapports. Avec un tel système, le break abat un 0 à 100 km/h en 3,9 secondes avec le launch control. 

Du côté des batteries, la version Cross Turismo du Taycan est toujours livrée avec la batterie Performance Plus, pourtant proposée en option sur la variante berline. Sa capacité est donc de 93,4 kWh, pour une autonomie de 452 kilomètres. Au niveau de la recharge, le modèle accepte une puissance allant jusqu’à 270 kW, autorisant une recharge de 5 à 80% en un peu plus de 22 minutes. Sur une borne de 50 kW, la même charge prendra 93 minutes et une charge complète sur un courant alternatif avec 9,6 kW demandera une dizaine d’heures. Sur une prise domestique classique, prévoyez cependant un jour et demi à deux jours pour réaliser une charge complète ! Sur ce modèle, on retrouve un port de charge de chaque côté, avec le combo côté passager. Il suffit de passer son doigt sous l’ailette présente près de la trappe pour l’ouvrir. 

Batterie chargée à fond, nous quittons maintenant l’infrastructure de Porsche Belgique pour nous remettre en route vers le namurois. Les premières centaines de mètres sont assez particulières en raison de l’absence de son moteur, pourtant sacré chez Porsche. On rejoint maintenant l’autoroute et apprécions durant une bonne heure le confort royal qu’offre ce Taycan. L’amortissement soigné aux petits oignons absorbe toutes les aspérités de la route, sans pour autant donner l’impression de piloter un tapis volant. Porsche oblige, la direction demeure incisive, même en mode confort. Seuls les bruits de roulements générés par les énormes jantes de 21 pouces (du 305 à l’arrière !) viendront légèrement perturber ce silence, finalement loin d’être désagréable sur ce type de trajet.

En arrivant sur les petites routes proches de la rédaction, nous activons pour la première fois le mode sport, mettant en fonction par la même occasion le sound system sport, proposé en option. Faisant passer le break pour un ovni, la bande son est intéressante et agréable à l’oreille, bien que très éloignée des vocalises d’un six à plat atmosphérique. D’ailleurs, au vu du nombre de têtes se retournant lors de notre passage, il ne fait aucun doute que cette voiture en intrigue plus d’un !

Mode sport actif, en dehors du son, c’est une autre voiture qui se présente. Si nous avions déjà été époustouflés par les performances de la Panamera Turbo S E-Hybrid, ce Taycan 4S Cross Turismo place encore la barre plus haut. Malgré ses 2,32 tonnes à vide, le Taycan vire à plat et offre des sensations habituellement réservées aux supercars. Lors des grosses accélérations, le passage de l’unique rapport aux alentours des 100 km/h génère une micro-coupure apportant une petite dose de brutalité, plutôt appréciée. Via le mode sport, l’amortisseur piloté profite d’un tarage revu, donnant un meilleur ressenti sur la route. Il en va de même au niveau de la direction, qui gagne en réactivité et en précision. En bonus, Porsche exploite de nombreuses assistances de conduite, dignes d’une voiture de cette gamme à notre époque. Contrairement à certains autres constructeurs, Porsche parvient ici à les faire coïncider à la perfection avec une voiture au tempérament dynamique. Elles agissent donc comme un filet de sécurité mais ne nuisent que rarement à une conduite soutenue au travers d’alarmes et “remises dans le droit chemin” intempestives ! 

A son bord, on retrouve une architecture calquée à quelques détails sur celle des autres modèles de la gamme. Le système multimédia tactile est ici épaulé par un second écran tactile à retour haptique logé dans la console centrale, permettant de gérer la climatisation et les sièges chauffants. Dans l’absolu, la finition Porsche frôle la perfection, tant sur la qualité des matériaux que de l’assemblage.

Au bout de nos trois journées d’essai, nous avons ramené la voiture avec une consommation électrique de 26 kWh/100km. Enfin, niveau tarif, l’offre débute à partir de 96.870 euros avec une Taycan 4 Cross Turismo. En optant pour une 4S, le prix de base est fixé à 115.383 euros. En équipant le break comme notre modèle d’essai avec un splendide Neptune Blue, des jantes de 21 pouces, le pack offroad et bon nombre d’autres options, la note atteint un prix final de 159.950 euros !

Et si…

Il fallait reconnaître que Porsche parviendra toujours à me surprendre ? Pas spécialement convaincu par la mobilité électrique, votre serviteur vous avouera avoir eu un certain coup de cœur pour ce Taycan Cross Turismo !

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page