FIA WEC

Résumé de course / 6 Heures du Nürburgring

H+4 : Porsche et Alpine profitent, AF Corse s’invite

Le deuxième tiers de la course débutait par le premier FCY de l'épreuve qui permettait à certains de tenter une stratégie différente. Mais les bagarres en piste restaient intenses et offraient du beau spectacle. Seul l'abandon de l'Oreca G-Drive relevait d'une importance pour la victoire du LMP2, au bénéfice de l'Alpine leader du championnat.

LMP1 : Porsche opportuniste
Un peu aidés par le FCY, les Porsche et Audi restaient devant les Toyota, mais Webber et la Porsche #1 devaient se méfier des deux R18, la #7 avec Lotterer et la #8 avec Di Grassi, qui n’avaient que 3 et 5 secondes de retard.

Du côté de Toyota, on passait à une nouvelle spécification de gommes, celle utilisée au départ ne fonctionnant pas, ce qui expliquait que les TS050 ne parvenaient pas à répéter les chronos réalisés en essais libres.

Sur une stratégie décalée, par la force des choses, la Porsche #1 s’arrêtait plus tôt que ses rivales, l’Audi #8 ayant pris la tête devant la #7 de Lotterer. Mais la #1 reprenait son dû une fois l’arrêt des R18 observé. La lutte était loin d’être finie entre ces trois-là, avec la deuxième 919 Hybrid et les Toyota toujours en mesure de profiter de la moindre erreur ou opportunité stratégique. Une chance qui se présentait pour la #2 qui s’arrêtait pile au moment où était lancée la deuxième neutralisation FCY pour nettoyer le virage 6. Un coup de bol qui permettait à Jani de repartir en tête devant la voiture soeur et les deux Audi.

En LMP1 privé, les Rebellion occupaient à nouveau les deux premières places devant la CLM #4, cette dernière abandonnant sur casse mécanique à 2h45 de l’arrivée, la voiture subissant à nouveau un incendie dans le compartiment moteur, comme au Mans. Tout bénéfice pour Rebellion Racing qui s’assurait un doublé.

Chez Porsche on faisait rentrer la #1 et la #2, imité par la concurrence, mais la hiérarchie ne changeait pas pour autant jusqu’à ce que la Toyota #6 soit rentrée dans son box après 3h40 de course, perdant 4 tours dans l’opération.

1 > Porsche 919 Hybrid #2 – Porsche Team
2 > Porsche 919 Hybrid #1 – Porsche Team
3 > Audi R18 #7 – Audi Sport Team Joest

2016-6-Heures-du-Nurburgring-Adrenal-Media-GT7D4255_hd
© Gabi Tomescu – AdrenalMedia.com

LMP2 : Alpine prend la main
Pas de changement significatif après le FCY et G-Drive repartait de plus belle. Derrière l’Oreca #26, les écarts se comptaient en dizaines de secondes entre chaque concurrent, la Gibson Strakka conservant la deuxième place devant l’Alpine #36.

Las, le chat noir ne quittait pas la voiture des leaders qui était rentrée au stand pour un problème avec la transmission de l’Oreca 05 #26 qui voyait ses espoirs de victoire s’envoler. En lutte pour la tête avec l’Alpine #36, la Gibson Strakka profitait du FCY consécutif à l’incendie de la CLM pour modifier sa stratégie et s’offrir un arrêt presque « gratuit ».

Si les positions variaient de temps en temps au fil des passages par les stands, l’Alpine A460 #36 menait la catégorie de main de maître, précédant la Ligier JSP2 RGR Sport by Morand #43 et l’Oreca 05 #45 Manor, la Gibson 015S #42 de Strakka Racing n’étant pas loin.

1 > Alpine A460 #36 – Signatech Alpine
2 > Ligier JSP2-Nissan #43 – RGR Sport by Morand
3 > Oreca 05-Nissan #45 – Manor

2016-6-Heures-du-Nurburgring-Adrenal-Media-GT7D3588_hd
© Gabi Tomescu – AdrenalMedia.com

LMGTE : Ferrari retrouve la tête
Profitant du FCY pour ravitailler, AF Corse permettait à la #71 de repartir devant la Ford #66, les deux Ferrari 488 GTE menant alors la charge derrière l’Aston Martin de tête. Derrière on retrouvait la Ford GT #66, la Porsche #77 et la deuxième Aston « Pro », tout ce petit monde n’étant alors séparé que de 45″.

La lutte en Am était magnifique au restart consécutif au FCY, la Corvette de Yamagishi ressortant de son passage aux stands juste devant la 911 RSR KCMG de Ried et l’Aston Martin #98 de Lauda, le Japonais moins expérimenté que ses deux chasseurs avait fort à faire et ne pouvait résister longtemps, se retrouvant troisième, alors que Lauda prenait le dessus sur Ried.

Chez les Pro, il fallait 2h40 de course pour voir le leadership de la #95 contesté par la #51, Bruni mettant la pression sur Thiim au volant d’une Ferrari 488 GTE ayant retrouvé tout son allant avec le grip de la piste qui augmentait. Mais l’italienne ne prenait pas le dessus sur l’anglaise, tandis que la Ford #66 profitait de son autonomie et d’un FCY opportun pour se retrouver avec seulement 2 arrêts encore à faire à 2h40 de l’arrivée là où ses adversaires en auraient encore trois à observer.

Le LMGTE-Am voyait la lutte pour le podium rythmée par les dépassements en piste – généralement liés à la différence de performance entre les pilotes – et les arrêts aux stands.

LMGTE-Pro
1 > Ferrari 488 GTE #51 – AF Corse
2 > Aston Martin V8 Vantage GTE #95 – Aston Martin Racing
3 > Ferrari 488 GTE #71 – AF Corse

LMGTE-Am
1 > Aston Martin V8 Vantage GTE #98 – Aston Martin Racing
2 > Porsche 911 RSR #78 – KCMG
3 > Ferrari 458 Italia GTE #83 – AF Corse

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page