Dans un marché des SUV qu’elle maîtrise, Hyundai a sorti un nouveau modèle au design « américain » reprenant une appellation déjà connue, le Tucson! La marque Coréenne n’évolue pas en terrain inconnu et n’a donc pas droit à l’erreur. Le nouveau Tucson, un retour gagnant? C’est ce que nous allons découvrir avec l’essai du nouveau Hyundai Tucson 1.7CRDi Launch Edition.

Le Hyundai Tucson a marqué un véritable pas en avant par rapport à son prédécesseur la ix35. Son design particulièrement léché et ses proportions plus Crossover que 4×4, lui donne un look dynamique, faisant fureur chez les acheteurs. Cela constitue sans nul doute quelques-uns de ses atouts majeurs. Le Renault Kadjar et compagnie sont avertis !

Première chose qui saute aux yeux, c’est bien évidement l’énorme calandre hexagonale digne des plus gros SUV américains, devenue la signature de Hyundai. Elle est située au milieu de feux avant très effilés, renforçant d’avantage cette esthétique dynamique. Ses jantes en alliage léger 19 pouces ne passent pas inaperçues non plus. On sent bien que les ingénieurs de la marque Coréenne ont passé énormément de temps dessus,  ainsi que sur son style et son intérieur en particulier.

A l’intérieur, tout est extrêmement bien soigné. Le Tucson n’a rien à envier à ses concurrents européens en terme de finition, de présentation, voire même, d’équipement.  Certes, cela manque peut-être de caractère, mais rien n’est décevant. L’écran multimédia combine un clavier très clair et une utilisation aisée avec différents boutons et molettes. L’isolation acoustique est quant à elle irréprochable.

Même si il a perdu quelques centimètres, le Tucson reste haut perché et cela se ressent dans l’habitacle, ce qui offre une meilleure vision périphérique. Le nouveau Tucson est confortable et rigoureux.  Il se conduit comme une vraie berline. L’espace y est généreux, même pour 5 passagers. Et son coffre fait partie des plus grands sur le marché des SUV actuel.

Il est agréable de constater que malgré son 1.7L Diesel et ses 1.540 kg, cette version d’entrée de gamme du Hyundai Tucson ne manque pas d’énergie avec sa boîte six bien étagée. On a souvent critiqué les voitures coréennes pour leur tenue de route médiocre, et bien aujourd’hui c’est du passé. Grâce à sa perte de poids sur le train avant, le Tucson se montre moins sous-vireur.

Une fois sur les petites routes de campagne à perte de vue, on enclenche le mode sport. Tout de suite, le Hyundai Tucson accélère plus fort, la direction est plus incisive, les suspensions plus fermes. On retrouve le côté le plus dynamique de chez Hyundai. Mais cela n’est pas exceptionnel. On voit aussi la consommation décoller. Il faut bien avouer qu’avec ses 115ch, cela reste vraiment un peu court pour entrainer les 1,5 tonnes du véhicule. Si vous êtes à la recherche d’un maximum de fun au volant, privilégiez plutôt la version 185ch.

Vous l’aurez compris, ce Hyundai Tucson n’est ni un franchiseur ni un escaladeur, son terrain de jeu est tout aussi bien la campagne que la jungle urbaine. Il faut reconnaitre que pour affronter les aléas de la ville, il est extrêmement bien équipé. Stop/start, caméra de recul, capteurs avant et arrière, rétroviseurs rabattable électroniquement… le Tucson est tout à fait apte à se faufiler dans les petites rues citadines.

Le prix du Hyundai Tucson CRDi 115 ch est costaud, 31.399 €, mais l’équipement l’est tout autant : cuir, sièges chauffants, jantes alliage (17 ou 19 pouces), équipement sécuritaire, phares automatiques, climatisation automatique, capteurs de stationnement avant et arrière… Si cela ne suffit pas, la version Luxury Launch Edition (uniquement avec les 2.0 CRDi et 1.6 T-GDI) rajoute le volant chauffant, les sièges ventilés, les phares LED, le détecteur d’angle mort et même, le toit panoramique! Les prix s’envolent alors de 33.149 € à 41.099 € ! Côté CO2, le Hyundai Tucson 1.7 CRDi est annoncé à 119 g/km.

Et si…

… la grande majorité des futurs acquéreurs s’en serviront pour grimper sur les trottoirs, il offrira la possibilité de sortir des sentiers battus. Mais pour tous ceux qui voudront aller plus loin, il faudra certainement opter pour la version 4 roues motrices.

Quentin Vilet.