Victorieuse de la catégorie GTD lors de la dernière venue de celle-ci au Canadian Tire Motorsports Park - CTMP - en 2014, Viper Exchange arrivera sur le circuit canadien avec un seul objectif : la plus haute marche du podium! Un deuxième succès consécutif au CTMP qui serait également synonyme de deuxième victoire pour la Dodge Viper GT3-R #33 cette saison.

Pour Ben Keating et Jeroen Bleekemolen, le Mobil 1 SportsCar Grand Prix qui se disputera sur le tracé canadien, plus familièrement connu sous le nom de Mosport, sera la sixième des onze rendez-vous du WeatherTech SportsCar Championship cette saison. L’occasion pour la Viper aux couleurs de Viper Exchange et Gaz Monkey Garage de se relancer après un weekend mitigé à Watkins Glen où le podium leur a échappé de peu, la belle américaine échouant finalement au quatrième rang.

Une quatrième place qu’occupent Ben Keating et Jeroen Bleekemolen au championnat, à 7 points de la troisième place et 28 unités des leaders.

Le GTD fait donc son retour au CTMP après avoir fait l’impasse en 2015, la dernière apparition des « petites » GT à Mosport remontant donc à 2014, avec la victoire de la paire Keating-Bleekemolen. Un premier succès pour les deux hommes autant que Riley Motorsport et Viper Exchange en GTD, qui marqua un tournant dans le développement du programme Viper GT3-R.

Un bon souvenir pour Ben Keating : « La première victoire de la Viper GT3-R fut extrêmement spéciale. C’était une première victoire, ce qui était déjà bien assez, mais d’autant plus spéciale parce que j’avais personnellement réalisé une super course. J’avais eu de belles batailles et mené pendant une bonne partie de mon relais. C’est toujours un peu plus particulier pour moi quand je sais que j’ai contribué au résultat. »

Il est vrai qu’après avoir maintenu la #33 aux avant-postes, Bleekemolen avait pris le relais et chassé la Porsche de Kevin Estre pour placer une attaque gagnante juste avant le drapeau blanc qui annonce le dernier tour. Un souvenir agréable pour le Néerlandais : « Je repense toujours à notre victoire à Mosport avec un grand sourire. Nous avions eu une très belle course et pris la tête à moins de deux tours de l’arrivée. Ce fut vraiment excitant de décrocher notre première victoire là-bas. »

Sortant d’une belle quatrième place à Watkins Glen, ce fut par un parti pris osé sur le plan des réglages aérodynamiques, un pari peu réaliste de prime abord à Mosport, comme l’explique Keating : « Pour Watkins Glen, la seule manière pour nous d’avoir pu réaliser ce que nous avons fait, ce fut de totalement décharger l’aéro de notre voiture. C’est assez dingue de se dire que nous avions moins d’appui qu’à Daytona! La seule raison pour laquelle nous avons pu nous en tirer malgré ça tient dans la nouvelle surface et le très très haut niveau de grip qu’elle offrait. Je ne m’attends pas à ce qu’il en aille de même à Mosport. »

Un constat presque amer mais inévitable quand on constate que la Viper a pu décrocher une quatrième place malgré un rythme inférieur de 1″5 au tour par rapport à ses concurrents directs, consécutif aux aménagements de la BoP. Mais Ben Keating sait pouvoir compter sur l’une des meilleures équipes du plateau et ne baissera pas les bras.
De manière exceptionnelle – un délai de 7 jours devant normalement être respecté pour tout changement de a BoP – des aménagements ont été apportés, voyant les Audi, Porsche et Ferrari recevoir du poids supplémentaire, 10 ou 15 kilos, pour le Mobil 1 SportsCar Grand Prix de ce weekend.
De quoi laisser Ben Keating dubitatif : « La situation est délicate pour l’IMSA. Nous avons besoin de gagner environ 1″ au tour, mais sans gagner en vitesse de pointe. Je n’envie pas leur position car c’est compliqué, mais penser qu’ajouter 10 ou 15 kilos aux voitures du Top 3 va les ralentir de manière sensible ressemble fort à une blague à mes yeux. »
Au delà de ces considérations, Keating et Bleekemolen auront au moins le plaisir de rouler sur un circuit qu’ils apprécient. Et Ben Keating de conclure : « Je pense qu’on aime toujours les circuits sur lesquels on est performant, donc j’aime Mosport. La descente très rapide du virage 2 est une clé de ce tracé. Le virage très rapide à la fin de la ligne droite de retour est également très important pour signer un bon chrono. La position dans le peloton est également primordiale car il y a très peu de gros freinages, ce qui rend les dépassements encore plus difficiles. »